Mort de Floyd: Première semaine de procès accablante pour le policier!

lundi 5 avril 2021 • 731 lectures • 0 commentaires

International 5 jours Taille

Mort de Floyd: Première semaine de procès accablante pour le policier!

Les témoignages entendus à la barre du tribunal de Minneapolis, qui pointent un usage disproportionné de la force contre la victime, ont été dévastateurs pour la défense.

La première semaine d’auditions menées lors du procès de Derek Chauvin s’est achevée comme elle avait commencé : sur une note accablante pour le policier de Minneapolis (Minnesota), accusé du meurtre de George Floyd en mai 2020. Dernier témoin appelé à la barre, vendredi 2 avril, le lieutenant de police qui avait supervisé les débuts de l’enquête interne ouverte après le drame s’est montré direct et sans ambiguïté. La « force mortelle » utilisée pour maintenir la victime menottée au sol durant plus de neuf minutes était « totalement inutile et injustifiée », a jugé Richard Zimmerman, bardé de son expérience de trente ans dans la police.


La veille déjà, alors qu’étaient abordées les premières questions sur l’usage de la force – l’un des éléments-clés de ce procès –, le supérieur direct de M. Chauvin, aujourd’hui à la retraite, avait estimé que la contrainte physique exercée sur M. Floyd aurait dû cesser dès lors qu’il était « menotté et n’opposait plus de résistance », ce que les images de son agonie montrent clairement. Signe que cette affaire ne ressemble à aucun autre procès de policier, le chef de la police de Minneapolis lui-même sera appelé à témoigner dans les prochains jours.


Article réservé à nos abonnés Lire aussi  « Dans les images de la mort de George Floyd, il y a une forme de déshumanisation de l’autre qui est insupportable »
Pour l’heure, les déclarations venues des rangs policiers mettent à mal les tentatives répétées de l’avocat de Derek Chauvin, Eric Nelson, de justifier l’attitude de son client par la « combativité » de la victime et la présence d’une « foule hostile ». Pour Richard Zimmerman, « la foule » présente ce jour-là – une dizaine de personnes qui étaient tenues à distance – n’était pas « menaçante ».


L’horreur de la scène


Ces conclusions dévastatrices pour la défense viennent corroborer les récits chargés d’émotion des témoins entendus en début de semaine. Au cœur de ce « bouquet d’humanité », promis par l’accusation en prélude à leurs auditions, les passants ayant assisté aux derniers instants de M. Floyd, ont tous témoigné de leur « détresse » et de leur « impuissance » face à l’horreur de la scène.


D’une voix posée, entrecoupée de sanglots, la jeune fille dont la vidéo filmée sur son téléphone a fait le tour du monde, a confié ses regrets de n’avoir pas fait davantage « pour sauver la vie » de la victime. « Certaines nuits, je reste éveillée et je m’excuse auprès de George Floyd de ne pas m’être interposée physiquement, a témoigné Darnella Frazier. Mais ce n’était pas à moi de faire autrement, c’était à lui », a-t-elle ajouté à l’intention de M. Chauvin.


Le Monde

Cet article a été ouvert 731 fois.

Publié par

Youssouf SANE

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial