Décente aux enfers de la société d'assistance technique - Le collège des délégués de 2AS alerte

mardi 12 mars 2024 • 532 lectures • 0 commentaires

Actualité 2 mois Taille

Décente aux enfers de la société d'assistance technique - Le collège des délégués de 2AS alerte

PUBLICITÉ

iGFM - (Dakar) Le collège des délégués de 2AS a fait face à la presse ce mardi pour alerter sur la situation de décadence de l'aéroport notamment la décente aux enfers de la société d'assistance technique.

"Conscient de la nouvelle orientation stratégique que devrait aborder notre secteur, plus particulièrement le handling autrement appelé (Assistance au sol )pour répondre aux exigences d'un Hub aérien sous régional piloté par la tutelle, j'allais dire l'Etat, nous avons décidé, à travers une démarche participative et de manière inclusive, en tant qu'acteur principal, d'apporter sans ambiguïté notre pierre à l'édifice afin d'aborder sereinement cette stratégie de changement", a déclaré M. Ousmane Sall.

PUBLICITÉ


A cet effet, dit-il, toutes les démarches administratives ont été prises par l'autorité pour mettre en œuvre Une société d'assistance très forte, un gestionnaire rigoureux, une compagnie nationale performante et tutti quanti.

PUBLICITÉ


"A la date 14 Septembre 2017, le décret n°2017-1606 portant réglementation de l'activité d'assistance en escale dans les aéroports du Sénégal a été signé en son temps par le Premier ministre d'alors et son excellence Monsieur le President de la République. Lequel décret souligne très clairement les services rendus sur un aéroport à un transporteur aérien, couvrant ainsi les activités soulignés (Cf décret n°2017-1606). Toujours dans la même logique, un Projet d'arrêté relatif aux modalités d'exercices de l'activité d'assistance en escale dans les aéroports du Sénégal fut élaboré et signé par le ministre Le 18 septembre 2017", fait-il remarquer.


"Le 20 Septembre 2017, poursuit-il, l'arrêté portant agrément de AIBD ASSISTANCE SERVICES S.A, en abrégé 2AS comme société d'assistance en escale, fut signé par le ministre du transport aérien et du Développement des Infrastructures aéroportuaires, lequel arrêté en son article 2 dispose que : La société AIBD ASSISTANCE SERVICES S.A est autorisée à exercer à l'aéroport international Blaise Diagne dans les conditions fixées par les lois et règlements en vigueur les catégories de services d'assistances en escale ci-après : l'assistance administrative au sol, l'assistance Passagers, l'assistance bagages, l'assistance Fret et Poste, l'assistance operation en piste, l'assistance nettoyage et service de l'avion, l'assistance entretien en ligne, l'assistance opération aérienne et administration des équipages, l'assistance transport au sol. A la lecture de ces points énumérés ci-dessus,  la société 2AS reste un moteur principal pour la bonne marche du secteur. Hélas il n'en est rien", déplore Ousmane Sall.


Il estime qu'en tant qu'acteur, ils ont toujours joué pleinement leur rôle de veille et d'alerte en procédant à un examen objectif et critique dans le secteur. "La pertinence du choix des objectifs sans complaisance dans la démarche ainsi que l'appréciation de l'adéquation des moyens aux objectifs ont toujours été un sacerdoce pour nous afin que 2AS puisse être un modèle d'entreprise performant ici et ailleurs.Seul le capital humain hautement qualitative a pu permettre à 2AS de subsister au prix de leur vie . Le constat est amer, alarmant, voire chaotique. Notre inquiétude, nos alertes, nos propositions ont été crié urbi et orbi mais apparemment les préoccupations ne semble point être les mêmes. Comment pouvez-vous concevoir une société d'assistance sans les moyens. Actuellement, de nombreux défis persistent menaçant la satisfaction des passagers (satisfaction client), la sécurité des opérations ainsi que la santé physique des travailleurs. Les partenaires qui ont été choisis par l'autorité conduisent notre structure vers la descente aux enfers du fait de leur bon vouloir, l'assistance en escale représente un maillon essentiel et incontournable dans la compétitivité et la renommée de la gestion d'un Aéroport, malheureusement à l'AIBD la plupart de ces services restent davantage plutôt théorique que pratique, laissant entrevoir une situation en deçà des normes attendues", alerte-t-il.


Selon lui, la quasi totalité des compagnies assistées ne savent plus à quels saints se vouer à l'arrivée comme au départ avec un simulacre de traitement aux antipodes des procédures de sécurité et sûreté leur est fourni. Le traitement des bagages cargo se fait dans des conditions exécrables, les voitures de liaisons pour gérer la coordination piste se font désirer. Les responsables opérationnels auxquels on a assigné des tâches, missions avec des critères de performance ne font que du rafistolage eu égard au manque de matériel de servitude suffisant. Le manque d'EPI (Équipement de protection Individuel ) est visible au premier contact avec le personnel au sol. La récurrence des accidents est à son paroxysme. L'impact sur la santé des travailleurs est un secret de polichinelle (fausse couche  problème lombaire, problème d'ouïe , .... Les exemples sont multiples et variés. Cependant la question à poser est de savoir si nous allons croiser les bras et laisser faire. Bien sûr que NON!!! Chers tous, Un Drame est en train de se passer à AIBD", crie-t-il.


Les travailleurs interpellent et sollicitent le President de la République, Macky Sall pour une intervention énergique et prompt visant à améliorer la situation à l'AIBD.

Cet article a été ouvert 532 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial