Meurtre d’une collégienne à Touba : Pourquoi le père renonce à porter plainte

mercredi 6 juillet 2022 • 7760 lectures • 0 commentaires

Société 1 mois Taille

Meurtre d’une collégienne à Touba : Pourquoi le père renonce à porter plainte

PUBLICITÉ

À Touba, le corps sans vie de la jeune Ndèye Diop a été retrouvé hier dans un réservoir d’eau. Le présumé meurtrier qui serait son copain a été arrêté. Seulement, contre toute attente, le père de la victime décide de ne pas porter plainte et s'en remet à Dieu.

« Je ne compte pas porter plainte, j’ai déjà perdu ma fille », martèle Mbacké Laye Diop au micro de Rfm avant de s’expliquer. Il déclare : "Elle (La victime)  a mémorisé  très tôt le Coran avant d’aller à l'école.  Vous savez la volonté divine n'échappe à personne et je m’en remets à Dieu. Pour le moment, on n’a pas encore reçu le corps. Il doit y avoir autopsie pour connaître les circonstances du décès. C’est que l’auteur a avoué mais il faut chercher encore ». 

Les derniers instants de Ndèye Diop

Le quartier Khayra a subitement sombré dans l'émoi après le constat du meurtre de la jeune Ndèye Diop. Elle avait 18 ans et avait quitté son domicile familial dimanche pour aller prendre ses bulletins selon nos confrères de l’As. Mais, elle a quitté son domicile pour aller chez son copain à qui elle a annoncé qu'elle était enceinte. Le ton monte après que le jeune homme refuse d'entendre parler de grossesse. Et c'est au cours de leur altercation que A. Mbacké l'aurait tuée.

Selon les témoignages de l'auteur du crime rapportés par un proche, A. Mbacké a avoué avoir tué la fille à coup de brique avant d'envelopper son corps et le plonger dans le réservoir d'eau. Ainsi depuis que Ndèye Diop l'avait quittée pour aller prendre ses résultats, sa famille ne cessait de la rechercher, saisissant police et même les médias.

Seulement, trois jours après et la putréfaction, l'eau des robinets commençait à dégager une odeur putride et quand les occupants de la maison sont allés vérifier ce qui se passait dans le réservoir, ils sont tombés sur l'horreur. Ils saisissent le chef de la police. Entre-temps, connaissant leurs relations, ils interpellent Abdourahmane qui avoue sans fioriture son acte.
 
 
 
 

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 7760 fois.

Publié par

Ndeye Rokheya Thiane

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial