Contribution  "Macky me rejoint" par Mamadou Sidibé

samedi 13 mars 2021 • 358 lectures • 0 commentaires

Actualité 3 semaines Taille

Contribution  

iGFM - (Dakar) Ne jamais faire des promesses aux sénégalais quel que soit le contexte socio-politique du pays ; de les surprendre toujours et de leur faire participer à la gestion de l’Etat.

Le président a eu l’humilité de reconnaitre, lors de ses séjours en France en date des 24 et 25 Aout 2020 ses erreurs dans la conduite des programmes, notamment sur l’ordre de priorité de certaines réalisations pour bâtir le Sénégal, mais surtout mettre fin à cette vague d’émigration clandestine. Il a également, lors du conseil des ministres du 25 novembre 2020, demandé aux membres du gouvernement d’informer l’opinion, nationale, à travers les médias, tous les 15 jours, des réalisations du gouvernement. Même si on a noté un retard dans la concrétisation.)


Choisir le Président du Sénat, celui du conseil économique et social dans les rangs du parti ou de la coalition « Macky 2012 » pour une gestion plus solidaire du pays : le fait que la présidence de l’assemblée Nationale soit confiée à une personne qui n’est pas de son parti et alors qu’à l’heure du bilan le président Macky SALL sera le seul à rendre compte.
(Ce que le président a respecté en nommant Madame AMINATA TALL à la tête du CESE.)


Ne pas ramener son mandat de 7 ans à cinq (5) ans si l’on considère que 60 mois s’avèrent insuffisants pour la réalisation de ses promesses électorales
(Promesses que le chef de l’état a respectées)


Ne pas répondre aux attaques d’où qu’elles viennent (opposition comme société civile)
(Il est vrai que le président n’a pas l’habitude de s’attarder sur des invectives)


Instauration du système de gestion des comptes sur les appels téléphoniques au niveau des services de l’administration (GES COMPTE)
(Sur le principe le système a été appliqué même s’il faut plus de suivi)


La renationalisation de certaines entreprises publiques telle que la SUNEOR bradée par l’ancien régime
(Rachat de SUNEOR par l’état)


Invite aux autorités étatiques de respecter l’obligation de réserves en évitant certaines sorties médiatiques
(Le Président de la République Macky SALL veille scrupuleusement sur le respect de ces obligations)


 


MES CONCLUSIONS DU 25 MARS 2013 :


La réhabilitation des maisons d’arrêts et de correction en désuétude particulièrement celle de Kaolack qui date de 1945.
 


(Le président est entrain de la réaliser avec la construction d’une nouvelle prison à SEBICOUTANE), (région de Thiès).


Le système de pointage de tout le personnel de l’administration, des sociétés nationales et des démembrements de l’Etat.
(Le président a donné des instructions fermes dans ce sens même s’y a un manque de rigueur dans le suivi).


Le renforcement des moyens logistiques des forces de l’ordre et leurs protections dans l’exercice de leur fonction en vue d’installer la quiétude sociale d’assurer leur présence partout à travers le pays.
(Le président l’a réalisé à un taux de 80 %)


L’audition des affaires domaniales, des titres fonciers appartenant à l’Etat, aux collectivités locales et la gestion du foncier concernant précisément les réserves, espaces de loisirs, ou boulevards, espaces publiques et tous les autres terrains relevant des communes, des domaines maritimes et pour faire l’état des lieux.
(Le président est revenu sur la question de l’attribution des terres du domaine national en invitant fermement à remettre de l’ordre dans le foncier et à sévir contre les prédateurs fonciers qui utilisent des techniques insoupçonnées. A ce sujet, on peut citer l’exemple de la population de Dya qui a eu gain de cause sur la commune de Dya département de Kaolack et tout récemment de la population de Guérew département de Mbour devant la chambre administrative de la cour suprême de Dakar qui a annulé la délibération, faite au profit des salins du sine Saloum et au bénéfice d’un promoteur privé)


Mettre un terme à la politique consistant à octroyer à crédit du matériel agricole aux paysans sans possibilité de remboursement comme avec l’ancien régime.
(Le président l’a fait avec une possibilité de subvention substantielle sur tous les matériaux agricoles et 70 % de la pêche)


Ne jamais quitter la tête du parti comme certains le souhaitent ; à défaut, il risque de se faire Hara-Kiri politiquement.


(Devant le bureau du secrétariat général de L’APR, réuni en octobre 2020, le président Macky SALL a réaffirmé sa ferme volonté de rester à la tête du parti, clôturant le débat sur la question et invitant de manière irréversible, les représentants de son parti au dialogue national à ne pas négocier sur ce point).


Agrément des pharmacies au niveau des régions pour le ravitaillement des militaires invalides en médicaments, L’Etat leur ayant attribué gratuitement par personne de OF à 40 000 f par mois, Dakar étant seul agréé au niveau national pour parer à certaines discriminations afin d’éviter leur déplacement à DAKAR.
(Les militaires ont sincèrement remercié le président de la république pour avoir accédé à leur demande relative à l’agrément des pharmacies des régions)


Enseignement et vulgarisation des principes fondamentaux de droit, aussi bien en français que dans les langues nationales, à l’élémentaire et dans le moyen secondaire pour préparer les citoyens. Afin que le principe selon lequel « nul n’est censé ignorer la loi » soit une réalité.


(Le gouvernement est entrain de prêter une attention particulière à cette question. Même si l’enseignement de l’instruction civique dans les collèges contient des notions relatives aux principes de droit).


Recommande au Président de la République de penser à la déconcentration de certains ministères dans les régions d’ici 2019 comme  le ministère de l’agriculture à Fatick, Kaolack ou Kaffrine, le ministère de l’élevage à Louga, de la pêche à Thiès, du tourisme à Ziguinchor, des mines à Tambacounda, de l’artisanat à Diourbel pour désengorger la capitale et pour une proximité avec les acteurs concernés sans parler des autres effets induits.



(Le pôle de Diamniadio crée par le président de la République vient l’illustrer autrement ; il y a lieu d’étendre cette dynamique aux autres régions. Avec l’exemple du PAMA, le ministre de la fonction publique vient de déconcentrer certains de ses services dans les régions).


 Fusion de l’IPRES, de la Caisse de Sécurité Sociale (CSS) et l’inspection du travail, leur regroupement dans un bâtiment dans toutes les régions. Ceci pour permettre à la population un accès facile de ces différents services et pour faire faire des économies à l’état.


(Le gouvernement a commencé de le réaliser au niveau de la région de Thiès).


Déplorer que des alliés de la coalition Macky 2012 Benno Bokk Yaakar, que certains responsables du parti aient tourné le dos à leur base devenant inaccessibles pour les militants et créant une désorganisation totale. Aucune réunion de secteur, assemblée générale ni meeting n’a été organisé pour sensibiliser les populations sur les réalisations et la vision du Président Macky SALL, ce qui a impacté drastiquement sur le code de popularité du Président de la République auprès de certains sénégalais. Pourtant, le Président a tout fait pour eux, mais ces derniers ne sont mus que par leur promotion, ils ne lui ont pas rendu la pièce de la monnaie. Ils doivent s’aligner sur l’ambition du Président qui n’a pour seul objectif que de faire du Sénégal un pays émergent.


(Lors de son adresse aux membres de son parti du secrétariat exécutif national en octobre 2020, il a déploré le manque de générosité et de reconnaissance de certains responsables à l’endroit du parti comme il l’a fait remarquer « avec un Secrétariat fort de 60 membres, l’APR, n’a réuni qu’un 1 000 000 de FCFA de cotisations mensuelles alors que les charges d’intendance à elle seules, s’élèvent à 6 millions de FCFA »). Il a également invité chacun de ces responsables de descendre sur le terrain, de rencontrer les militants en leur expliquant les ambitions et les réalisations du Président.


Regroupement des élections (présidentielles, législatives, sénatoriales, régionales et communales et d’éviter ainsi de maintenir le pays dans une campagne électorale permanente afin de faire faire des économies à l’Etat.
(La commission du dialogue national, l’exécutif et l’institution parlementaire sont en pourparlers pour trouver une formule consensuelle)


Mettre fin aux déballages des secrets ou décisions judiciaires, ceux de l’état ou des enquêtes de toute nature plus particulièrement, ceux émanant du cantonnement militaire et de la sécurité de notre pays. Eviter la communication à grande échelle sur les médias quitte à appliquer des sanctions sévères à quiconque n’aurait pas respecté cette obligation.  (Le Président de la République et le gouvernement s’attèlent présentement à appliquer rigoureusement ces recommandations même s’il reste à améliorer le plan communicationnel relevant des forces de défense) ;


Rendre notre administration plus rigoureuse, plus accessible et plus efficiente ;. En faire une administration républicaine comme celle que nous avons connue au lendemain de l’indépendance, condition sine qua non pour notre émergence.
(Il faut saluer les efforts gigantesques que le gouvernement est en train de réaliser dans ce sens)


APPORT du 25 Septembre 2019 SUITE A L’APPEL AU DIALOGUE NATIONAL PRÔNE PAR LE PRESIDENT MACKY SALLl.


Éliminer le système de parrainage des candidats pour les élections à venir ; en lieu et place, obliger tout candidat qui veut briguer une mairie à verser une caution de 4. 000 000 à 6.000 000 de Francs CFA maximum et s’il obtient 2 conseillers, sa caution devrait lui être remboursée et à verser 15.000.000 Frs à 20.000.000 Frs pour ceux qui veulent briguer le suffrage des sénégalais sur les 14 régions. S’ils obtiennent10 conseillers, leur caution devrait être remboursée.
(Le Président a fait siennes par le biais du dialogue national qui a proposé la suppression du parrainage et en instaurant en lieu et place la caution. Les autres points notamment celui relatif au statut des élus locaux sont en cours d’étude).


RAPPEL DE CONTRIBUTION EN DATE DU 28 AOUT 2020 AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE MACKY SALL


Affaires Moustapha CISSE LO ses liens et ses relations avec le secrétaire général de l’APR Monsieur le Président Macky SALL avant et après son accession au pouvoir.
(Malgré les changements apportés dans le bureau de l’assemblée nationale en Octobre 2020, ce qui est inhérent au fonctionnement de toute institution, le président a rassuré sur ses relations fraternelles et amicales avec Moustapha Cissé Lo. Ce qui a eu du reste un écho favorable auprès de ce dernier). D’ailleurs le Président l’a reçu en audience au palais de la République suivi d’une réconciliation entre lui et monsieur Yakham Mbaye journaliste.


ContributionS du 5 OCTObre 2020 :


L’acte 3 : est à saluer surtout pour l’autonomie qu’il a donnée aux collectivités locales mais il y a lieu de déplorer les lourdes charges de fonctionnement au détriment des investissements. En dépit de l’appui que le PACASEN apporte aux collectivités locales, il y a lieu de réduire leur nombre qui s’élève à (557) tandis que les conseils départementaux sont au nombre de (45). La proximité géographique de certains conseils départementaux, mairies, par exemple, plaide pour leur fusion, car ils constituent de gros villages, il y a le cas des mairies de Sibassor, Dya,  Thiomby, Keur Baka, Thiaré, et Kahone alors qu’elles arrivent à peine à assurer leurs charges salariales.


Certaines n’assurent leur (survie) que par la collecte au niveau des marchés hebdomadaires, certaines ne l’ont pas et ne dépendent que du fond de dotation.


C’est pourquoi il y a lieu de faire appel à des compétences de la trempe de Mamadou DIOUF, (Administrateur civil), du (docteur) Alioune SOW du HCTT et Amadou Sène NIANG (Expert en décentralisation). Il y va de la survie des collectivités locales avant les futures échéances locales.


PRIVATISATION DE LA SENELEC


J’invite l’Etat à arrêter de perfusioner la Senelec, il doit la privatiser, d’ici 2024, à l’image de la SDE et de la Sonatel car cette dernière constitue une plaie béante pour l’économie nationale. Le gouvernement du PS l’avait fait mais l’état libéral est revenu sur la décision.


Il faut prendre des mesures osées allant dans le sens d’une gestion rigoureuse de la boite, ce qui a toujours fait défaut au lieu de continuer à bénéficier de la manne de l’état.


Au-delà de la politique de bon voisinage, le Sénégal doit développer une politique économique mieux intégrée, plus compétitive mais moins concurrentielle avec les pays de la sous-région voire même à l’échelle continentale.


Eradiquer le phénomène de l’émigration clandestine ce qui apparait comme une faillite de l’état dans sa mission régalienne, il y a lieu de s’interroger sur le pourquoi de cet échec. Aucun pays ne peut parvenir à l’émergence sans le développement du secteur agricole et la création d’industries génératrices d’emplois au niveau des régions.


On peut citer l’exemple de la Compagnie Sucrière de Saint-Louis (CSS) qui emploie (2000 permanents, 4000 saisonniers par an et 600 journaliers par jour), idem la SONACOS qui employait, en 1980, 500 travailleurs permanents, 1000 saisonniers et presque 400 travailleurs journaliers. Donc pour le salut de notre nation, il y’a lieu de consacrer 60% du budget à l’agriculture 35% à l’industrie à cela s’ajoute la révision à la hausse du prix au producteur de l’arachide.


Dans cette optique, je suggère aux gouvernements de mettre sur pied une structure étatique capable de créer des industries dans certaines régions du pays pour mieux fixer les jeunes à l’image de la SONACOS des années 80. Ceci pourrait permettre entre autres mesures politiques de mieux sédentariser les jeunes.


AUDIT DU FONCIER


Pour mettre un terme à la spéculation foncière, l’Etat doit prendre des dispositions réglementaires dans ce sens. Désormais avant l’affectation ou la désaffectation des terres du domaine national etc…, il faudra passer par la gouvernance, qui transmet au ministère de l’intérieur, via le ministère des finances et au secrétariat général de la présidence pour une approbation définitive.  Il faut surtout cesser de vendre aux étrangers ou privés nos terres et ramener la durée du bail à 25 ans renouvelable au lieu de 99 ans.


Certains services déconcentrés ou mairies, (en dépit de la double prorogation de leur mandat) continuent de faire du foncier leur fonds de commerce.


Le président Macky SALL, profitant du dernier remaniement, dans un souci de stabiliser la vie politique et d’apaiser le climat social, a appelé toutes les forces vives de ce pays autour de lui car il est préoccupé par les intérêts supérieurs de la nation et que les hommes passent, seules les institutions sont pérennes.


Il s’est débarrassé d’un boulet qu’il a longtemps trainé, qui l’empêchait, dans une certaine mesure, de communier avec  ses militants. Il y a eu parmi ces personnalités limogées, une dont la propre famille jubilait de joie suite à son départ.


Je salue la hauteur d’esprit des ex-ministres qui continuent de participer au SEN et, qui ont renouvelé leur disponibilité à l’endroit du président. La bouderie est l’attitude d’un esprit puéril.


Retrouvailles entre Macky SALL et Idrissa SECK


Certes le réalisme politique et la conjoncture en général (selon l’ANSD, 7.000 à 40.000 entreprises sont fermées à cause de la pandémie) plaident pour cette retrouvaille. Mais il s’agit en fait d’une retrouvaille que seules les turpitudes de la vie politique pouvaient pour un moment, les séparer.


