Mamy Mbaye : « Mon itinéraire artistique est loin d’une symphonie lisse, parce que… »

jeudi 14 avril 2022 • 672 lectures • 0 commentaires

People 1 mois Taille

Mamy Mbaye : « Mon itinéraire artistique est loin d’une symphonie lisse, parce que… »

PUBLICITÉ

iGFM – (Dakar) Du groupe des Spice-girl à la sénégalaise, Mamy Mbaye aura été une pionnière de la présence féminine dans le showbiz national. Et de cette initiative, elle a gagné l’expérience d’une maman musica dont la vue sur la musique sénégalaise est un avis d’experte qu’on gagnerait à écouter.

Dans un entretien accordé à rewmi, Mamy revient sur son parcours de diva, son itinéraire artistique est loin d’une symphonie lisse, parce que parsemé d’embûches mais le piquant challenge a été la victoire qu’elle a su construire sur ces écueils. Cela l’a forgée et lui a instillé un mental de sereine femme libérée. Mais ancrée dans des valeurs d’humanisme qui font son charme. Lire Mamy c’est écouter une envoûtante sérénade de courage et de confiance. 
     
Son absence sur la scène musicale sénégalaise
Mon absence est due à diverses raisons. Il y a d’abord eu l’aspect familial et ensuite il fallait que je travaille, histoire de bien préparer mon retour. Et ça demandait beaucoup de boulot, pour le coup, j’ai préféré me concentrer sur le travail. Je devais travailler à nouveau ma voix, accumuler les séances de studios afin de préparer le maximum de morceaux pour que le boulot ne s’arrête pas une fois que j’aurais commencé. Entre-temps, il y a eu d’autres activités que je devais gérer. Il fallait gérer tout cela, bien se réorganiser, revoir le staff et surtout savoir par où commencer, où on veut aller, comment s’y prendre.
Reconstitution du groupe Alif 
On ne sait jamais hein ! Comme le dit l’adage : il ne faut jamais dire jamais. Nos relations sont restées intactes, elles sont restées des sœurs pour moi et c’est l’essentiel.
Son intégration dans le cinéma
C’est maintenant que le public me découvre dans le cinéma. Disons que c’est une des faces cachées de Mamy (rire). J’ai quasiment commencé le cinéma en 2011 et à l’époque, il n’y avait pas beaucoup de séries comme aujourd‘hui. Donc c’est normal, ça ne se connaissait pas trop. C’était plus pour des films instructifs, entre autres. Sinon, le pont ne s’est pas fait difficilement, car qui dit artiste dit polyvalence. C’est quelque chose qui était en moi depuis, c’est comme qui dirait, une continuité de l’art que je fais.
L’harcèlement des hommes dans le monde de la musique
Ça dérange forcément et cela quel que soit le milieu dans lequel on évolue. C’est dérangeant, aujourd’hui on se dit qu’on travaille et on a envie de le faire sereinement, d’avoir les mêmes privilèges, le même respect que tout homme qui est dans le même milieu que nous. Ça dérange fortement et on espère vraiment que les gens puissent attribuer fortement à toutes ces femmes leur  mérite, qu’elles puissent travailler librement, dignement et qu’elles soient respectées dans ce qu’elles font, qu’on puisse les aider sans rien attendre en retour.

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 672 fois.

Publié par

Mame Fama GUEYE

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial