France : Macron annonce la dissolution de l'Assemblée nationale

dimanche 9 juin 2024 • 727 lectures • 0 commentaires

International 2 jours Taille

France : Macron annonce la dissolution de l\'Assemblée nationale

PUBLICITÉ

À l'issue du scrutin des élections européennes qui donnent en tête le Rassemblement national avec 31,5 % selon l'institut de sondage Ipsos, loin devant le score du camp présidentiel, Emmanuel Macron a annoncé, à la surprise générale, la dissolution l'Assemblée nationale ce 9 juin 2024.

Le président français Emmanuel Macron a annoncé dimanche soir la dissolution de l'Assemblée nationale et l'organisation de nouvelles élections législatives, après la victoire aux européennes de l'extrême droite française, loin devant le camp de la majorité présidentielle.

PUBLICITÉ


« Je signerai dans quelques instants le décret de convocation des élections législatives qui se tiendront le 30 juin pour le premier tour et le 7 juillet pour le second », a déclaré le chef de l'État dans une allocution télévisée après l'annonce des résultats aux européennes, dont l'issue « n'est pas un bon résultat pour les partis qui défendent l'Europe ».

PUBLICITÉ


Lors de son allocution, le président a rappelé qu'il a toujours « considéré qu'une Europe unie, forte, indépendante est bonne pour la France, c'est une situation à laquelle [il ne peut se] résoudre. La montée des nationalistes, des démagogues, est un danger pour [la Nation], mais aussi pour [l'Europe], pour la place de la France en Europe et dans le monde. »


Il a ajouté : « L'extrême droite, c'est à la fois l'appauvrissement des Français et le déclassement de notre pays. Je ne saurai donc, à l'issue de cette journée, faire comme si de rien n'était. À cette situation s'ajoute une fièvre qui s'est emparée ces dernières années du débat public et parlementaire dans notre pays. Un désordre qui, je le sais, vous inquiète, parfois vous choque et auquel je n'entends rien céder », a martelé Emmanuel Macron.


Tous les signaux qu'on avait avant le scrutin d'aujourd'hui, de la part de l'entourage du président de la République, allaient plutôt dans le sens que des élections européennes ne nécessitent pas forcément, même si le score n'est pas bon pour la majorité, de faire des modifications, des changements, de le prendre en compte. Et le président lui-même avait dit, « je verrai bien », ne donnant pas l'impression qu'il allait faire des grands chambardements, rappelle Valérie Gas, cheffe du service politique de RFI. 


Et puis en effet, c'est tombé. D'abord l'annonce d'une prise de parole du chef de l'État qui était inattendue. Et d'ailleurs, c'est inédit qu'un président de la République s'exprime au soir des élections européennes de cette manière. Donc, il y a eu un premier choc, et puis ensuite la rumeur de l'annonce d'une dissolution. 


Cette annonce est bien tombée alors que c’est ce qu'avait demandé le Rassemblement national. Jordan Bardella l'avait encore redit. Il voulait pousser le président, mais c'était un peu comme un défi dont on disait qu'il ne le relèverait pas. Emmanuel Macron prend le Rassemblement national au mot et prend les Français à témoin. Il ne veut pas rester dans une situation où le Rassemblement national et les autres forces d'extrême droite représentent 40 % des voix et 40% des électeurs dans le pays. Et donc il veut repasser par le suffrage universel, par le peuple, et il fait confiance au peuple pour faire le bon choix. Cette fois-là donc, Emmanuel Macron tente le tout pour le tout. 


Le Rassemblement national se dit prêt « à redresser le pays »


Les réactions suite à l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le président ne se sont pas fait attendre. Marine Le Pen, députée du Rassemblement national, salue « cette décision qui s'inscrit dans la logique des institutions de la Ve République ». « Nous sommes prêts à redresser le pays, prêt à défendre la France », a-t-elle ajouté.


La dissolution de l'Assemblée nationale a été « exigée par Jordan Bardella » et « restera une tache sur le quinquennat d'Emmanuel Macron, une de plus », estime le chef de file de la liste PS-Place publique Raphaël Glusckmann sur TF1. « La majorité présidentielle et le président de la République lui-même se sont avérés complètement incapables - et la décision de ce soir vient encore de le montrer - de faire face à leur responsabilité historique », selon Raphaël Glucksmann pour lequel « ce jeu-là est extrêmement dangereux ».


 

Cet article a été ouvert 727 fois.

Publié par

Youssouf SANE

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial