"En 2023, le Sénégal a exporté 148 000 tonnes d'anacarde"

jeudi 21 mars 2024 • 309 lectures • 0 commentaires

Actualité 2 mois Taille

\

PUBLICITÉ

iGFM - (Dakar) « La mesure qui visait à réglementer davantage les exportations d’anacarde au Sénégal a permis de maitriser les flux d’exportation d’anacarde. Elle a permis de booster le niveau d’exportation. En 2017 on était à 56 tonnes exportées et en 2023, à 148 000 tonnes exportées par l’Etat du Sénégal ».

Selon Ousmane Ka, coordonnateur de l’unité nationale de mise en œuvre du cadre intégré renforcé, structure placée sous la tutelle du ministère du commerce lors d'une rencontre des acteurs de ICAS portant sur le développement de l’industrie du cajou au Sénégal tenue mercredi 20 mars 2024, au siège de la Giz/Invest for Jobs à Dakar.

PUBLICITÉ


Cette mesure a permis au Sénégal d’être considéré comme producteur et exportateur d’anacarde soutient-il.

PUBLICITÉ


S’agissant la transformation locale de l’anacarde, dit-il, « le maillon de la transformation ne représente même pas 3 % de la production nationale d’anacarde d’où l’intérêt des échanges de ce matin pour voir quelle stratégie mettre en place pour développer davantage le niveau de transformation d’anacarde au Sénégal et ses produits dérivés ».


Pour Matthieu Sogard, chef du programme Invest for Jobs mise en œuvre par la Giz, « le champ des possibles est ouvert et très vaste, la filière est jeune, les industriels sont assez récents, les régions de la Casamance et Fatick ont des anacardiers, les rendements s’améliorent ». 


 M.  Alioune Camara, industriel et ingénieur de formation abonde dans le même sens, « il est important de voir les voies et moyens pour parvenir à un développement de la transformation. Il faudrait aujourd’hui qu’on comprenne tous les enjeux liés à la transformation ». La Côte d’Ivoire, dit-il, "en 5 ans, a réussi à construire 10 usines et plus de 12 000 emplois créés. Il y a donc une valeur ajouté phénoménale qui ressort de la filière anacarde.


Pour sa part, Ibrahima Doucouré, chargé du portefeuille au niveau du Fonds national du développement agrosylvopastoral (FNDASP), la filière de l'anacarde peut nous apporter beaucoup surtout en termes de création d’emplois et sanitaire. "Il y a des apports en matière de santé et c’est énorme. Ces apports sont toujours méconnus par la population. C’est un travail qui reste à faire pour mettre l’accent aussi sur la consommation de l’anacarde car beaucoup estiment que mélanger le cajou avec le lait est dangereux. Les études qui ont été faites sur cette question montrent que le mélange ne présente aucun effet néfaste ».

Cet article a été ouvert 309 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial