Ils racontent Babacar Touré…

Actualité/Une

iGFM – (Dakar) Babacar Touré n’est plus. Ceux qui ont côtoyé l’ex journaliste et ancien Président de Conseil de Régulation de l’audiovisuel (Cnra) durant sa riche carrière professionnelle, regrettent un homme d’une dimension exceptionnelle.

«Il a contribué dans la discrétion» (Youssou Ndour)

 «C’est une grande perte. Babacar touré était une référence pour tout le monde. Particulièrement pour moi. C’était un grand frère. C’était quelqu’un qui me donnait beaucoup de conseils. Il aimait bien une de mes chansons « Daby ». J’aimais le lire, l’écouter. C’était quelqu’un de très généreux très discret. C’est quelqu’un qui savait partager. J’ai eu la chance de vivre cela directement. Babacar a accompagné le Sénégal. Beaucoup de choses ont été réalisées dans ce pays, Babacar y a contribué discrètement.»

«Une envergure présidentielle» (Mamoudou Ibra Kane)

«Nous journalistes, c’est notre deuil national. Babacar Touré avait une envergure présidentielle. Beaucoup peuvent en témoigner. Il a aidé beaucoup de gouvernements. De Diouf, Wade à Macky Sall aujourd’hui. Donc, c’est un journaliste, mais un entrepreneur qui créait de l’emploi, de la richesse. Un homme bon,  généreux. Le décès de Babacar Touré est une perte immense. Mais si nous suivons son legs, on ne se perdra pas.»

 « Personnage mythique et intrigant» (Souleymane Niang)

«Ce fut un homme qui avait un franc-parler. Cela m’a beaucoup marqué quand nous collaborions au Cnra. Il était bienveillant surtout envers les acteurs des médias. Car en tant que président du Cnra, avec tout le pouvoir qu’il détenait, il privilégiait la pédagogie. Il faisait tout pour éviter la sanction qui peut pénaliser le média. C’était un militant de la liberté de la presse. Il était débonnaire. Il avait une grande silhouette, mais il dégageait une grande douceur. Ce qui faisait de lui un personnage mythique et intrigant. Un mélange de fermeté, de rigueur, de franc-parler et de la bienveillance.»

«Il connaissait bien le pays et ses hommes politiques» (Mankeur Ndiaye)

«C’est un malheur qui s’abat sur l’Afrique. Car Babacar était un grand panafricaniste. Et je pense que c’est l’une des plus grandes pertes que la presse sénégalaise. Babacar est le fondateur de presse libre et indépendante. C’est un homme de valeur, un homme valeureux, un homme bien, un homme de bien, un homme de relations, un combattant de la liberté de presse. Un grand frère qui me conseillait. Il m’a accompagné durant 5 ans quand j’étais ministre des Affaires étrangères. C’est quelqu’un qui connaissait bien le pays, qui connaissait les hommes politiques. Il avait un relationnel avec tout le monde. Mais qui marquait son autonomie, son indépendance de pensée et d’action.»

«Humaniste absolu,  identité narrative inédite» (Alioune Tine)

« Cette nouvelle est un véritable coup de tonnerre,  le décès  Babacar Touré est une perte immense pour le Sénégal et l’Afrique, les leaders politiques et intellectuels. Un humaniste absolu avec une identité narrative inédite, doué de tous les talents .Que firdawsi soit sa demeure. Nous partageons la tristesse du groupe Sud communication, la tristesse de toute la presse. Babacar Touré était un vrai visionnaire, une intelligence pratique perpétuellement en éveil. Un des promoteurs de la démocratie en Afrique.»

 «Défenseur des intérêts d’une coopérative d’habitat» (Abdoul Mbaye)

«J’apprends avec peine le décès de Babacar Touré. Je l’ai tôt connu, défenseur des intérêts d’une coopérative d’habitat que la banque que je dirigeais finançait. Il y a toujours eu en lui ce souci de l’intérêt général et sa contribution à l’éclosion d’une presse libre au Sénégal est incommensurable. Je présente mes condoléances à sa famille de Sud FM et à l’ensemble de la presse ainsi que sa famille.»

« Acteur majeur du combat pour le pluralisme des médias » (Seydi Gassama)

«Babacar Touré a été un acteur majeur du combat pour le pluralisme des médias et la liberté de la presse au Sénégal. Son décès est une grande perte pour la nation. Qu’Allah lui accorde le Paradis. In Cha Allah.»