La Douane redresse à hauteur de milliards des compagnies d'assurance !

mercredi 6 avril 2022 • 5141 lectures • 1 commentaires

Société 1 mois Taille

La Douane redresse à hauteur de milliards des compagnies d'assurance !

PUBLICITÉ

Des compagnies d’Assurance et de réassurance font, actuellement, l’objet de redressement par les Douanes. C’est ce qu’a révélé Financial Afrik qui souligne qu’il s’agit de Axa Assurances et Allianz. De quoi s’agit-t-il véritablement ? Pourquoi c’est la Douane qui a engagé la procédure et non la DGID? Quelle somme est en jeu ? iGFM a essayé d’en savoir un peu plus.

Selon une source très autorisée, la procédure a bien eu lieu. Jointe pat nos soins, elle explique que les assurances fonctionnent selon une inversion du cycle de production. C’est à dire que les assurés payent d’abord, puis  le sinistre est payé après. «Cela veut dire que les compagnies ont, ainsi, une masse d’argent en leur possession», nous dit-elle.

Ainsi, une partie de cet argent qu'elles détiennent, est destinée à des sinistres futurs. Et la législation dispose qu’il faut en faire profiter l’économie via des placements dans les banques, dans l’immobilier etc. Et puisqu’on est dans le cadre d’une législation régionale, il est possible de placer cet argent en dehors du pays (Jusqu’à 50% dans la zone CIMA).

«Donc, il était arrivé, avant qu’on soit dans le CIMA, que des compagnies fassent des placements en dehors même de l’Afrique. Maintenant, si vous avez des placements à l’extérieur, sous forme d’investissements, la Législation vous demande de rapatrier les devises», explique notre interlocuteur.

Et si les devises ne sont pas rapatriées, c’est la douane qui est chargée de faire des redressements. Et quand la compagnie a des comptes à l’étranger qui n’étaient pas autorisées et qu’elles accueillent des recettes, là aussi, «la législation demande de rapatrier l’argent avant de l’utiliser.»

Ainsi, pour les procédures intentées récemment par  les Gabelous, le redressement concernait plusieurs milliards. Mais, il est  ramené jusqu’autour de 750 millions de francs Cfa. «Des compagnies pensaient qu’elles ne devaient pas payer. Elles le faisaient et n’étaient jamais confrontées à cette procédure, pensant que ce n’était pas grave. Malheureusement pour elles, pour la première fois, il y a eu des contrôles qui ont révélé cela», informe notre source.

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 5141 fois.

Publié par

Youssouf SANE

editor

1 Commentaires

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial