Cheikh Yérim Seck : Pourquoi le dossier a migré de la Brigade de recherche à la gendarmerie de Thiong

justice

iGFM – (Dakar) Dans sa sortie qui lui a valu son arrestation,  Cheikh Yérim Seck a assuré que la gendarmerie a consigné 650 millions de francs Cfa alors qu’elle avait saisi 4 milliards de francs Cfa lors d’une descente dans l’affaire «Batiplus». Ce qui incrimine la gendarmerie qui, elle-même, a procédé à l’arrestation du journaliste. Mais, le dossier a finalement migré de la section de recherche à la Brigade de Thionk. Joint par iGfm, le Colonel Abdoul Aziz Ndao, officier de la gendarmerie à la retraite, explique pourquoi.

L’unité mise en cause est dessaisie au profit d’une autre unité

«Je n’ai pas exactement ce qu’on lui reproche, mais quand même il a accusé la gendarmerie dans une procédure, d’avoir fait main basse sur 4 milliards et de n’avoir fait état que de 650 millions. Que sont devenus les 3,350 milliards ? L’unité  de la gendarmerie qui est mise en cause est dessaisie au profit d’une autre unité. C’est la section de recherche de la gendarmerie qui a été accusée. La gendarmerie  a préféré confier l’enquête à la légion de gendarmerie ouest qui n’a rien à voir avec la section de recherche», a expliqué le colonel Abdoul Aziz Ndao.

Mais, le dossier n’aurait-t-il pas dû être confié à un autre corps, distinct de la gendarmerie nationale, pour éviter tout conflit d’intérêts. Ou de parti pris? Le confier à la police par exemple ? L’ancien Haut commandant en second de la gendarmerie précise que la police ne peut pas enquêter sur des faits impliquant la gendarmerie.

Ils n’appartiennent pas à la police d’entendre la gendarmerie sauf si 

« Puisque ce sont des gendarmes qui sont mis en cause, la loi  fait obligation à la gendarmerie d’éclairer son affaire. Est-ce qu’on aurait pu transférer l’enquête à la police? Normalement les gendarmes sont des militaires, ils n’appartiennent pas à la police de les entendre sauf si c’est un juge d’instruction  qui fait  une commission rogatoire à  la police pour entendre les gendarmes. », indique-t-il.

Youssouf SANE