« La perpétuité infligée à Samba Sow ne veut pas forcément dire qu’il restera en prison à vie… »

Société/Vidéo

IGFM – Samba Sékou Dia Sow a été déclaré coupable de l’assassinat de la 5ème vice-présidente du Conseil économique social et environnement (Cese), Fatoumata Makhtar Ndiaye, ce mardi par la Chambre criminelle du tribunal de grande instance de Dakar et condamné aux travaux forcés à perpétuité.

Daouda Mine, chroniqueur judiciaire, nous explique ce que veut dire réellement le terme juridique « perpétuité ».

Les travaux forcés à perpétuité, dira-t-il, est, au Sénégal, la peine maximale d’emprisonnement que peut décider une chambre criminelle. La peine de mort, qui était jusqu’ici la plus lourde sanction pénale, a, en effet, été supprimée en 2004.

La perpétuité est, dans l’entendement populaire, une condamnation à vie. Toutefois, fait comprendre Daouda Mine,  « suivant les dispositions de l’article 699 du code  de procédure pénale (Cpp), une personne condamnée à perpétuité peut regagner la société si elle donne des  preuves suffisantes de bonne conduite et présente des  gages sérieux de réadaptation  sociale ».

Il ajoute que « le même article dispose que le  temps d’épreuve pour les condamnés aux travaux forcés à perpétuité est de quinze  années ». « Ce qui veut dire que ceux qui sont condamnés aux travaux forcés à perpétuité peuvent être libérés au bout de 15 ans s’ils font amende honorable et justifient d’une bonne conduite en prison », informe-t-il.