Les Libériens appelés aux urnes pour un référendum, un test pour le président George Weah

mardi 8 décembre 2020 • 328 lectures • 0 commentaires

International 1 mois Taille

Les Libériens appelés aux urnes pour un référendum, un test pour le président George Weah

iGFM (Dakar) Les Libériens doivent décider mardi par référendum s'ils approuvent une modification de la Constitution, un test pour le président George Weah, dont les opposants craignent qu'il cherche à imiter certains de ses pairs ouest-africains en briguant un jour un troisième mandat.

Les électeurs du Liberia sont appelés, mardi 8 octobre, à se prononcer sur une réforme de la constitution voulue par le président George Weah. Il propose notamment de réduire la durée du mandat présidentiel de six à cinq ans, mais inquiète ses opposants. Cela permettrait en effet aux chef de l'État de remettre les compteurs à zéro et de briguer deux mandats supplémentaires. L'échéance a valeur de double test pour le président de 54 ans, près de trois ans après avoir soulevé un immense espoir en accédant au pouvoir dans ce pays d'Afrique de l'Ouest toujours marqué par la guerre civile de 1989-2003 et l'épidémie d'Ebola qui a touché l'Afrique de l'Ouest en 2014-2016. Depuis son élection, la situation économique du pays, l'un des plus pauvres du monde, s'est encore aggravée, en raison notamment de la crise du coronavirus, et la popularité de l'unique Africain ayant rapporté le Ballon d'Or s'est largement érodée, notamment auprès des jeunes qui l'avaient porté au pouvoir.


Des inquiétudes dans l'opposition


Des rumeurs lui ont attribué ces derniers mois la volonté de tirer profit du changement de Constitution qu'il appelle de ses voeux pour aller au-delà de la limite de deux mandats présidentiels, comme viennent de le faire ses homologues de la Guinée et de la Côte d'Ivoire, des pays voisins du Liberia, Alpha Condé et Alassane Ouattara. "Il briguera un troisième mandat simplement parce que ses six premières années se seraient déroulées sous une autre Constitution. Voter 'oui' au référendum serait une erreur", estime le sénateur d'opposition Darius Dillon. En se targuant d'une "remise à zéro" de son compteur présidentiel, l'enfant des bidonvilles de Monrovia pourrait non seulement se représenter en 2024 pour un second mandat (de cinq ans), mais aussi encore une fois en 2029, ce qui rendrait possible une présidence Weah jusqu'en 2034. Son entourage affirme pourtant que l'ex-attaquant vedette du PSG et de l'AC Milan "ne pense pas à un troisième mandat" alors qu'il n'a même pas achevé le premier. "Je pense sincèrement que garder quelqu'un au pouvoir pendant une longue période n'est pas la chose à faire", a lui-même dit "Mr George" lors d'un meeting de campagne la semaine dernière, en appelant ses partisans à dire "oui" à la réduction à cinq ans de la durée du mandat présidentiel. Les Collaborating Political Parties (CPP), une alliance des quatre principaux partis d'opposition, estime en tout état de cause que peu d'électeurs comprennent la portée des changements proposés et a appelé à boycotter le référendum. "On ne sait même pas quelles sont les conséquences de voter 'oui' ou 'non'", a dit à l'AFP un dirigeant de la coalition d'opposition, Mohammed Aly. Ces spéculations relèvent d'un "jeu politicien", réplique un député allié du président, Acarus Gray.


Une révision des règles de nationalité


La révision proposée réduit également la durée des mandats des députés et des sénateurs, respectivement de six à cinq ans et neuf à sept ans. Le référendum du 8 décembre est en outre couplé avec les élections sénatoriales de mi-mandat.


La proposition vise aussi à modifier les règles en matière de nationalité, une question qui continue à diviser la société du Liberia, plus ancienne république d'Afrique noire fondée au XIXe siècle sous l'impulsion des Etats-Unis pour des esclaves noirs affranchis, dont les descendants ont dominé la vie politique pendant 170 ans. Alors que la double nationalité est interdite depuis 1973, le projet de nouvelle Constitution prévoit que tout enfant né d'au moins un parent libérien serait automatiquement un "citoyen naturel" du pays et qu'il aurait le droit de détenir une autre nationalité. Ces binationaux n'auraient pas le droit d'accéder à certaines hautes fonctions, notamment électives, mais ils seraient autorisés à accéder à la propriété au Liberia, ce qui n'est pas le cas jusqu'à présent. De nombreux membres de l'élite américano-libérienne sont également et secrètement citoyens des Etats-Unis. La population "autochtone" leur reproche d'appauvrir le pays en utilisant l'argent qu'ils gagnent au Liberia pour se construire des propriétés aux Etats-Unis.


France 24


 


 


 

#presidentielle, #liberia, #georgeweah

Cet article a été ouvert 328 fois.

Publié par

Mamadou Salif

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Partager cet article

  

Options

logo iRevue

iRevue du 26 janv.

lune   Il est 11:35   •   temperature °C

Nous avons sélectionné les meilleurs articles de la journée.

Une revue sera automatiquement générée avec les meilleurs articles du moment sur les différents supports iGFM, Record et L'Obs.

Les sénégalais déclenchent un soutien massif envers Abdoulaye Dia DG de Senico

1391 lectures • 4 commentaires

Société 3 heures

"Covid-19: Les vieux nous quittent"

636 lectures • 3 commentaires

Société 11 heures

Mercato : Naples et Milan se bousculent pour Boulaye Dia

170 lectures • 0 commentaires

Sport 12 heures

Chelsea : les détails du contrat de Thomas Tuchel

300 lectures • 0 commentaires

Sport 12 heures

Covid: Une caravane à Fann Amitié Point E pour aider les populations à faire face

229 lectures • 0 commentaires

Société 21 heures

CHAN 2020 (Groupe B) : quatre équipes pour deux places

170 lectures • 0 commentaires

Sport 23 heures

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial