igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

Coronavirus, cinq épidémies qui ont contribué à changer le cours de l’histoire

Actualité/Covid-19

iGFM – (Dakar) – L’épidémie de coronavirus est en train de changer radicalement la façon dont des millions de personnes dans le monde vivent. Nombre de ces changements seront temporaires. Mais les maladies ont eu, tout au long de l’histoire, d’énormes effets à long terme : de la chute des dynasties, à la montée du colonialisme et même au refroidissement du climat.

La peste noire du 14e siècle et l’essor de l’Europe occidentale

L’ampleur de la peste qui a frappé l’Europe vers 1350 était terrifiante, tuant environ un tiers de la population.

Mais la mort de dizaines de millions de personnes a peut-être aidé de nombreux pays à se développer, contribuant à ce qu’ils soient aujourd’hui parmi les plus riches du monde.

L’énorme pourcentage de personnes qui sont mortes de la peste bubonique a contribué à la réduction du nombre de paysans. Cela a entraîné une pénurie de main-d’œuvre pour les propriétaires terriens.

Les travailleurs agricoles avaient donc un pouvoir de négociation bien plus important. Ainsi, l’ancien système féodal, qui obligeait les gens à travailler sur les terres d’un seigneur pour payer leur loyer, a commencé à s’effondrer.

Cela a poussé l’Europe occidentale vers une économie plus moderne, commerciale et basée sur l’argent liquide.

Comme il devenait beaucoup plus coûteux d’employer des personnes pour travailler, les patrons d’entreprises ont commencé à investir dans des technologies permettant d’économiser de la main-d’œuvre pour remplacer les gens.

On a même laissé entendre que l’épidémie avait encouragé l’impérialisme européen.

Les voyages et l’exploration en mer étaient considérés comme extrêmement dangereux, mais avec des taux de mortalité aussi élevés causés par la peste chez eux, les gens étaient plus disposés à faire de longs voyages.

Et cela a contribué à encourager l’expansion du colonialisme européen.

On pense donc que la modernisation de l’économie, l’augmentation des investissements dans la technologie et l’encouragement de l’expansion étrangère ont contribué à créer les conditions pour que l’Europe occidentale devienne l’une des régions les plus puissantes du monde.

Décès dus à la variole en Amérique et changement climatique

La colonisation des Amériques à la fin du XVe siècle a tué tant de gens qu’elle aurait pu modifier le climat mondial.

Une étude réalisée par des scientifiques de l’University College London au Royaume-Uni a révélé que l’expansion européenne a fait chuter la population de la région de 60 millions de personnes (environ 10 % de la population mondiale de l’époque) à seulement cinq ou six millions en cent ans.

Beaucoup de ces décès ont été causés par des maladies introduites par les colonisateurs.

La variole était la plus meurtrière parmi les autres maladies mortelles, telles que la rougeole, la grippe, la peste bubonique, le paludisme, la diphtérie, le typhus et le choléra.

Mais outre les pertes catastrophiques en vies humaines et les terribles souffrances humaines dans la région, il y a eu des conséquences pour le monde entier.

La diminution du nombre de personnes en vie a entraîné une baisse de la superficie des terres cultivées ou occupées, d’énormes zones sont donc redevenues naturellement des forêts ou des savanes.

On estime que 560 000 km2 ont ainsi été modifiés soit une superficie de la taille de la France ou du Kenya.

Cette énorme croissance des plantes et des arbres a entraîné une baisse des niveaux de dioxyde de carbone (CO2) (qui est enregistré dans les carottes de glace de l’Antarctique) et donc une baisse des températures dans de grandes parties du monde.

Les scientifiques pensent que cela, ainsi que de grandes éruptions volcaniques et une réduction de l’activité solaire, ont conduit au début d’une période connue sous le nom de « Petit âge glaciaire », qui a vu les températures baisser dans de nombreuses régions du monde.

Ironiquement, l’une des régions les plus touchées a été l’Europe, qui a subi d’énormes pertes de récoltes et des famines.

Fièvre jaune et révolte d’Haïti contre la France

Une épidémie en Haïti a contribué à pousser la France hors de l’Amérique du Nord, et une rapide augmentation de la taille et de la force des États-Unis a suivi.

En 1801, après plusieurs révoltes d’esclaves contre les puissances coloniales européennes, Toussaint Louverture dirige Haïti avec l’accord de la France.

Le leader français Napoléon Bonaparte se déclare gouverneur à vie. Il décide de prendre le contrôle total de l’île et d’envoyer des dizaines de milliers de soldats pour la prendre par la force.

Sur le champ de bataille, ils ont eu beaucoup de succès.

L’effet de la fièvre jaune fut cependant dévastateur. Environ 50 000 soldats, officiers, médecins et marins seraient morts et seulement 3 000 hommes environ sont rentrés en France.

Les forces européennes n’avaient aucune immunité naturelle contre la maladie, qui trouve son origine en Afrique.

Avec ses forces vaincues et démoralisées, Napoléon abandonne non seulement Haïti mais aussi les ambitions coloniales de la France en Amérique du Nord.

Deux ans seulement après le début de la mission ratée de ses forces pour écraser la rébellion haïtienne, le chef de la France a vendu 2,1 millions de km2 de terres au gouvernement américain (connu sous le nom de Louisiana Purchase), doublant ainsi la taille du jeune pays.

Peste bovine africaine et expansion coloniale en Afrique

Une maladie mortelle affectant les animaux a contribué à accélérer la colonisation de l’Afrique par l’Europe.

Il ne s’agissait pas d’une épidémie qui tuait directement des personnes, mais d’une épidémie qui tuait des animaux.

Entre 1888 et 1897, le virus de la peste bovine a tué 90 % du bétail africain. Les communautés de la Corne de l’Afrique, de l’Afrique de l’Ouest et du Sud-Ouest de l’Afrique ont été dévastées.

La perte de bétail a entraîné la famine, l’effondrement de la société et la fuite des réfugiés des zones touchées.

Même les zones de culture ont été touchées, car beaucoup dépendaient des bœufs pour labourer la terre.

Le chaos provoqué par la maladie a permis aux pays européens de coloniser plus facilement d’immenses étendues d’Afrique à la fin du XIXe siècle.

Leurs plans ont commencé quelques années seulement avant l’apparition de la peste bovine.

Lors d’une conférence à Berlin en 1884-1885, 14 pays d’Europe dont le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, le Portugal, la Belgique et l’Italie ont négocié leurs revendications sur le territoire africain, qui ont ensuite été formalisées et cartographiées.

L’effet sur le continent a été sismique.

Dans les années 1870, seuls 10 % environ de l’Afrique étaient sous contrôle européen, mais en 1900, ce chiffre est passé à 90 % environ.

Et l’accaparement des terres a été favorisé par le chaos provoqué par l’épidémie de peste bovine.

L’Italie a fait des incursions en Érythrée au début des années 1890, en partie à cause de la famine en Éthiopie qui a tué un tiers de la population.

L’histoire de l’Afrique, selon les Nations unies, décrit comment « le colonialisme est arrivé dans une région qui souffrait déjà d’une crise économique avec tous ses effets ».

La peste et la chute de la dynastie Ming en Chine

La dynastie Ming a régné sur la Chine pendant près de trois siècles, au cours desquels elle a exercé une énorme influence culturelle et politique sur une vaste partie de l’Asie de l’Est.

Mais tout cela a connu une fin catastrophique, en partie à cause d’une épidémie de peste.

Une grande épidémie est arrivée dans le nord de la Chine en 1641, provoquant de terribles pertes humaines. Dans certaines régions, entre 20 et 40 % de la population est morte.

La peste a frappé en même temps qu’une sécheresse et des essaims de criquet

Les champs n’étant pas cultivés, les gens n’avaient pas de nourriture, et certains auraient commencé à manger les corps des victimes de l’épidémie.

La crise a probablement été causée par une combinaison de peste bubonique et de malaria. Elle a peut-être été apportée par des envahisseurs venus du nord, qui allaient finalement renverser la grande dynastie.

Les attaques des bandits ont finalement été suivies d’une invasion organisée de la Mandchourie par la dynastie Qing, qui allait finalement remplacer la dynastie Ming et établir un empire propre qui durerait des siècles.

À l’époque, les dirigeants Ming étaient confrontés à de nombreux problèmes, notamment la corruption et la famine, mais l’épidémie de maladie mortelle qui a balayé le pays a contribué à mettre fin à son règne.

Derniers articles sur Actualité

Aller vers HAUT