Les trois raisons de la démission de Mame Mbaye Niang

Actualité

IGFM-A moins que le chef de l’Etat, absent de Dakar au moment des faits, ne donne pas une suite favorable à sa démission, le ministre du Tourisme Mame Mbaye Niang n’est plus membre du Gouvernement. L’Observateur révèle les raisons profondes de cet acte volontaire d’un des plus fervents défenseurs de Macky Sall.

A l’heure de la décision, Mame Mbaye Niang n’a pas tremblé. Le ministre du Tourisme devait faire un choix entre rester dans le Gouvernement, préserver sa dignité et laver son honneur. Finalement, il a pris l’option de renoncer à ses charges gouvernementales. C’est hier dans la matinée que Mame Mbaye Niang a déposé sa lettre de démission à la Primature. Une décision née de la publication depuis des jours, d’extraits d’un rapport de l’Inspection générale des finances (Igf) sur une gestion jugée chaotique du Programme de développement des domaines agricoles communautaires (Prodac), alors sous sa tutelle quand il était ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne. Même si son nom n’est pas mêlé directement à cette affaire, qui met en cause l’ancien Directeur général du Prodac, Mame Mbaye Niang a été victime d’une campagne de dénigrement, avec des déductions et des commentaires.

Une enquête menée par L’Observateur révèle que si l’affaire en est arrivée là, c’est parce que le ministre du Tourisme a été présenté, subtilement, comme un acteur d’un système de prédation des ressources publiques qu’il a, pourtant lui-même découvert et dénoncé. Le limogeage de l’ancien Directeur général du Prodac, Jean Pierre Senghor, en janvier 2017, s’inscrivait dans une logique de corriger des écarts de gestion. Mais cela a semblé persister, même après l’arrivée de Mamina Daffé. Et avec la persistance de fuites organisées d’informations faisant allusion à sa personne, l’ancien coordonnateur de la Convention des jeunesses républicaines (Cojer) s’est senti victime d’une opération de destruction de son image. L’affaire est d’autant plus gênante, d’après les investigations menées par L’Observateur, que des membres du gouvernement seraient derrière l’opération. D’ailleurs, la semaine dernière, profitant d’une discussion avec quelques ministres, Mame Mbaye Niang avait prévenu qu’il ferait face à tous ceux qui sont impliqués dans cette campagne qui le vise, même si on ne le cite pas. Un témoin de la rencontre rapporte qu’une gêne se lisait sur le visage de certains ministres. Mais cela ne veut pas dire qu’ils ont des choses à se reprocher. L’on confie qu’il avait même interpellé le Premier ministre sur la question. Et après avoir constaté que la solidarité gouvernementale s’est transformée en une «cabale», le ministre du Tourisme a compris que sa présence dans l’équipe gouvernementale n’avait plus de sens. Mais aux dernières nouvelles, le Premier ministre a tenté une médiation pour faire revenir le ministre du Tourisme à de meilleurs sentiments.

L’opération sauvetage du Premier ministre

Seulement, cette initiative du chef du Gouvernement, Mahammad Boun Abdallah Dionne, devait buter sur le serment fait par Mame Mbaye Niang de mettre à l’aise le chef de l’Etat, Macky Sall. Selon des informations recueillies par L’Observateur, l’ancien ministre du Tourisme ne voudrait en aucun cas donner l’occasion à ses détracteurs de se servir de lui pour fragiliser son mentor. Tout au long de son parcours politique, il s’est illustré dans la défense de Macky Sall. Une ligne de conduite dont il ne compte pas s’écarter. D’ailleurs, si Mame Mbaye Niang n’a pas informé le Président Sall, en déplacement au Canada, de son départ du Gouvernement, c’est parce qu’il ne veut pas que celui-ci l’en dissuade. Mais cette sortie de Mame Mbaye Niang du Gouvernement est un moyen de se libérer pour le combat contre ses pourfendeurs affichés, camouflés et masqués. Une rude bataille en perspective.

NDIAGA NDIAYE