Le Fonds « Lives and Livelihoods » continue d'obtenir des résultats malgré la pandémie

lundi 2 août 2021 • 421 lectures • 0 commentaires

Actualité 1 mois Taille

Le Fonds « Lives and Livelihoods » continue d\'obtenir des résultats malgré la pandémie

iGFM - (Dakar) Plus de 1,34 milliard de dollars des États-Unis de financement approuvé pour des projets de santé, d'agriculture et d'infrastructures de base dans les pays membres de la BID depuis 2016.

Plus grande initiative multilatérale de développement de la région, le Fonds LLF a annoncé aujourd’hui en faisant le point de ses activités au titre de l’année 2021, qu’il a réussi à maintenir sa réserve de projets de développement depuis le début de la pandémie. Au cours du premier semestre de 2021, le Fonds a continué à progresser dans la réalisation de ses 32 opérations approuvées au cours des cinq dernières années et actuellement en cours d’exécution dans 21 pays membres de la Banque islamique de développement (BID).


Le Fonds - qui comprend le Fonds d'Abu Dhabi pour le développement, le Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salman, le Fonds du Qatar pour le développement, le « Foreign, Commonwealth & Development Office » du Royaume-Uni, la Fondation Bill & Melinda Gates, le Fonds de solidarité islamique pour le développement et la Banque islamique de développement - vise à éliminer les barrières qui empêchent les individus, les organisations et les gouvernements des pays aux revenus les plus faibles d'obtenir les ressources dont ils ont besoin pour sortir les populations de la pauvreté.


Jusqu’ici, plus de 1,34 milliard de dollars de financement ont été approuvés pour des projets de santé, d'agriculture et d’infrastructures de base dans des localités où le besoin se fait sentir le plus, créant ainsi un changement durable pour le bien de millions de personnes parmi les plus défavorisées du monde.


 



Dr Waleed Ahmad J. Addas, directeur du Fonds « Lives and livelihoods »: « Notre détermination à promouvoir le développement durable n'a fait que se renforcer face aux défis sans précédent créés par la pandémie de coronavirus. En temps de crise, les inégalités se creusent et les communautés vulnérables peuvent être laissées pour compte ; c’est pourquoi le Fonds LLF a adapté ses projets de résilience à la COVID-19, sans pour autant compromettre les objectifs de développement à long terme en matière de santé, d'agriculture et d'infrastructures de base. Nous avons mis en place un écosystème solide en nous appuyant sur le mécanisme de financement innovant, sur notre groupe engagé de donateurs et de maîtres d’œuvre. Tous ceux qui participent à cet effort considérable sont extrêmement fiers de la manière dont le Fonds LLF contribue à faire du monde un endroit plus équitable et durable. Nous constatons d'excellents progrès sur le terrain et entendons maintenir la dynamique des projets ».


Le Fonds LLF utilise un modèle de financement innovant qui associe les subventions des donateurs régionaux et internationaux aux capitaux de prêt de la BID pour offrir des prêts concessionnels. En alliant les subventions et les prêts abordables, le Fonds débloque des capitaux pour les pays membres et les secteurs de développement qui ne seraient normalement pas en mesure d'accéder à un niveau de financement plus élevé. Le financement mixte ne permet pas seulement de répondre aux besoins immédiats, mais de stimuler un changement fondamental pouvant créer des débouchés en faveur de millions de personnes défavorisées, en particulier les femmes et les jeunes.


Principaux indicateurs du premier semestre de 2021 Guinée À la fin du mois de mars, la Fondation a livré un lot de 56 camions de collecte de déchets solides au ministère guinéen de l'Hydraulique et de l'assainissement afin de résoudre les problèmes liés à l'évacuation urgente de ces déchets dans des zones névralgiques de la capitale Conakry. Les camions ont été remis lors d'une cérémonie organisée sous le patronage de Son Excellence le Professeur Alpha Condé, Président de la République de Guinée, au Palais du Peuple de Conakry. Le représentant régional de la BID, et plusieurs hauts fonctionnaires ont assisté à l'événement.


La BID a également approuvé le financement de l'expansion de l'atelier d'entretien, avec l'augmentation substantielle du nombre de véhicules de collecte des déchets solides. Le contrat d'expansion et de réhabilitation des ateliers a été attribué. Les camions ont été achetés dans le cadre du projet d'assainissement de Conakry financé à hauteur de 54 millions de dollars des États-Unis par la BID via le Fonds LLF.


Le projet vise à protéger 1,7 million d'habitants contre les inondations et à les aider à bénéficier d'une collecte régulière des déchets solides. Il permet aussi de créer des centaines d'emplois directs et indirects. Nigeria En janvier, une nouvelle étape a été franchie pour le Projet de développement agropastoral de l'État de Kano, avec le début des travaux de réparation et de réhabilitation du système d'irrigation de Watari. Construit il y a plus de 40 ans, c'est la première fois en plus de deux décennies que le barrage de Watari a fait l’objet de réparations majeures. Il permet désormais de faire des cultures de saison sèche comme le riz, le blé, le maïs et les légumes entre autres.


Le projet d'irrigation situé en aval du barrage de Watari dans l’Administration locale de Bagwai dans l'État de Kano, pourra prendre en charge 2 600 hectares lorsqu'il sera pleinement opérationnel. Les travaux sont en cours, la première phase s'est achevée avec succès en mars et l'installation devrait être entièrement réparée d'ici la fin juillet.  


Il est prévu de réparer les ravines d’érosion sur le remblai, réparer et dessabler le canal principal et les bassins versants, ainsi que le réservoir de stockage nocturne. Avec l'achèvement de la première phase, l'eau du barrage est maintenant disponible pour l'irrigation. Ultérieurement, 1 000 hectares supplémentaires seront aménagés dans la région pour l'agriculture irriguée, en plus des 962 hectares non encore pleinement utilisés. Cela permettra à des milliers d'agriculteurs de mener leurs activités en saison des pluies et en saison sèche, améliorant ainsi leurs revenus et augmentant de la production alimentaire au profit de la population de l'État de Kano.

Cet article a été ouvert 421 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial