L’African Ceo Forum prévu du 9 au 10 mars à Abidjan

Société

IGFM L’Africa Ceo Forum se tiendra du 9 au 10 mars prochain à Abidjan. L’évènement qui avait enregistré la présence de 1800 participants lors de la dernière rencontre à Kigali est devenu le rendez-vous annuel des décideurs, hommes d’affaires, industriels…du continent africain. A preuve, 3000 entreprises ont participé à cette rencontre depuis 2012, 70 pays représentés en 2019, 150 journalistes pour la couverture en 2019, 800 chefs d’entreprises en 2019, 140 présidents et ministres depuis 2012…

Amir Ben Yahmed, Président et fondateur de l’Africa Ceo Forum, compte faire bouger les lignes en Afrique à travers ce Forum pour une intégration économique continentale. D’ailleurs dans un rapport, l’Africa Ceo Forum et Okan, cabinet de conseil en stratégie et en finance dédié à l’Afrique, livrent leurs recommandations pour faire bouger les lignes dans le domaine de la logistique africaine. Un élément clé pour le succès de l’intégration économique continentale.

La modernisation de la logistique africaine est l’un des chantiers les plus importants auquel fait face le continent aujourd’hui. Malgré les progrès enregistrés ces quinze dernières années, notamment dans le domaine portuaire par lequel transite 90% du commerce continental, le secteur reste insuffisamment compétitif et moderne pour soutenir l’industrialisation et l’intégration économique africaine : le continent enregistre 23 fois moins d’investissements logistiques comparé à la Chine et compte uniquement 10 pays dans les deux premiers quartiles du Logistics Performance Index 2018, soit 15% des états africains.

A l’heure où la Zone de Libre-Echange Continentale africaine rentre dans sa phase opérationnelle, l’Africa Ceo Forum, en partenariat avec le cabinet Okan, publie un rapport exclusif qui formule des recommandations pragmatiques visant à accélérer une véritable révolution du secteur de la logistique africaine. Renforcer les capacités des Etats, structurer la logistique intra-africaine, accélérer la modernisation des ports ou encore prendre en compte les exigences de la classe moyenne : de Tanger à Djibouti, en passant par Nairobi, Mombasa et Lomé, ce rapport s’appuie sur l’étude de cas de nombreuses success stories africaines, ainsi que les nombreux défis qui freinent l’avènement du secteur, pour dresser ces recommandations qui ont pour vocation de répondre aux besoins des investisseurs et entrepreneurs.

A l’image du baromètre des CEOs africains publié en mars dernier, la publication de ce rapport exclusif fait écho à la   mission de l’Africa Ceo Forum : mettre en lumière les défis rencontrés par les entreprises africaines, apporter des solutions concrètes et porter la voix du secteur privé sur les grands enjeux de développement du continent.