Loi d'amnistie : La plateforme Avenir Senegaal Bi Ñu Begg est contre et condamne…

mercredi 6 mars 2024 • 624 lectures • 1 commentaires

Actualité 2 mois Taille

 Loi d'amnistie : La plateforme Avenir Senegaal Bi Ñu Begg est contre et condamne…

PUBLICITÉ

iGFM - (Dakar) La plateforme politique Avenir Senegaal Bi Ñu Begg est contre la loi d’amnistie. Si celle-ci est votée, avancent les responsables de la plateforme, elle accordera "l’impunité totale et définitive aux responsables présumés de graves violations des droits humains".

Pour elle, cette loi est contraire ‘’aux principes éthiques qui sous-tendent la Constitution et viole les droits des victimes des exactions. Elle est politiquement inopportune et moralement inacceptable’’.  

PUBLICITÉ


La plateforme politique Avenir Senegaal Bi Ñu Begg condamne ‘’la méthode immorale et cavalière de Macky Sall consistant à exercer un chantage sur l’opposition, à chercher à la diviser et à faire des prisonniers politiques illégalement détenus de simples otages sur la tête desquels, il met un prix : celui de l’impunité de ses propres partisans", dénonce la plateforme dans un communiqué. 

PUBLICITÉ


La plateforme invite à la libération sans délai des détenus politiques (Ousmane Sonko, Bassirou Diomaye Faye, etc).


"Leur libération n’a nullement besoin d’une loi d’amnistie pour être exécutée. Des enquêtes indépendantes doivent être menées pour situer les responsabilités sur les assassinats et tortures de manifestants innocents. La vérité doit jaillir et la justice rendue aux victimes », défendent les rédacteurs du document.


La plateforme Avenir Senegaal Bi Ñu Begg invite les députés qui ont à cœur de défendre les intérêts du Sénégal à voter contre la loi et de la rejeter purement et simplement.


Par ailleurs, la plateforme Avenir Senegaal Bi Nu Begg engage le candidat Cheikh Tidiane Dièye ou tout autre candidat de l’opposition qui arriverait au pouvoir en 2024 à créer les conditions de l’abrogation de la loi. 


Aussi elle a rejeté la tentative de diversion de Macky Sall et a exigé la fixation de la date de l’élection présidentielle, conformément à la décision du Conseil constitutionnel.

Cet article a été ouvert 624 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

1 Commentaires

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial