La justice britannique rejette les recours contre les expulsions de migrants au Rwanda

lundi 13 juin 2022 • 543 lectures • 0 commentaires

International 2 semaines Taille

La justice britannique rejette les recours contre les expulsions de migrants au Rwanda

PUBLICITÉ

iGFM (Dakar) Plusieurs personnes sont censées être envoyées au Rwanda mardi 14 juin dans le cadre de la politique controversée de Downing Street de renvoyer les migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni.

À la veille des premiers départs prévus, la justice britannique a rejeté lundi des recours de dernière minute contre le projet controversé du gouvernement d'envoyer au Rwanda des migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni. Un premier vol d'environ 30 personnes doit partir demain. « Cet appel est rejeté », a déclaré le juge de la Cour d'appel de Londres, saisi contre ce projet du gouvernement conservateur de Boris Johnson qui vise à décourager les traversées illégales de la Manche, en forte augmentation.

La politique de la ministre de l’Intérieur Priti Patel est vivement controversée dans le pays. Plusieurs manifestations ont eu lieu pour protester contre le renvoi de migrants vers le Rwanda. Le Prince Charles, censé ne pas se prononcer sur la politique du gouvernement, a dénoncé il y a quelques jours une « une politique épouvantable », selon The Times.

« Cela ne va pas du tout »

Mais si les ONG ont échoué à interdire la mesure, les différentes contestations lancées en parallèle ont eu pour effet de réduire significativement l'ampleur du premier vol. Il doit décoller demain et risque d'être quasiment vide. « Vingt-trois personnes ont vu leur ticket vers le Rwanda être annulé. Huit doivent toujours partir demain », a tweeté ce lundi Care4Calais, l'une des organisations qui avaient saisi la justice pour « stopper ce projet cruel et barbare ».

De son côté, le Haut-commissaire de l'ONU aux réfugiés Filippo Grandi a condamné énergiquement le projet du gouvernement britannique d'envoyer au Rwanda des migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni. « Cela ne va pas du tout, cet accord ne va pas du tout pour tellement de raisons différentes », a dénoncé Filippo Grandi au cours d'une conférence de presse à Genève, à la veille des premiers départs prévus.

RFI

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 543 fois.

Publié par

Mamadou Salif

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial