Droits de retransmission télé : le jeu trouble de la CAF

Sport

 

IGFM-Dans quelques mois, la Coupe d’Afrique des nations (CAN) va se dérouler au Cameroun. En attendant, plusieurs diffuseurs, publics comme privés, s’activent pour acquérir les droits de retransmission. Le hic est que la Confédération africaine de football (CAF) n’a pas encore définitivement tranché la question des droits de retransmission, même si depuis septembre 2016, le Congrès de la CAF avait confié la gestion des droits médias et marketing du football africain à la société SportFive, filiale du Groupe Lagardère Sport & Entertainment, jusqu’en… 2028 !

Seulement, le contrat entre SportFive et la Caf a toujours été mis en cause, notamment sa durée. Plusieurs acteurs du football africain ont pensé que désormais une révision de l’accord est plus que nécessaire depuis que la CAN est passée de 16 équipes à 24.

Et avec l’accession du Malgache Ahmad Ahmad à la tête de la CAF en remplacement du Camerounais Issa Hayatou, la question est sérieusement débattue au sein de l’instance dirigeante du football africain.

Selon des informations, la Caf veut redonner à la société LC2 Afnex les droits de retransmission. Ce qui intrigue est que cette société a, avec la Caf, un passé difficile. Il lui devrait beaucoup d’argent. Certains observateurs du football africain pensent qu’en redonnant le marché à la LC2 Afnex, la Caf veut aider LC2 Afnex à renflouer ses caisses et pouvoir ainsi payer sa dette. Une thèse qui n’est pas facile à démentir. Comment en effet expliquer que la Caf veuille rompre avec un système qui marche pour retourner vers un autre système qui a démontré ses carences.

Il faut dire que jusqu’en 2016, la société LC2 Afnex était détentrice exclusive des droits de retransmission de la CAN en Afrique sub-saharienne. Et c’est parce qu’elle n’avait pas répondu aux attentes que Issa Hayatou et Cie avaient décidé de propulser SportFive qui avait sorti le chéquier. 

IGFM

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.