Les blessures de l’économie sont très profondes: La preuve en chiffres (Statistiques)!

Economie/Une

iGFM – (Dakar) La covid-19 n’a pas infecté que les hommes au Sénégal. Elle a lourdement frappé l’économie dont les secteurs majeurs sont actuellement en détresse. En avril, mois de l’enracinement de l’épidémie dans le pays, ponctué par la mise en application des mesures restrictives, l’économie a enregistré une baisse de 8% de son activité renseigne la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee).

 Secteur primaire -26,8%

Dans le secteur primaire par exemple (hormis l’agriculture et la sylviculture) l’activité économique a reculé de 26,8% par rapport au mois précédent. Plusieurs sous-secteurs ont enregistré des contreperformances: l’élevage (-32,4%), la pêche (-17,0%).

Secteur secondaire -15%

Le secteur secondaire, n’en est pas sorti indemne. Il a enregistré une baisse de 15,2% de son activité durant le mois d’Afrique. Le sous-secteur de l’agroalimentaire a connu une baisse de 22,5% de ses activités, celui de la filature un recul de 43,2%.

La  fabrication de produits chimiques de base s’est contractée de 24% de ses activités, le travail du  caoutchouc et du plastique un recul de 15,2%, la fabrication de savons, détergents et produits d’entretien une baisse de16,7%.

Dans le secteur, seuls les activités extractives (+23,2%), la construction (+1,3%) et la production et distribution d’électricité et de gaz (+3,4%) ont su tirer leur épingle du jeu.

Secteur tertiaire -3%

Le secteur tertiaire est, lui, moins mal en point. Il n’a perdu que 3,4% de son activité en avril. Une contreperformance imputable au sous-secteur du commerce qui a enregistré une baisse de 14,1%, les  financières et assurances une baisse de 19,9%, les culturelles, sportives et récréatives une contraction de  91,7%.

Les rares rescapés

 Toutefois, les activités immobilières et les activités spécialisées, scientifiques et techniques n’ont pas beaucoup senti la crise. Elles ont enregistré, respectivement, une croissance de 131,3% et 29,5% sur la période.

Des pertes d’emploi

Durant le mois d’avril, l’emploi salarié du secteur moderne a lui aussi reculé de 8,4% par rapport au mois précédent. Les pertes d’emplois sont observées dans tous les sous-secteurs d’activités, notamment les industries (-14,2%), la construction (-1%), les services (-2,9%) et le commerce (-2,9%).

Youssouf SANE