Cet article a été publié dans le journal LOBS

"Les termes qui motivent la réaction du Lieutenant Ndiaye passent à côté des normes de discipline de commandement"

mardi 5 octobre 2021 • 1270 lectures • 0 commentaires

Société 2 semaines Taille

\

PUBLICITÉ

Quelle lecture faites-vous de la situation qui prévaut au poste de police de Wakhinane Nimzatt avec le cas du Lieutenant Ameth B. Ndiaye qui a été relevé de ses fonctions ? Je relève deux éléments de lecture. Il y a le discours qu'il (le Commissaire Ameth B. Ndiaye) a présenté avec une sorte d’expression d’état d’âme, de refus d’accepter qu’il y ait possibilité pour sa hiérarchie de prendre des mesures à son encontre.

Quelle lecture faites-vous de la situation qui prévaut au poste de police de Wakhinane Nimzatt avec le cas du Lieutenant Ameth B. Ndiaye qui a été relevé de ses fonctions ?
Je relève deux éléments de lecture. Il y a le discours qu'il (le Commissaire Ameth B. Ndiaye) a présenté avec une sorte d’expression d’état d’âme, de refus d’accepter qu’il y ait possibilité pour sa hiérarchie de prendre des mesures à son encontre. Malheureusement, les termes qui motivent sa réaction passent à côté des normes de discipline de commandement. Il est censé savoir, en sa qualité d’Officier supérieur, que sans aucun motif notifié, l’autorité a le pouvoir de le relever de son poste. 

PUBLICITÉ


À la suite d’un évènement comme celui-là qui a concerné l’entité qu’il dirige, l’autorité ne cherche pas d’explications pour le relever, même s’il tente de se justifier en clamant qu’il est innocent. 

PUBLICITÉ


Après ce constat, que risque le Lieutenant Ameth Béchir Ndiaye ?
Malheureusement, il s’expose à des procédures disciplinaires, dont celui d’être traduit devant un Conseil d’enquête. Il encourt une sanction encore plus dure. Je ne peux m’aventurer sur la sanction qui pourrait lui être infligée, parce relevant de l’appréciation de l’autorité qui peut confier l’enquête au Commissaire central de Guédiawaye qui a autorité dans la circonscription, ou encore confier le dossier à la Direction de l’inspection des services de sécurité (Diss).


Le Lieutenant Ndiaye n’est-il pas dans son bon droit de clamer son innocence ? 
Lorsqu’il se produit un malheureux évènement dans un commissariat de police, l’Officier qui pilote cette entité et qui incarne le statut de personne morale, a toujours tort. Et donc pour prendre une décision en pareille situation, l’autorité apprécie et prend les mesures appropriées. Par exemple, l’autorité peut conclure qu’il n’y a pas suffisamment d’éclairages dans la manière dont l’Officier incriminé a traité un dossier X et en conséquence, prendre une mesure qu’elle juge adéquate. Ce serait aussi un signal fort lancé aux autres commissaires de police pour leur dire qu’en pareil cas, vous devez faire preuve de lucidité, de maniabilité et de professionnalisme... Par contre, lorsque l’Officier visé fait un recours et interprète la mesure prise à sa façon, comme c’est le cas actuel, il tombe sous le coup d’un acte d’indiscipline.


A la lecture du recours du Lieutenant Ndiaye adressé à l’autorité, pensez-vous qu’il a commis une maladresse ? 
A la lumière des termes de son recours que j’ai parcouru dans la presse, il apparaît clairement toute la teneur du bras de fer qui l’oppose à sa hiérarchie. En posant ainsi le différend, il crée un procès qui devient davantage plus complexe en se retrouvant sur la place publique. Il lui revenait de comprendre que l’autorité a le plein pouvoir de prendre une mesure quelconque le concernant et qui impacte sur son parcours professionnel. Et parce qu’il évolue dans un service de commandement, il doit la prendre comme telle et non sous l’angle d’une sanction négative. Malheureusement, en plus de s’époumoner pour clamer son innocence, en faisant référence à sa situation de famille, il commet la maladresse de comparer la situation qui a prévalu dans son commissariat avec une autre affaire distincte, qui a eu lieu au commissariat central. En agissant de la sorte, il remet en cause l’équilibre de l’autorité, en l’interpellant sous les termes de : «Vous m'avez sanctionné, alors que vous n'avez pas sanctionné tel collègue.» C’est un acte d’indiscipline. L’autorité peut en déduire que l’Officier en question est un fonctionnaire indiscipliné parce qu’il crée, en interne, un dangereux précédent. Le Lieutenant Ndiaye a certainement oublié que dans un service de commandement, quand on est relevé, on prend acte et on continue à travailler. C’est dur, incompréhensible sous d’autres sphères, mais c’est ainsi. Être Officier, c’est un devoir et une charge. Cette charge tient au statut, avant de tenir aux actes que vous posez sur le terrain.
Serigne Saliou Yade (Stagiaire)

Cet article a été ouvert 1270 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Partager cet article

  

Options

logo iRevue

iRevue du 26 oct.

lune   Il est 06:28   •   temperature °C

Nous avons sélectionné les meilleurs articles de la journée.

Une revue sera automatiquement générée avec les meilleurs articles du moment sur les différents supports iGFM, Record et L'Obs.

Sortie de son prochain Album : Youssou Ndour signe avec Universal

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial