Manko Wattu Senegal invite l'Etat et les enseignants à "s'asseoir au tour d'une table" pour lever les équivoques

samedi 28 mai 2022 • 511 lectures • 0 commentaires

Actualité 4 semaines Taille

Manko Wattu Senegal invite l'Etat et les enseignants à

PUBLICITÉ

iGFM-(Dakar) Le Gouvernement et les syndicats d’enseignants sont invités à s’asseoir à nouveau à la table des négociations pour lever les équivoques autour des accords signés. Dans une note reçu à iGFM, le leader de la coalition Manko Wattu Senegal, Ousmane Faye parle d’une incompréhension et estime que le dialogue est impératif pour corriger les malentendus et aboutir à une reprise normale et urgente des cours.

«Il y a une incompréhension sur le point de l'impôt dans les accords signés entre le gouvernement et les syndicats d'enseignants. Et pourtant, ces derniers  avaient à l'unanimité reconnu et salué les énormes sacrifices déployés par le Ministre Abdoulaye Daouda Diallo et ses collègues, tant de par leur disponibilité que par les gros efforts financiers à tirer du budget national pour régler la crise dans le système éducatif. L'objectif du gouvernement, sur instruction du président de la République Macky Sall, était surtout d'apaiser l'espace scolaire et permettre aux enseignants de rejoindre les classes après plus de 2 mois de grève et de débrayage. Des accords étaient donc signés en présence d'organisations de la société civile qui, elles aussi, se sont félicitées de l'ouverture d'esprit et de la bonne volonté affichée par la partie gouvernementale qui venait ainsi de résoudre la crise et permettre une reprise normale et urgente des cours», propose le responsable de Manko Wattu Senegal. 

PUBLICITÉ


Ousamne Faye souligne par ailleurs que «depuis lors, les salaires sont payés et tout se passe correctement. Si les syndicats d'enseignants se mettent encore à reprendre les hostilités et procéder à des débrayages, il y a lieu de relire les accord et corriger un petit malentendu qui grise la machine. 

PUBLICITÉ



Il ajoute : «nous savons tous que le Ministre des Finances, qui avait conduit les négociations, s'était donné corps et âme pour aboutir à décrisper la situation. Cela lui avait valu des félicitations de la part de tous les partenaires de l'éducation pour avoir réussi à matérialiser la signature des accords qui avaient abouti à la levée du mot d'ordre. Avec cette volonté manifeste de Abdoulaye Daouda Diallo et de ses collègues, j'invite les différentes parties prenantes (syndicats, société civile qui était présente depuis le début des négociations et la partie gouvernementale) à s'asseoir autour d'une table afin de lever une bonne fois pour toute, cette équivoque''.



Pour Ousmane Faye, «c'est un point facile à régler dès lors que les accords signés avec les syndicats d'enseignants sont déjà publiés. Il suffit de réviser le seul point de discorde pour arriver à trouver une solution définitive, mais cela passe par réunir les principaux acteurs. Il suffisait simplement pour les syndicats d'enseignants d'éclaircir leur position concernant l'impôt, mais des retrouvailles s'avèrent imminentes pour pouvoir terminer l'année scolaire en toute quiétude et sans perturbations possibles''.


Il precise : '' Le ministre des finances, je le rappelle, agit sur instruction du chef de l'État, et il se donne entièrement pour réussir cette mission. ''Ce n'est pas lui qui va bloquer quoi que ce soit, ce n'est même pas dans son style de faire dans la demi-mesure. Ce seul point nébuleux sera vidé si les syndicats d'enseignants et la société civile acceptent de rejoindre la partie gouvernementale. Et tout est réglé'', préconise le leader de MWS 

Cet article a été ouvert 511 fois.

Publié par

Birame Ndour

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial