Journée des réfugiés: le HCR a choisi un créateur ivoirien pour l’illustrer sur les réseaux

International

iGFM-(Dakar) Ce samedi 20 juin, c’est la 20e célébration de la Journée mondiale des réfugiés, soit 26 milions de personnes concernées à travers le monde. Une édition un peu particulière en raison de la crise sanitaire provoquée par le Covid-19. Le HCR, Haut-commissariat aux réfugiés a créé pour l’occasion un émoji, ces petits dessins stylisés qu’on utilise dans les messageries et sur les réseaux sociaux. Un émoji spécial Journée des réfugiés. Et son créateur, devenu le maître africain du genre, est un Ivoirien de 22 ans, O’Plérou Grébet.

Covid-19 oblige, les célébrations de la Journée mondiale des réfugiés se passeront sur internet cette année. D’où l’idée de cet émoji que le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés, le HCR, a commandé au jeune designer ivoirien O’Plérou Grébet.

« Le thème qui m’a été donné, c’est «  solidarité, diversité et acceptation « . Du coup, c’est à partir de ces trois valeurs que j’ai pensé à utiliser deux mains de couleurs différentes, qui forment un cœur pour représenter les trois valeurs en même temps ».

Deux mains en forme de cœur qui viennent rejoindre une série de près de 400 émojis créés depuis deux ans par O’Plérou pour mieux représenter l’Afrique de l’Ouest sur les réseaux sociaux. Des « zouzoukwa », comme il les a baptisés.

« Ça, c’était un projet que j’ai commencé sur Instagram, aussi, qui consistait à créer un émoji chaque jour de 2018, représentant les cultures traditionnelles et modernes africaines. Et à la fin du projet, j’ai publié une application pour que les gens puissent utiliser les émojis que j’ai créés sur WhatsApp et les messages. Je voulais montrer ce que je vois et ce que d’autres personnes voient aussi ».

Ce projet l’a rendu célèbre. La presse internationale de CNN à Forbes s’intéresse à ce jeune artiste discret. Un succès tels que les « zouzoukwas » auront une suite pour représenter l’ensemble de l’Afrique et pas seulement l’Afrique de l’Ouest. O’Plérou ne manque d’ailleurs pas de projets et s’est lancé dans l’apprentissage des techniques 3D.

RFI