Voilà 2 hommes qui ne se veulent que du bien, au vu de leur compagnonnage passé, marqué par une affection réciproque. Vouloir expliquer cette retrouvaille par un jeu de calcul politique ou des marchandages politiciens me semble on ne peut plus réducteur. Il s’agit en réalité de deux (02) « ANDE NIAAR NIOU YAGGA NAW LANTE » qui augurent des lendemains meilleurs pour le Sénégal. Vu leur cursus Etatique et leur poids politique Car je reste convaincu que l’obligation de résultat pour un mieux-être des sénégalais, reste la seule préoccupation de ces 2 géants de la scène politique.


Le président Idrissa SECK mû par une démarche républicaine, entend apporter sa pierre à l’édifice national.


Monsieur le Président, sachez qu’Idrissa SECK est un homme de principe qui a le sens des responsabilités et qu’il ne renonce jamais à ses engagements, son éthique ne lui permettant pas de faire les choses à moitié. Il s’engage entièrement et à  fond dans toutes ses entreprises quoique cela puisse lui coûter, ce qui a été à l’origine de toutes ses déceptions avec le Président Abdoulaye WADE qu’il considérait comme son père spirituel.


Nous souhaitons de tous nos vœux que cette entente, et ce compagnonnage soit sincère contrairement à ceux qui ont prévalu entre Abdoulaye WADE et Idrissa SECK.


Je demande à Idrissa SECK, s’il veut réellement aider Macky SALL, de gagner les élections à venir, de descendre sur le terrain et d’entamer une tournée nationale et internationale en accord avec ce dernier, pour rencontrer ses anciens collaborateurs du M-6 etc…frustrés qui avaient lors des élections de 2007 un score plus qu’honorable de 18 000 voix seule à Kaolack, ce que son parti Rewmi n’a jamais obtenu dans ladite région et au niveau national et ceci dans le but de lever toute équivoque et malentendu.


Personnellement je ne connais Idrissa SECK qu’à travers les media, les instances politiques du PDS, grâce à son intelligence, et son savoir-faire, un fin politique, un homme courageux et incontournable sur la scène politique sénégalaise.


LA GRANDEUR DAME ET L’ESPRIT DE DÉPASSEMENT


Je rappelle également que Madame Aminata TALL vient de démontrer une nouvelle fois de plus, lors de l’installation du président du CESE Monsieur Idrissa SECK, le jeudi 19 novembre 2020, sa grandeur d’âme, son esprit de dépassement et sa carrure de femme d’Etat qui croit toujours en son étoile, en communiant avec l’ensemble des personnes présentes à la cérémonie, avec des prises de photos, parce qu’elles avaient la nostalgie de cette dernière. Elle a fait vibrer tellement cette grande salle ce jour là.


Ce qui confirme mes propos dans les contributions que j’ai faites à travers les réseaux sociaux et dans certains journaux que Madame Aminata TALL est dotée d’une forte aura qu’elle n’a jamais exploitée par modestie durant toute sa carrière politique tant sur le plan national  qu’international.


Je demande au secrétaire général de l’APR et Président de Benno Book Yakar de miser étroitement et de manière permanente sur la forte renommée dont jouit Madame Aminata TALL.


UNIR LA CLASSE POLITIQUE POUR LA PREMIERE FOIS.


Je suggère à Monsieur le Président de la République Macky SALL d’avoir un esprit de dépassement et de s’ouvrir au reste de la classe politique, notamment Messieurs Pape DIOP, Karim WADE, Khalifa SALL, Abdou MBAYE, Malick GAKOU, pourquoi pas l’élargir à Ousmane SONKO,  Cheikh Bamba DIEYE, Bougane Dieye Dany et Mamadou Lamine Diallo etc. pour instaurer un dialogue permanent et sincère, afin d’aboutir à un large consensus qui pourra dissiper tous les malentendus et faire  taire les rancœurs se retrouver autour de l’essentiel qui n’est autre que le développement économique et social de notre cher pays le Sénégal.


Demande au Président de la République de bien vouloir rappeler également à ses côtés Monsieur Thierno Alassane SALL qui a consenti d’énormes sacrifices, en renonçant à un salaire de 14 000 000 et 3 000 000 d’indemnité, compte non tenu d’autres avantages en sa qualité de Directeur de L’ARTP. Lorsqu’on l’a nommé à ce poste, il avait demandé au président Macky SALL la révision à la baisse de son salaire qu’il jugeait exorbitant compte tenu des maigres moyens de notre pays et le président l’avait mis en rapport avec le secrétariat général de la présidence de la république et enfin de compte le salaire a été ramené à 5 000 000 F; fait qui n’a jamais été démenti par personne.


Dans ce contexte d’ouverture et de transparence, voilà le type d’homme qu’il nous faut pour la gestion des affaires.


Cette union autour du Président ne saurait aliéner la liberté d’action de chacune des entités politiques pour les échéances électorales à venir, parce que dans une démocratie il faut une multiplicité d’idées et de positions et le tout dans une posture républicaine et nous fera avancer positivement.


Dans tout cela c’est le Sénégal qui y gagne. Quand le pays a besoin de tous ses fils, les ambitions, les malentendus des uns et des autres doivent être reléguées au second plan.


Je vous rappelle Monsieur le président qu’à la date du 07 février 2012, en pleine campagne électorale, lorsque nous avions croisé le convoi de Maître Abdoulaye WADE, l’un des quartiers de Dakar et qui par ironie disait que votre convoi n’était composé que 2 véhicules, j’étais dans le véhicule de Madame Aminata TALL.


Maitre Wade vous sous-estimait ainsi que beaucoup de sénégalais. Et la majeure partie n’avait pas misé sur vous oubliant que le seul et unique décideur reste Dieu. Pour cela vous devez rendre grâce à votre seigneur et à vos parents.


Le bon Dieu a dit dans le Coran la sourate « wadouha waleyly » au prophète Mouhamed PSL, « wa Hama Binehmaty Rabikah Fahadith »


Tout bonheur provenant de moi, à votre destination, il faut le reconnaître


«Wolof nena kouladefal loubakh ngasante ko walanga gueureum ko»


Ce verset doit nous servir tous de leçon et nous pousser à demeurer humble.


Le prophète PSL a dit également dans un Hadiss «Wamane Layarha mou Nassou La Yarhamou LAH » : celui qui a pitié de son prochain, Dieu aura pitié de lui, ici et au-delà.


« Wolof nena kou yeureum mbindef yalla yeureum la fi ak fenene. »


Sur ce, Monsieur le président, je vous exhorte d’entamer la procédure légale auprès des institutions habilitées pour l’amnistie de Monsieur Khalifa SALL et Karim Wade et permettre à ce dernier exilé depuis (4 ans) de retrouver les siens, au vu de l’âge avancé de ses parents.


LIMITATION DES MANDATS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE


Je demande au Secrétaire général de l’APR, en collaboration avec les partis politiques, dans le sillage du dialogue national et d’une concertation inclusive avant ou après les élections présidentielles de 2024, de ramener le mandat du Président de la République à 7 ans, si l’on considère que 5 ans ou 60 mois s’avèrent insuffisants.


Ce que j’ai toujours décrié dans mes contributions du 19 Octobre 2012, citées ci-haut, surtout pour un pays en voie de développement comme le Sénégal. Parce que les 03 premières années de son mandat, le Président est à son stage d’application.


A PROPOS DE LA NOMINATION DU CHEF DE L’OPPOSITION


Il faut sursoir à la désignation du statut de chef de l’opposition avant ou après les élections 2024, puisqu’il n y a pas de consensus sur les critères du choix, personne parmi les pressentis ne remplit les conditions, il faudra donc consensuellement revoir cette loi à l’image de certains pays.


ORIENTATION DES ETUDIANTS


J’invite incessamment le Président en collaboration avec son ministre de l’enseignant supérieur d’orienter de manière obligatoire les étudiants qui ont leur Bac depuis 2019 et 2020 qui ne l’ont pas été afin de lever tout équivoque pour l’apaisement du climat social de notre pays.


SUPPRESSION DE LA LIMITATION DU PASSAGE AUX CONCOURS DIRECTE D’ENTRER DANS L’ADMINISTRATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE SENEGALAISE.


J’exhorte, Monsieur le Président de la république en accord avec les autorités académiques de lever la limitation sur tous les concours, jusqu’à l’âge de « 50 ans », plus particulièrement l’ENA, l’agent cotise durant le nombre d’année qu’il a travaillé ce qu’il percevra en équivalence pour sa retraite en pension, pour donner plus de chance aux sénégalais diplômés, étant entendu que l’âge à la retraite est porté de 65 à 68 ans ce qui est un blocage pour les sénégalais qui aspirent à un emploi.


DECLARATION CONCERNANT LE MINISTRE DE LA SANTE


La dernière sortie du ministre de la santé invitant les sénégalais à célébrer la Tabaski dans leur résidence,  a fini d’étaler ces limites en tant que chargé du département de la santé en dépit de ses efforts méritants qu’il faut avoir l’honnêteté de saluer.


En l’état actuel de la pandémie et à l’heure de fast-Trak, la santé doit être confié à quelqu’un ou a quelqu’une qui dispose d’une expertise très pointue, très au faite des questions de santé ceci aussi bien sur le plan national qu’à l’échelle planétaire.


Compte tenu de la complexité et de la gravité de la situation pour l’intérêt de notre pays et même au delà.


INEQUITE EN MATIERE DE CRIME PAR L’ETAT


Je sollicite auprès du Président de la République en collaboration avec le Ministère de la justice au nom du principe à la défense de revoir de fond en comble cette loi en matière criminelle qui fait bénéficier la même faveur à la partie civile quelque soit la nature du crime, il n’est pas assisté par un avocat constitué par l’état durant toute la procédure, alors que le présumé coupable est assisté d’office par un avocat dès l’enquête préliminaire jusqu’au procès. La victime ou ses ayants droit sont tenus quelque soit la modicité de leurs moyens de se procurer un avocat. Cela ne me semble pas conforme à l’équité et à la justice, même si le procureur, avocat de la société est censé représenter la partie civile. Au cas où il s’agit d’un meurtre et que le coupable  soit condamné à des dommages et intérêts, si ce dernier n’est pas solvable l’état doit se substituer à lui et dédommager la famille de la victime.


LE SONDAGE DE MAMADOU SIDIBE


Le constat que j’ai fait est que vous avez été élu en 2012 avec un pourcentage de (58%) votre cote de popularité a accru.


Grâce aux actions phare que vous avez réussi, vous avez pu redresser la barre et faire remonter votre cote que j’ose avancer jusqu’à 75%. En tant que responsable de L’APR et côtoyant les populations, je peux en témoigner.


Auparavant il était plus difficile de convaincre certains sénégalais sur la pertinence des réalisations du président de la République qu’aujourd’hui.


Pour les actes forts pleins d’enseignement également que vous avez posés, lors de votre séjour du 24 et 25 Aout 2020 à Paris en reconnaissant vous être trompé sur l’ordre de vos priorités. Pour bâtir le Sénégal.) En mettant l’homme, qui est au début et à la fin de tout développement, au centre de vos priorités.


Il y a lieu de saluer d’abord, votre courage politique et votre honnêteté intellectuelle aussi, lors d’un séjour au mois de novembre 2020 à Paris par rapport à l’actualité relative aux caricatures du prophète Mouhamed PSL, suite à la sortie du Président Macron.


Vous avez invité ce dernier au respect des droits à la différence et à la liberté de culte, car vous lui avez rappelé que par essence, l’islam est une religion de tolérance et de paix « vous avez votre religion comme nous avons la nôtre » le Président dixit conformément au verset de la sourate « les mécréants » et qu’il est aux antipodes de toute forme de violence et d’extrémisme. Et qu’en dépit de nos différences de religions et de races, nos (2) pays ont toujours cheminé ensemble.


Grâce à votre sens de la diplomatie, vous avez restauré la confiance et renoué l’amitié qui ont toujours existé entre nous et les pays voisins.


Tout au début de la pandémie « COVID 19 » les mesures prises, et diligentées par Monsieur le Ministre Mansour FAYE ont permis d’asseoir un élan de solidarité, au niveau national et de la diaspora.


Votre sens de l’Etat, vous a amené à comprendre que les hommes partent et les institutions demeurent, que le devenir de notre nation, son salut passe avant les ambitions personnelles et les considérations partisanes,


C’est ce qui vous a amené lors du dernier remaniement à extirper une grosse épine qui vous empêchait d’accéder à votre base affective.


Vous avez fait prévaloir l’esprit républicain dans notre administration pour que l’Etat de droit soit respecté par tous.


Malgré notre déficit budgétaire, vous avez réussi à augmenter le prix du kilo de l’arachide à 250 F à 285F ce qui a satisfait totalement les paysans, malgré l’arrivée des chinois. Il ya lieu d’organiser avant l’année prochaine de larges concertations avec les acteurs concernés pour la sauvegarde de nos industries huilières.


POUR LES ELECTIONS A VENIR


Avec la dynamique que le Président de la République vient d’enclencher, ce dernier peut remporter ou faire remporter, avec une majorité écrasante pour toutes les élections à venir INCHALLAH. Quelles que soient les forces en présence face à sa coalition, à une condition que je me garderai d’évoquer.


EN CONCLUSION


Je demande au président de la république, à ses collaborateurs notamment ses directeurs de cabinet et directeur de cabinet politique de prêter une attention particulière à mes contributions les efforts que je fournis, par le biais de contributions adressées à Monsieur le président de la République, de 2012 à nos jours, dans le seul souci de participer activement à l’émergence de notre nation et la bonne marche de notre parti l’APR.


Nonobstant mes diverses contributions, hélas vous n’avez jamais donné suite à mes correspondances, ni m’avoir reçu.


Contrairement à vos prédécesseurs en l’occurrence les présidents DIOUF lettre n° 04440 du 5 juin 1986 et WADE lettre n°001969 du 06 févier 2007.


Etant également le premier sénégalais à avoir sollicité une audience anticipée auprès de vous en votre qualité de candidat de la coalition Macky 2012, lors du meeting du 19 février 2012 au terrain Deggo à Ndorong Kaolack.


Voire Photo :   Monsieur Macky SALL à droite en bonnet et écharpe, Vieux Maissa GAYE Sage du parti APR Kaolack, Mamadou SIDIBE en cravate et Monsieur Chérif MONTEY en casquette.


Lorsque, Monsieur Diene Farba SARR avait donné la parole à ce dernier pour intervenir au nom de la coalition régionale « Macky 2012 » devant Mesdames Mariama SARR, Awa GUEYE,  Zahra  Hyane THIAM, Aminata TOURE dite MIMI et autres responsables politiques, il a déclaré qu’il avait la certitude que son candidat, Macky SALL , sera élu comme président de la république du Sénégal et qu’il demandait à cet instant une audience dans l’agenda futur de ce dernier, ce qu’a confirmé  Monsieur Macky SALL, au salon de Madame Aminata TALL, à la fin du meeting de Diourbel organisé le 20 Février 2019, après avoir reçu la délégation de Monsieur Moustapha Cissé LO de 01h jusqu’à 04h00 du matin. Et cette dite audience a été renouvelée durant 14 fois et j’attends toujours d’être reçu.


Ampliation :


Monsieur le directeur de cabinet du Président de la République
Monsieur le Directeur de cabinet Politique du Président de la République.
Fait à Kaolack, le 1er Octobre 2020

Cet article a été ouvert 358 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial