France: au moins trois morts et plusieurs blessés dans une fusillade à Paris...

vendredi 23 décembre 2022 • 453 lectures • 0 commentaires

International 1 mois Taille

France: au moins trois morts et plusieurs blessés dans une fusillade à Paris...

PUBLICITÉ

iGFM (Dakar) Trois personnes sont décédées après avoir été touchées par des tirs, vendredi 23 décembre, dans le Xe arrondissement de Paris, a indiqué le parquet, précisant que trois autres personnes avaient été blessées. Le tireur présumé, en « urgence relative », a été interpellé et amené à l'hôpital.

Ce vendredi 23 décembre, plusieurs coups de feu ont été tirés dans le centre de Paris peu avant midi. Trois personnes sont mortes, selon un bilan provisoire du parquet qui ajoute que trois autres sont blessées, dont une en état d'urgence absolue.

«Une enquête a été ouverte des chefs d'assassinat, homicides volontaires et violences aggravées » et « les investigations ont été pour l'heure confiées au 2e district de la police judiciaire (DPJ) », a précisé le parquet.

Si les motivations de l'auteur présumé restent pour l'heure inconnues, la procureure de Paris, Laure Beccuau, a indiqué à la presse que les « motifs racistes des faits » allaient « évidemment faire partie des investigations qui viennent de débuter ».

Deux tentatives d'homicides

Le suspect, un conducteur de train à la retraite âgé de 69 ans, a été interpellé rapidement et placé en garde à vue, a indiqué le parquet qui ajoute que le danger est « écarté ». Le suspect, inconnu des fichiers du renseignement territorial et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), est de nationalité française et est connu des services de police pour deux tentatives d'homicide commises en 2016 et décembre 2021. « Le meurtrier, lui-même (blessé et) en urgence relative, a été conduit à l'hôpital », a affirmé sur place la maire du Xe arrondissement, Alexandra Cordebard.

D'après la procureure de Paris, l'homme était connu des services judiciaires, notamment pour une attaque contre des migrants dans la capitale française.

Les faits se sont déroulés rue d'Enghien, dans le Xe arrondissement, au centre de la capitale. La fusillade a éclaté à proximité du centre culturel kurde et d'un restaurant kurde de la rue d'Enghien. D'après un habitant du quartier joint par RFI, le tireur a d'abord tiré sur le centre culturel avant de se retourner vers le restaurant kurde juste en face, puis le barbier de la même rue.

Il y a une violence toujours plus forte à l’encontre des étrangers, des exilés et des personnes d’origine étrangère dans ce pays. Il faut que ça cesse. J’attends du ministre de l’Intérieur qu’il rappelle que la France doit protection aux personnes qui vivent sur son sol.

« Panique totale »

« Sept à huit coups de feu dans la rue, c'est la panique totale, on est restés enfermés à l'intérieur », a témoigné auprès de l'AFP une commerçante d'un immeuble voisin souhaitant garder l'anonymat. Selon un autre témoin, un habitant du quartier qui passait dans la rue et interrogé par l'AFP, « il y avait des gens en panique qui criaient à des policiers : "il est là, il est là, avancez" en désignant un salon de coiffure ». « J'ai vu des policiers rentrer dans le salon où j'ai vu deux personnes à terre, blessées aux jambes, j'ai vu le sang », a-t-il ajouté, décrivant des « gens sous le choc et en panique ».

« Je sais que c’est le centre culturel kurde qui a été touché. Là, je vois des Kurdes qui sont en train de se fâcher contre la police. Ils sont en pleurs. Je connais une des personnes qui étaient là-bas et il m’a bien confirmé que c’était là-bas que ça s’était passé. Le secteur est totalement bouclé », décrit un restaurateur de la rue d'Enghien, au micro de Baptiste Coulon du service France de RFI.

Sur Twitter, Anne Hidalgo la maire de Paris a rendu hommage aux forces de l'ordre, et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a indiqué qu'il se rendrait sur place « à la suite de la dramatique fusillade ».

En déplacement dans le Nord du pays, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a indiqué sur Twitter qu'il rentrait à Paris « à la suite de la dramatique fusillade qui s'est déroulée ce matin ». « Toutes mes pensées vont aux proches des victimes », a-t-il poursuivi.

De son côté, la Première ministre Elisabeth Borne a qualifié d'« acte odieux » la fusillade et a exprimé ses pensées et son « plein soutien aux victimes et à leurs proches ».

Le Centre Ahmet Kaya, nommé en hommage au chanteur éponyme, est une association loi 1901 ayant pour objectif de « favoriser l'insertion progressive » de la population kurde installée en Ile-de-France.

RFI

PUBLICITÉ


 

PUBLICITÉ


 


 


 


 


 


 


 

Cet article a été ouvert 453 fois.

Publié par

Mamadou Salif

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial