Les raisons de l’arrestation de Président de l’Asred

Actualité/Société

IGFM-Si le président de l’Association pour le soutien et la réinsertion sociale des détenus (Asred), Ibrahima Sall, est arrêté, c’est sans doute suite à une plainte de l’administration pénitentiaire.

En effet, à peine 24 heures après l’arrestation de l’ancien détenu, la direction de l’administration pénitentiaire a sorti un communiqué pour fustiger le comportement d’Ibrahima Sall qui dénonçait « les mauvaises conditions de détention et les longues détentions provisoires dans les établissements pénitentiaires”.

« Les déclarations du président de l’Asred sont fausses, imaginaires et ne soutiennent que sa volonté de faire sa promotion personnelle par le chantage et l’appel à la rébellion de nos pensionnaires au moment où des efforts considérables sont quotidiennement faits pour améliorer leurs conditions de détention dans les établissements pénitentiaires. Sur les longues détentions provisoires, à titre d’exemple, à la Mac de Thiès, sur 654 détenus provisoires, (seuls) 45 ont fait plus de 3 ans. À la Mac de Diourbel, sur 245 détenus provisoires, (seuls) 5 détenus y sont depuis plus de 3 ans », note la Direction de l’administration pénitentiaire.

« L’Asred dont les établissements pénitentiaires constituent son fonds de commerce ne figure même pas sur la liste des associations intervenant en milieu carcéral et n’a visité aucun établissement en 2018. De ce fait, l’Asred ne dispose d’aucune légitimité pour traiter des affaires pénitentiaires », note la direction qui gère les 37 établissements pénitentiaires que compte le Sénégal.