Impact Covid 19 - Les récupératrice-eur-s ont perdu la moitié de leurs revenus pendant la première vague

jeudi 1 avril 2021 • 190 lectures • 0 commentaires

Actualité 1 semaine Taille

Impact Covid 19 - Les récupératrice-eur-s ont perdu la moitié de leurs revenus pendant la première vague

iGFM - (Dakar) Les récupératrice-eur-s ont perdu la moitié de leurs revenus pendant la première vague « En juin 2020, 97 % des récupératrice·eur·s déclaraient que le revenu total de leur ménage avait fortement diminué à cause des mesures barrières pour faire face à la Covid-19 et de leur impact sur la chaîne d´approvisionnement du recyclage ».

C’est ce qui ressort de l’étude publié hier par Wiego (le réseau mondial Femmes dans l’Emploi Informel: Globalisation et Organisation) sur l’impact de la crise de Covid-19 pour les récupératrice-eur-s. Selon El hadji Maguette Diop, Coordinateur local du projet « Réduction des déchets solides dans les villes côtières –Rewcc », malgré l´assouplissement de ces mesures restrictives, les revenus des récupératrice·eur·s restaient toujours en deçà des niveaux pré-Covid-19 constatés en février 2020.


 Le rapport montre également que ces travailleuse·eur·s ne sont pas pris·e·s en compte dans les mesures de relance économique mises en place par le gouvernement, ni impliqué·e·s, en tant que parties prenantes, dans l’élaboration de nouvelles stratégies de gestion des déchets. Et pourtant « En avril, puis en juin 2020, les récupératrice·eur·s ont pu travailler à la décharge de Mbeubeuss, assurant en pleine crise sanitaire la récupération des matériaux recyclables et contribuant à la gestion des déchets, un service essentiel à la santé et à l´amélioration du cadre de vie de Dakar », souligne le point focal. Selon lui, les femmes sont les plus touchées par cette crise. « Elles ont basculée dans une précarité sans précédente et ont urgemment besoin d’un appui mais également besoin de reconnaissance et d’un engagement fort des autorités pour surmonter ce choc », a-t-il plaidé. 


La porte-parole des femmes de Bokk Diom (association des récupératrice-eur-s), Adja Diop a par ailleurs signalé que les femmes travailleuses de la décharge n’ont pas bénéficié du programme de résilience mis en place dans le cadre du fond Covid-19. En effet l’étude montre qu’en juin 2020, 28 % des ménages ont déclaré avoir eu faim au cours du mois précédent, mais seulement 11 % ont bénéficié d’aide alimentaire auprès du gouvernement.


En outre, au-delà des craintes liées à la maladie, la première préoccupation chez les récupératrice·eur·s est la non-inclusion dans la prise de décisions autour de la gestion des déchets solides et du déploiement du Projet de Promotion de la Gestions intégrée et de l´Économie de Déchets Solides au Sénégal (Promoged). A cet effet, les travailleurs de Mbeubeuss demande à aux autorités leur inclusion effective à ce projet et un accès prioritaire aux contrats de desgion des déchets, entre autres.

Cet article a été ouvert 190 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial