Diaw Diop : « Quand on n’a pas de retour sur investissement, ça bloque la musique »

samedi 12 novembre 2022 • 1393 lectures • 0 commentaires

People 3 semaines Taille

Diaw Diop : « Quand on n’a pas de retour sur investissement, ça bloque la musique »

PUBLICITÉ

GFM – (Dakar) Un artiste éclectique, rien de tel pour ouvrir une page réflexion sur l’industrie musicale. Et Diaw Diop, dans les colonnes de nos confrères de rewmi, se prête bien volontiers à l'exo. Mots mesurés, idées ciselées, Didi parle comme il chante, c’est-à-dire, en réfléchissant. Et à revisiter son parcours, on voit qu’il a de qui et de quoi tenir. Un père qui, à travers une phrase valise, lui fait thésauriser les vertus de l’alliance études et art, un vécu qui forge une carapace de volontaire dans

Début difficile au point de vouloir tout arrêter ?
Non jamais ! Je n’ai jamais pensé à décrocher, malgré toutes les difficultés. Le chemin était certes parsemé d’embûches, mais j’ai persévéré pour me faire cette place. Je suis coriace, quand je veux quelque chose, je me donne les moyens de l’obtenir, peu importe les difficultés. A chaque problème je trouve une solution.
« Parolier » quel est le secret de ce surnom?
Je fais toujours beaucoup de recherches en ce qui concerne la musique. Mon vécu me l’impose et m’a formé bien que nous n’ayons pas tous appris de la même manière. J’ai eu la chance de faire de la variété, de jouer sur plusieurs styles de musique. Que ce soit les textes ou autres, je mets toujours en avant l’aspect recherche. Je n’écris pas mes textes pour les écrire de façon simple j’essaye d’écrire comme l’artiste car la parole artistique dépend de la parole simple.
Comment trouvez-vous l’industrie musicale sénégalaise ?
Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il y a une industrie de la musique ici, car tous les facteurs ne sont pas réunis. Tout d’abord, les artistes ont du mal à vendre leur musique et c’est un problème. Le public sénégalais n’a pas encore cette culture de streaming et de téléchargement. Ensuite de nos jours, la musique est tellement saturée que les artistes, en se produisant, font limite la promotion de leur produit. En tant qu’artiste, quand tu détiens ton produit et que tu veux qu’il soit découvert par le public, l’idéal c’est de le vendre, sauf qu’ici, ce n’est pas ce qui se fait et ça aussi c’est un autre problème. Il y a beaucoup de manquements dans notre industrie musicale et il faut une structuration.
Quand on n’a pas de retour sur investissement, ça bloque la musique et c’est ce qui pousse certains d’entre nous à se tourner vers d’autres activités ou à chanter les louanges d’une célébrité afin d’en tirer profit, d’où le terme « woyane ».

PUBLICITÉ



 

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 1393 fois.

Publié par

Mame Fama GUEYE

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial