«Les maires qui se braquent font du tort à leurs communes»

Politique

IGFM-Mahammad Boun Abdallah Dionne a annoncé de grands projets du chef de l’Etat pour positionner Thiès comme une métropole moderne dans une région en devenir. Il n’a pas manqué d’indiquer que certains maires font du tort à leurs communes, en adoptant des positions radicales.

Le Premier ministre, Mahammad Boune Abdalah Dionne, a présidé samedi, le forum des partenaires au développement initié par le maire de la ville à l’Auditorium de l’Université de Thiès. Talla Sylla a mobilisé les partenaires sociaux pour le financement de 75 projets du plan de développement de la ville de Thiès (Pdvt) d’un coût global de 78 milliards FCfa. Le forum «Kay defar Thiès» qui a finalement pris les allures d’un meeting, a vu la forte mobilisation des partisans du Directeur général de «La Poste», Siré Dia, que le Premier ministre a vivement félicité pour son accueil exceptionnel. Mahammad Boun Abdallah Dionne a encouragé le maire Talla Sylla qui travaille, en rapport avec le Gouvernement, à matérialiser les politiques publiques dans sa collectivité. Il n’a pas non plus mis de gants pour reprocher à certains maires, surtout de l’opposition, leur refus de collaborer avec le pouvoir central. «Les maires doivent travailler de façon intelligente, avec le Gouvernement. Il y en a qui se braquent à tort, cela ne favorise pas leurs communes et ils peuvent le regretter», avise le Premier ministre. Dionne a exhorté Talla Sylla à persévérer sur le chemin de sa collaboration avec le Gouvernement.

Articulé sur le Plan Sénégal émergent (Pse), le Programme d’investissement prioritaire de la ville de Thiès se projette à l’horizon 2035. Aussi le Pm dira-t-il que le forum «Kay defar Thiès» est une invite pressante à la mobilisation et à l’action pour un seul et unique objectif : construire la Cité du rail appelée à se positionner comme une métropole moderne dans une région en devenir. Pour lui, «Kay defar Thiès» est un appel auquel aucun Sénégalais ne saurait rester indifférent. Thiès, avec un réseau densifié d’infrastructures modernes et de connectivité, continue de se positionner comme un véritable pôle d’attraction, une région qui occupe une place fondamentale dans la vie économique du Sénégal. «Thiès entend jouer un rôle plus important dans notre marche vers l’émergence. Le Président Macky Sall travaille pour un Sénégal émergent. Mais, le maire Talla Sylla travaille pour un Thiès émergent. Comment, donc ne pas appuyer cette belle initiative initiée par le maire de Thiès d’élaborer un Plan de développement de la ville (Pdv) dans une démarche participative et inclusive», s’interroge Boun Abdallah Dionne. Il a noté que l’organisation de ce forum se tient dans un contexte historique de déploiement d’un ensemble de projets et de programmes spécifiquement dédiés à renforcer les capacités techniques et financières des villes. Ce, afin de prendre en charge les préoccupations des populations en termes d’infrastructures et de services sociaux de qualité.

Le Pacasen d’un coût de 132 milliards

Dans l’esprit de l’Acte 3 de la décentralisation, Promoville, Puma pour les communes frontalières, le projet des déchets solides à Tivaouane, le programme Ville verte à     Pire, constituent de véritables leviers pour doter les villes d’équipements fonctionnels, afin d’y créer toutes les conditions pour l’épanouissement des citoyens dans un cadre sain et agréable, sécurisé, générateur de perspectives pour le développement d’activités économiques porteuses. Le Premier ministre a noté que dans le cadre de Promoville, Macky Sall a investi 8 milliards 700 millions FCfa à Thiès, pour 12,500 kilomètres de routes bitumées dans les quartiers Hersent, Cité Lamy, Randoulène, entre autres… En plus, 203 jeunes ont été formés aux métiers des bâtiments et travaux publics. Pour la sécurité, l’éclairage public sera renforcé, le Président Sall ayant acheté 50 000 lampadaires solaires destinés à la Corniche (Dakar). «Thiès y a sa part, puisque Talla Sylla avait sollicité l’Etat pour la réhabilitation de l’éclairage public défectueux sur la Voie de contournement nord (Vcn). L’éclairage public contribue à la sécurité des populations», signale M. Dionne, selon qui, l’option des énergies renouvelables s’explique par le fait que les factures d’électricité des Collectivités locales coûtent énormément à l’Etat. D’autres projets, comme le Programme d’appui aux communes et agglomérations du Sénégal (Pacasen), destiné à rétablir l’équité territoriale, d’un budget de 132 milliards FCfa, vont appuyer les Collectivités locales, dans le cadre de l’Acte 3 de la décentralisation. Il a ainsi rassuré le maire Talla Sylla que Thiès bénéficiera de tous les projets de l’Etat. Auparavant, Talla Sylla, maire de la ville, a noté que «Thiès avance et devient la première ville du Sénégal». C’est cette idée qui l’a conduit à initier le plan de développement de la ville, sous la conduite de l’Agence régionale de développement (Ard). L’objectif dudit plan est de construire une vision d’ensemble du devenir de la ville de Thiès et de concevoir les priorités stratégiques, ainsi que les options d’aménagement et de développement les plus pertinentes face aux grands enjeux économiques, sociaux, environnementaux et démographiques. Jetant de grosses pierres dans le jardin d’Idrissa Seck, Talla Sylla dira que son programme de développement dotera les quartiers périphériques d’infrastructures, alors que les chantiers de Thiès initiés en 2004, «n’étaient que du tape-à-l’œil, avec des infrastructures concentrées au cœur de la ville.»

OUSSEYNOU MASSERIGNE GUEYE

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.