FIBA Africa Regional Youth Camp : le diagnostic du représentant de NBA Afrique

mercredi 19 octobre 2022 • 499 lectures • 0 commentaires

Sport 1 mois Taille

FIBA Africa Regional Youth Camp : le diagnostic du représentant de NBA Afrique

PUBLICITÉ

iGFM (Dakar) Le représentant de NBA Afrique qui forme de jeunes africains aux fondamentaux du basket, a fait le diagnostic de la discipline notamment sur le continent. Franck Traoré s'exprimait à l'occasion de l'ouverture de la deuxième étape 2 du FIBA Africa Regional Youth Camp, qui a débuté ce mardi à Saly (Mbour). Ce camp régional organisé par FIBA Afrique en collaboration avec la NBA, regroupe 45 jeunes basketteuses issues de différents pays, et 15 coachs.

"C'est un camp très important. Quand on parle de développement, la plupart il y a beaucoup des projets pour les jeunes garçons mais pas assez pour les jeunes filles en Afrique. Et nous, nous pensons qu'on ne peut pas parler de développement et laisser 50% de la population hors de nos projets. C'est très important de créer des programmes spécifiques pour les jeunes filles de l'Afrique pour qu'elles aussi, aient l'opportunité de continuer à se développer et jouer au haut niveau."

"Un niveau acceptable"

"Comme vous savez, on a le développement très important pour la NBA et aussi pour la FIBA. C'est la raison pour laquelle aujourd'hui (hier) on est sur cette facilitation de l'académie NBA. Comme vous voyez vous-mêmes, le niveau est vraiment acceptable. Je suis vraiment fier des filles que nous voyons ici. Elles ont même plus d'énergie que les garçons. Vraiment, on souhaite que le travail continue, que les fédérations en Afrique et les gouvernements puissent mettre les ressources pour continuer à développer le sport féminin sur le continent."

La "parité" instaurée dans le programme

"Pour le programme de cette année, nous avons une quarantaine de filles. Nous continuons de construire sur ça. C'est spécifique pour les filles. Il y a trois camps qui sont organisés. On a organisé à Madagascar et au Sénégal qui est spécifique pour les filles. On va vers l'autre camp au Maroc. Sachez que même dans les pays par exemple Madagascar où c'est un camp de garçons, il y avait aussi une partie qui était réservée aux filles. Nous faisons tout pour arriver à 50%. C'est pour la parité."

"L'aspect technique sur le tir, un problème" majeur en Afrique

"Vous savez, nous avons remarqué que quand on parle d'atout physique, les Africains sont vraiment athlétiques. On peut compétir avec le reste du Monde. Le problème que nous avons observé en Afrique, c'est surtout l'aspect technique sur le tir. Tout le monde dit que nous ne pouvons pas tirer. C'est un manque de ressources, je parle d'infrastructures. Il faut avoir des terrains de basket et la lumière. Si tu arrives à faire l'entraînement à partir de 17h, tu as seulement 1 heure de temps pour t'entraîner. Mais on sait qu'avec beaucoup de temps, on est capable d'avoir de bons tireurs comme Stephen Curry que vous voyez. Cela va nous mettre au-dessus du niveau du basket mondial. Donc, nous mettons l'accent sur le développement des coaches. C'est très important que tous nos coachs (masculin ou féminin) puissent travailler avec les jeunes, la bonne technique. Ils pourront transférer ces connaissances aux jeunes. Nous travaillons sérieusement sur ça et mettrons l'accent. On a même des coaches des États-Unis et de l'Europe pour qu'ils puissent travailler avec nous pour créer des programmes pour des coachs aussi."

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 499 fois.

Publié par

Mamadou Salif

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial