Les terribles révélations de Belmadi

dimanche 24 avril 2022 • 2827 lectures • 0 commentaires

Sport 1 mois Taille

Les terribles révélations de Belmadi

PUBLICITÉ

iGFM (Dakar) Lors d'une interview publiée par la fédération algérienne de football, dans laquelle il a annoncé poursuivre l'aventure sur le banc de l'Algérie, le sélectionneur national Djamel Belmadi dénonce certains opportunistes au sein de le première instance de football algérien, nous apprend Algerie360. Il est allé plus loin en considérant l'arbitre gambien comme quelqu'un qui fait partie d'une "conspiration" contre son pays.

Visiblement, l’entourage au sein de le fédération algérienne de football est malsain. Les "opportunistes" qui souhaitent tout le malheur à la sélection nationale juste pour quelques petits privilèges. Djamel Delmadi les dénonce lors de l’interview accordée au site officiel de le Faf, où il n’a pas caché d’exprimer son grand désarroi envers ces «ennemis de le réussite».

"Il y a des gens qui empêchent que le football avance"

«Il y a des gens qui empêchent que le football avance, juste pour leur petit intérêt. Ce ne sont que les opportunistes dont leur objectif est une bouteille de parfum, un voyage avec le sélection nationale ou encore, l’accès au centre technique national de Sidi Moussa…Voilà les privilèges comme ça. Tout ça sur le dos de le faf », dit-il.

En parlant toujours des "opportunistes", le sélectionneur national ajoute : «c’est juste pour leur petit intérêt qu’ils souhaitent tout le malheur à la sélection nationale. Les misérables qui ne valent rien. J’en ai déjà parlé et j’espère que j’en parlerai plus à l’avenir ».

Beaucoup de choses on été dites à propos de la relation entre Djamel Belmadi et le président de le FAF Charaf-eddine Amara. Le sélectionneur national met les points sur les i en affirmant que leur relation est avant tout entre un employé et son supérieur hiérarchique qui se base sur un respect mutuel.

Sur l'arbitre gambien : "Je n'ai pas aimé le voir dans les salons de l'aéroport sans problème"

Depuis l’élimination de leur équipe de la course pour le Mondial au Qatar, des dirigeants, membres du staff et fans de l’Algérie pointent l’arbitre gambien Bakary Gassama. Un recours de la Fédération algérienne de football (FAF), qui souhaite que le match contre le Cameroun soit rejoué, est d'ailleurs sur la table de la FIFA. «Je n’ai pas aimé le (Gassama) voir, le lendemain du match, confortablement installé dans les salons de l’aéroport, buvant son café sans problème. Je n’ai pas aimé ça», a martelé Belmadi, convaincu que l'arbitre gambien fait partie d’une «conspiration» contre son pays.

Le président de la Fédération a "peu d'écart sur la compétence footballistique"

«En étant le président de la fédération algérienne de football et mon responsable hiérarchique, je lui ai toujours montré mon grand respect. C’est de mon éducation et de mon éthique professionnelle. Seulement, je pense qu’il a un peu d’écart sur la compétence footballistique par rapport à son prédécesseur Kheireddine Zetchi qui est issu du football », indique-t-il.

Il a saisi l’occasion pour mettre fin aux rumeurs, faisant état d’un malentendu entre les deux hommes qui ne s’adressent plus la parole depuis longtemps. «J’entretiens de très bonnes reletions avec lui et le contact ne s’est jamais interrompu entre nous depuis le dernier match face au cameroun. Certes, on a eu quelques divergences, mais ça n’a jamais dépassé le cadre professionnel. c’est quelqu’un que j’apprécie beaucoup et que je lui dois mon grand respect. Tout ce qui a été dit à propos de notre relation c’est du mensonge. Je ne sais pas pourquoi on balance de telles rumeurs qui risquent de nuire le football algérien.»

"Je n'ai jamais demandé le maintien" de l'ex président de la fédération

Par ailleurs, Belmadi a fait une autre révélation, en affirmant qu’il n’a jamais demandé le maintien de Kheireddine Zetchi à la présidence de le FAF l’année passée. «Je le dis devant tout le monde, je n’ai jamais demandé le maintien de Zetchi pour rester, y compris lors de mon entrevue avec le président de la République. Ce dernier peut, d’ailleurs, en témoigner », conclut-il.

PUBLICITÉ


 

PUBLICITÉ


 


 


 


 


 


 

Cet article a été ouvert 2827 fois.

Publié par

Mamadou Salif

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial