Ex-espion empoisonné : le réquisitoire de Theresa May contre Moscou

in International

iGFM-(Dakar)La première ministre britannique a donné jusqu’à mardi soir à Moscou pour fournir des explications à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques.

« Il est très probable que la Russie soit responsable » de l’empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Youlia. C’est ce qu’a déclaré Theresa May, lundi 12 mars, devant la Chambre des communes, huit jours seulement après que cet ex-agent double russe, réfugié au Royaume-Uni, âgé de 66 ans, et sa fille de 33 ans ont été découverts inconscients sur un banc dans un quartier commerçant de Salisbury.

Alors que les deux victimes demeurent en soins intensifs dans un état critique, la première ministre britannique, sous la pression des conservateurs, a haussé le ton, montrant du doigt, explicitement, pour la première fois, la Russie, au risque d’une escalade entre Londres et Moscou. Il avait fallu dix ans à la justice britannique pour affirmer publiquement, en 2016, que l’assassinat de l’ancien agent et opposant Alexandre Litvinenko, à Londres, en 2006, par ingestion de polonium radioactif incorporé à une tasse de thé, était « probablement approuvé par le président Poutine ».

L’accusation de Mme May repose sur l’identification par la police scientifique britannique de l’agent innervant utilisé pour empoisonner Sergueï et Youlia Skripal, une substance « de qualité militaire », du groupe des agents « Novitchok » (« nouveau venu » en russe) mis au point par l’Union soviétique dans les années 1970 et 1980. « Il s’agit soit d’une attaque directe de l’Etat russe contre notre pays, soit le gouvernement russe a perdu le contrôle de [ce produit] terriblement nocif et a permis son utilisation par d’autres », a-t-elle assuré.

« Réponse crédible »

Faute d’une communication du « programme Novitchok » à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques et d’une « réponse crédible » de l’ambassadeur russe Alexandre Yakovenko d’ici à mardi soir, a-t-elle averti sur un ton cassant dans un inhabituel silence glacé du Parlement, « nous en conclurons que cette action constitue un usage illégal de la force par l’Etat russe contre le Royaume-Uni. Et je reviendrai alors devant la Chambre et présenterai l’éventail des mesures que nous prendrons en représailles ».

En Russie, interrogé avant l’allocution de Mme May par la BBC sur une éventuelle responsabilité russe, le président Vladimir Poutine a répondu sur un ton badin : « Tirez les choses au clair de votre côté et après nous en parlerons avec vous. » « C’est un spectacle de cirque au Parlement britannique, et la conclusion est claire : c’est une nouvelle campagne [contre la Russie] basée sur la provocation », a renchéri Maria Zakharova, porte-parole du ministère des affaires étrangères.

Les commentaires officiels russes tournent autour de cette idée de « provocation ». Certains font remarquer que le régime aurait pu se débarrasser de Sergueï Skripal pendant les quatre ans qu’il a passés en camp, entre sa condamnation pour « haute trahison » en 2006 et l’échange opéré en 2010 avec des agents dormants du Kremlin aux Etats-Unis, qui a permis son exfiltration au Royaume-Uni. D’autres thèses plus extravagantes évoquent une manipulation des services spéciaux britanniques, soucieux de faire oublier un Brexit désastreux, voire de salir la Russie à la veille de la Coupe du monde de football.

Double message

Mais pour John Lough et James Sherr, experts au cercle de réflexion britannique Chatham House, l’implication russe « fait peu de doute » car Moscou n’a pas envoyé les signaux diplomatiques de rigueur pour montrer son innocence. Pour ces experts, le message est double : aux « traîtres » installés au Royaume-Uni — « Vous ne serez jamais en sécurité » ; au Royaume-Uni lui-même — « Nous pensons que vous êtes faibles et nous n’avons aucun respect pour vous. »

L’attaque de Salisbury serait destinée à « tester » Londres en lui signifiant qu’elle est moins prise au sérieux en raison des coupes dans son budget de défense et du Brexit. Après l’empoisonnement d’Alexandre Litvinenko en 2006, le gouvernement Cameron (2010-2016) avait freiné des quatre fers pour empêcher une enquête. Il s’agissait de préserver les investisseurs russes, fervents clients de la City et friands d’immobilier de luxe dans la capitale britannique.

Cette fois, le climat, alourdi par les accusations de cyberattaques et de manipulation russe du référendum de 2016 sur le Brexit, pourrait aboutir à des sanctions sérieuses. « Il est temps de changer la Bourse de Londres, avantage pour les Russes, en atout stratégique pour le Royaume-Uni », arguent les analystes de Chatham House, en recommandant des sanctions financières.

Soutien de la Maison Blanche

Au Parlement, le chef de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn, a plaidé en faveur de « la poursuite d’un dialogue vigoureux avec la Russie » afin d’« éviter aux tensions de s’envenimer ». Il s’est fait huer par les partisans de Mme May, en accusant celle-ci d’hésiter à viser « les oligarques russes et leurs associés » qui, selon le Times, ont fait don de plus de 3 millions de livres sterling (3,4 millions d’euros) au Parti conservateur.

Dans ce contexte houleux, alors qu’un policier a été lui aussi empoisonné, Theresa May a reçu le soutien de la Maison Blanche, qui lui a exprimé sa solidarité. « Nous faisons toute confiance à l’enquête britannique selon laquelle la Russie est probablement responsable de l’attaque », a dit le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson. Emmanuel Macron s’est aussi déclaré solidaire du Royaume-Uni. Avec Mme May au téléphone lundi soir, ils ont exprimé leur accord pour « continuer à agir de concert pour répondre au comportement agressif russe », selon le communiqué de Downing Street.

Le temps gagné lundi par la première ministre vise à mobiliser ses alliés. Mardi, elle pourrait annoncer l’expulsion de diplomates, des mesures contre les banques russes, voire le boycottage de la Coupe du monde de football en Russie. Mais l’affaire Skripal met surtout en lumière le risque d’exploitation par Moscou d’une situation nouvelle : le relatif isolement d’un Royaume-Uni en plein divorce d’avec l’Europe.

source: le monde.fr

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.