Le président Macky Sall, est-il le président de tous les sénégalais?

mercredi 26 octobre 2022 • 223 lectures • 0 commentaires

Actualité 1 mois Taille

Le président Macky Sall, est-il le président de tous les sénégalais?

PUBLICITÉ

iGFM - (Dakar) Mamadou Sidibé Kaolack, Mandataire Syndical des travailleurs auprès des juridictions du pays, ancien représentant politique de  Madame Aminata Tall présidente du « Mouvement Set-Selal », au Sine Saloum Responsable Nationale de l’APR et ancienne Présidente du CESE, Président du Front Ethique Républicaine pour Macky Sall, ancien chargé de mission et conseil spécial du président du Conseil Economique, Sociale et Environnementale et ancien conseiller départemental.

J’ose affirmer, sans risque de me tromper, que Monsieur Macky SALL, n’est pas le Président de tous les Sénégalais. Les raisons qui m’ont motivé à tenir de tels propos sont les suivants :
Premier sénégalais à avoir demandé une audience au candidat de la coalition de Macky-2012, lors de son  meeting du premier tour, au terrain Deggo de Ndorong Kaolack. Après sa prestation de serment en sa qualité de chef d’état du Sénégal.

PUBLICITÉ



Accompagné de 10 Contributions dont la première date de 2012 précisément le 19 Octobre, la dernière le 13 Septembre 2022.

PUBLICITÉ



Demande d’audience renouvelée 15 fois, puis aux premiers ministres le 29 mars 2013, le 01 juillet 2014, le 27 février 2015, à la première Dame Madame Mariéme Faye Sall le 29 mars 2013, le 01 juillet 2014, le 27 février 2015, à Monsieur Augustin Tine Directeur du Cabinet du Président de la République et à Mahmoud Saleh Directeur Cabinet politique du Président de la République le 02 mars 2020, pour qu’ils puissent faciliter ma rencontre avec le Président de la République. 
L’unique motif de ces demandes répétées est d’apporter notre modeste contribution à la bonne marche du pays sous son magistère. Fort de l’expérience dont nous osons nous prévaloir.
Ces lettres ont été réceptionnées au bureau du courrier de la présidence ou par lettres recommandées avec accusé de réception, mais toutes ces demandes sont restées vaines, et sans réponses peut-être qu’ils me sous-estimaient, en me considérant comme un sénégalais ordinaire. Contrairement à ses prédécesseurs, le Président DIOUF voir lettre du 05 juin 1988 sous le numéro 0440 et le Président WADE lettre du 06 février 2007 sous le numéro 00969.


Avant que le Président de la République avait lancé son appel solennel en direction de tous les patriotes lors de la cérémonie d’installation du mouvement « Horizon 2014 de Monsieur Moustapha Cissé LÔ au CICES tenue le 27 Avril 2013, le Président avait dit «  Que tout Sénégalais qui a de bonnes idées pour son pays sera accueilli à bras ouverts.



C’est le moment plus que jamais comme déjà écrit dans nos contributions du 13 Septembre 2022, pour que le Président de la coalition de BBY sorte de son mutisme afin d’édifier au peuple Sénégalais, s’il est partant pour une 2ème candidature de 5 ans, parce que la loi le lui permet, notamment la Constitution en son article 27, sortir des élections référendaires de 2016.
Dans ce cas précis le candidat de BBY, doit résister à toute pression ou chantage venant de tout bord.



Pourquoi certains partis de l’opposition, la Société Civile etc. ont–ils peur de la candidature de Monsieur SALL, sous prétextant que ce dernier avait promis aux Sénégalais, qu’il ne fera pas une 2ème candidature de 5 ans.



     Suivant en cela l’adage selon  laquelle, la parole d’un politicien n’engage que celui qui y croit. 
Je voudrais apprendre à certains Sénégalais, que la promesse d’un Chef de l’Etat ou d’un quelconque Président de la République n’a pas force de loi, ni un caractère définitif et encore moins l’autorité de la chose jugée qui doit s’appliquer  Ipso-facto à tout le monde.



    En tout cas tel  n’est pas le cas pour le candidat de BBY.



Pour l’opposition et la société civile  confondues, la candidature de monsieur Sall au présidentiel de 2024 constitue pour eux la fin du monde. Soyons qu’en même sérieux.



Rappelons simplement la décision du conseil constitutionnel de 2011-2012 » suite à sa saisine par le Président candidat Abdoulaye Wade. 



Tout le monde s’était plié à cette jurisprudence grâce à laquelle Me Wade pouvait briguer un 3ème mandat. 



Si en ma qualité de citoyen Sénégalais, pouvais introduire une requête aux fins d’interprétations auprès de cette Institution, je l’aurais fait pour mettre fin à ce faux débat en libérant les sénégalais.
Mais la loi organique relative de la Cour Suprême et le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale ne me le permettent pas. 



En effet seuls les députés et le Gouvernement sont habilités à cet effet. Dans cette optique, je demande aux députés de BBY, de YEWI, de WALOU et les non-inscrits ou le gouvernement à travers son porte-parole d’introduire sans délai une requête dans ce sens. 
Pour demander au conseil constitutionnelle d’interpréter cet article 27 sus visé, afin d’éviter toute équivoque, d’apaiser le climat situation sur ce sujet ; 
Seuls les Sénégalais y gagneraient.


  Kaolack, le 28 octobre 2022

Cet article a été ouvert 223 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial