«Le Président Sall ne me parle plus ; la Première Dame, non plus»

Politique

IGFM – C’est une confession d’un déçu et déchu politique qui se cramponne à sa dignité pour ne pas sombrer. «Je souffre physiquement, moralement et personne ne se préoccupe de moi.» Les mots de Youssou Touré sont frustes, ses maux tristes. Contacté par «L’Observateur» hier vendredi soir, pour évoquer la «question du traitement des anciens de l’Apr» – un débat remis au goût du jour par le député et membre fondateur du parti présidentiel, Moustapha Cissé Lô – le ministre conseiller s’est difficilement éjecté de «sa coquille vide» pour crier ses frustrations. Sa spoliation par «les arrivistes de l’Apr». Entretien.

L’Alliance pour la République traverse aujourd’hui comme une crise de croissance. Des responsables de la première heure, comme le député Moustapha Cissé Lô, qui se sentent aujourd’hui lâchés au profit des nouveaux militants, crient presque au scandale. Comment analysez-vous cette situation ?

C’est tout à fait normal, parce que c’est l’Alliance pour la République (Apr), un parti de masse. C’est normal qu’il y ait des difficultés, des problèmes. La politique est ainsi faite. Mais je crois que le parti aurait pu prendre en charge certaines questions, comme la gestion des militants de la première heure. On ne sent plus cette appartenance au parti. C’est comme si nous étions là que pour le décor. Alors que c’est nous qui avions cru au projet dès le départ. Nous avons accompagné le Président Macky Sall partout à travers le monde. Nous l’avons toujours accompagné. Nous avons pris des risques qui auraient pu nous coûter très cher. On m’a agressé en plein jour sans compter les invectives, les insultes etc. Il faut que les gens reviennent à la raison et comprennent que si le parti a été porté au Pouvoir, c’est parce que nous étions là en première ligne. Nous ne disons pas que personne ne doit rejoindre l’Apr parce que nous avons besoin de tout le monde, mais il faut un minimum de respect pour nous qui étions là depuis le début. Nous nous sommes battus et les Sénégalais nous ont suivis. Nous avons accompagné le Président Macky Sall dans des conditions extrêmement dures. Ce n’était pas évident. Les héros de la Place de l’Obélisque ne sont pas ces gens qui sont là aujourd’hui, ces militants qui viennent d’arriver. Les héros, c’est nous qui étions là hier. Nous étions là quand c’était le désert et nous avons animé le parti. Nous l’avons rendu attrayant.

Comme Moustapha Cissé Lô, vous croyez qu’il y a un manque de reconnaissance du Président Macky Sall à l’égard des anciens de l’Apr ?

C’est pire que cela. C’est comme si nous n’étions plus membres de l’Alliance pour la République. S’ils n’ont plus besoin de nous, qu’ils nous le disent. Nous avons vécu avant le parti. Nous n’avons jamais été pauvres, encore moins misérables. Nous avons toujours été à la hauteur des tâches qui nous ont été confiées. Nous savons qui est qui. Nous n’avons rien contre le président de la République qui est un camarade, mais il faut reconnaître que cette situation-là pose problème. On aurait dû nous associer à beaucoup de décisions. Sincèrement, il y a problème. 

Le quel exactement ?

Nous sommes laissés en rade. On ne nous associe plus presque à rien. Nous aurions aimé accompagner encore le Président. Nous méritions d’être encore là. Nous avons toujours fait montre de courage physique et psychologique. Personne n’ose dire le contraire. Nous nous sommes sacrifiés.

A quand remonte votre dernière audience avec le Président Macky Sall ?

Audience ? Je n’ai même plus accès à quoi que ce soit. Je ne me souviens même plus de notre dernière rencontre. Je suis devenu presque amnésique sur cette question-là. Je n’arrive même plus à situer les dates. Je vous l’ai dit tantôt, on ne nous considère plus comme des responsables du parti. C’est cela la réalité. Le Président Macky Sall est un homme qui a ses qualités et ses défauts. Mais, il serait important qu’on nous associe à la conduite des affaires de l’Etat. 

Moustapha Cissé Lô parle d’arrivistes…

Oui, les arrivistes ont non seulement pris nos places, mais ils nous traitent de tous les noms d’oiseaux. Les premiers sont maintenant les derniers à l’Apr. Nous sommes là peut-être pour admirer le coucher du soleil ou celui de la lune. Je suis un responsable de l’Apr depuis l’opposition et, en compagnie des autres camarades, nous avons toujours été de grands combattants. Ils le savent. Ils savent les combats épiques que nous avons livrés. On m’a relevé deux fois de mes fonctions, il y a quand même un minimum de respect et de reconnaissance. Je ne suis pas né pour tendre la main ou pour m’agenouiller devant qui que ce soit, quelle que soit sa puissance. C’est inimaginable. 

Quelles sont aujourd’hui vos relations avec la Première Dame, Marième Faye Sall, dont on vous disait à l’époque très proche ?

Vous savez, je suis très malade depuis un certain temps, j’ai fait remonter cette information au sommet (à la Présidence de la République) et je n’ai aucune réponse. Je n’ai rien contre le Président, je n’ai rien contre personne, parce que grâce à Dieu, je me suis fait tout seul. Ce n’est pas aujourd’hui ni demain que je vais m’agenouiller devant qui que ce soit pour avoir quoi que ce soit. Je ne le ferai jamais. A la Place de l’Obélisque, c’était Youssou Touré et «Y en a marre». J’ai été hospitalisé à plusieurs reprises. On n’a même pensé à m’évacuer. Personne n’a réagi. J’ai même appelé Moustapha Diakhaté pour lui parler de ma maladie et lui dire que je voulais être évacué dans un pays arabe très proche pour des soins intensifs. Vous pouvez le lui demander. Les médecins m’ont dit d’aller me soigner parce que je suis gravement malade. J’ai une santé extrêmement fragile. Je ne le dis pas pour qu’on m’assiste, parce que j’ai ma fierté, même si je voudrais bénéficier de certains soins. Je n’ai plus aucun contact. Je souffre physiquement, moralement et personne ne se préoccupe de moi. Cela pose problème.

Mais Moustapha Diakhaté n’est plus à la Présidence. Est-ce que vous n’auriez pas dû contacter l’entourage proche du président de la République ?

Appeler qui ? J’ai parlé de ma maladie à Moustapha Diakhaté parce qu’on échange parfois. Mes préoccupations personnelles, je les confierais qu’au président de la République ou à la Première Dame et il ne m’est plus facile de les voir. Toutes les portes ont été fermées.

Ça devrait pourtant être facile pour vous qui êtes là depuis le début et qui avez occupé des hautes responsabilités dans l’Etat ?

J’ai toujours eu beaucoup d’estime pour Macky Sall. Je ne demande rien de spécial. Nous, les anciens du parti, avons juste besoin de respect et de plus de considération. Nous avons notre mot à dire. Mais nous restons des mois sans voir ni entendre personne.

Est-ce que vous avez tenté d’entrer en contact avec la Fondation Servir le Sénégal ou avec le cabinet du Président ?

La Fondation Servir le Sénégal ne me parle plus. Le Président Macky Sall ne me parle plus. Je ne les entends plus. Je ne les vois plus. Seul mon salaire de ministre conseiller est assuré. Je ne suis pas là pour courir derrière des prébendes. Je préfère ma dignité à des milliards. Dieu est là pour tout le monde et le Président devrait avoir un rétroviseur pour revoir ce que nous avons réalisé ensemble hier. Nous garderons notre dignité quelle que soit la situation. Ce monde est éphémère. Rien n’est éternel. Nous l’avons accompagné et avons combattu avec lui. Nous avons consenti des sacrifices énormes. Les nouveaux venus m’insultent tous les jours et je ne suis pas le seul. D’autres anciens du parti subissent ces insultes au quotidien et celui qui les a nommés et la direction du parti ne réagit pas.

Pourtant Mbaye Ndiaye qui est un ancien du parti est encore aux côtés du Président Macky Sall. Il semble donc être l’exception qui confirme la règle ?

Mbaye Ndiaye est un homme d’honneur. Il s’est sacrifié, mais il n’est pas récompensé à la hauteur des sacrifices qu’il a consentis. C’est un ami intime du patron (Macky Sall). C’est un homme extraordinaire. Il prend en compte les préoccupations de tout le monde. Nous avons accompagné le Président pendant les moments difficiles.

Est-ce que vous, les anciens de l’Apr, n’essayez pas d’exercer une pression sur le chef de l’Etat ? Déjà, on accuse Moustapha Cissé Lô de vouloir faire chanter Macky Sall pour obtenir le poste de Moustapha Niasse qu’il vise depuis le début ?

Je ne veux la place de personne. Je n’exerce de pression sur personne. Je ne convoite rien. Tout ce que nous exigeons, c’est le respect et la reconnaissance. Ce qui se passe à l’Apr est révoltant. J’ai vu hier (jeudi 05 décembre) sur une télévision de la place, une personne parler au nom de l’Apr et je ne pouvais même pas mettre un nom sur ce visage. C’est vous dire combien nous avons été relégués. Nous ne pouvons même pas accéder à un certain niveau d’information. Nous ne savons pas à qui nous adresser. Nous ne pouvons appeler personne.

CODOU BADIANE

2 Comments

  1. Youssou Touré est l’exemple parfait du  » Niaka gueum sa bopp ». Un homme qui passe son temps à pleurnicher parce qu’un autre homme l’a mis au placard. Et si cet homme n’existait pas qu’allait-il faire de son existence. Khana il n’a pas de métier pour allet l’exercer dignement? Non il préfère être casé comme PCA quelque part, ne pas travailler et encaisser des indemnités de fonctions. Youssou nitt dafa wara gueum bopam. Va travailler et gagner ta vie honnêtement au lieu de passer tout ton temps à pleurnicher et de te victimiser. Tu te trouves important pour penser que le président va t’appeler chaque jour s’enquérir de tes nouvelles ou te nommer ministre conseiller ou je ne sais quoi d’autre. La vie ne se résume pas à l’APR, Macky SALL ou Marième Faye. Bon rétablissement en passant.

    • Ce type edt pathetique. Pleurnicher du matin au soir pour quelqu’un qui est sorti de l’anonymat a cause de la politique et qui espere toujours que cette position politique est une fin en soit. youssou toure creves et vas au diable et nous dirons un bavard de moins. Avec tout l’argent que tu as detourne tu pourras au moins trouver un centre de sante pour te soigner. Au nom de quoi devrais tu etre evacue en europe parce que tout simplement tu es membre fondateur del’apr ? Creves youssou et ta famille te pleurera mais la vie continue. Minable vrainent minable

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.