igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

« Nous espérons voir le financement du CTB dans le budget de 2020 »

Actualité

iGFM – (Dakar)  « Le financement du Centre de Traitement des Brûlés (CTB) de l’hôpital Fann de Dakar, devrait apparaitre prochainement dans une loi de finances, nous l’espérons au budget de l’année 2020 ». Tel est le voeu d’une victime de brûlures après un accident survenu à Thiès. Elle partage son histoire à travers cette contribution envoyée ce mardi à IGFM.

« J’ai été brûlée au 3ème degré sur 66% de la surface corporelle après un accident survenu à Thiès. Aucune clinique n’a voulu de moi. Après 10 heures d’ambulance, oui j’ai bien dit 10 heures parce qu’aucun hôpital n’a voulu me prendre en charge à Dakar. Enfin, j’ai été admise à CTO où on m’a fait passer en bloc opératoire pour appliquer des pansements sur une peau nécrosée. Le lendemain j’ai été transférée à l’Hôpital Principal où ils ont fait pire encore puisqu’ils ont enlevé les pansements pour appliquer de la pommade et refaire des pansements. Je ne sais pas quelle étoile a veillé sur moi parce que j’ai survécu 4 jours à ce traitement lamentable jusqu’à ce que les services sanitaires de l’ambassade me transfèrent en France. Tout cela m’a valu des excisions énormes. Je garde en mémoire une prise en charge dans une salle crasseuse avec d’autres patients de tout genre, des chariots de nettoyage rouillés avec des serpillères sales dans les couloirs et j’en passe certainement, ce qui m’a valu d’être infestée de bactéries en tous genres. Aucune règle d’hygiène n’est appliquée. Si 33% des gens meurent, ce n’est pas pour rien. Aujourd’hui j’ai survécu à tout ça mais mon état serait bien différent si j’avais été prise en charge immédiatement en France.

« Un unique centre de traitement des brûlés en Afrique de l’ouest »

Vivre au Sénégal oui, à condition qu’il n’arrive jamais rien. »Ceci est un témoignage anonyme sur internet qui reflète bien la problématique de la brûlure au Sénégal. La brûlure est toujours une situation dramatique qu’il est nécessaire d’aborder de manière adaptée et spécifique. Nous ne disposons malheureusement pas au Sénégal d’un centre spécialisé. Cependant le projet existe. A l’initiative de l’association des Lion’s clubs du Sénégal (LCAS) avec la participation et le soutien du Ministère de la Santé et de l’Action sociale (MSAS), un projet de Centre de Traitement des Brûlés est en cours de recherche de financements.

« Une structure hospitalière complète bien organisée et rigoureuse »

Quelles sont les composantes de cette unité hospitalière pour les brûlés? Quel est l’avancement actuel du projet ? Une surface de 5400m2 est déjà réservée à l’hôpital de Fann. Le projet d’architecture est prêt. Il est structuré en six unités, chacune ayant son utilité précise.

  • Un centre d’accueil et de consultations devra accueillir environ 10000 consultations par an.
  • Le centre des urgences est organisé pour assurer les premiers soins aux brûlés.
  • Le bloc opératoire est réservé à la chirurgie reconstructrice mais également aux pansements.
  • L’unité de réanimation accueillera les brûlés les plus graves à la sortie du bloc opératoire.
  • Le centre d’hospitalisation disposera de 10 chambres individuelles et  10 doubles.

Une salle de kinésithérapie est également prévue pour la rééducation ainsi que le suivi psychologique du malade.

La spécificité d’un tel hôpital réside dans l’application rigoureuse de conditions d’hygiène parfaites. Des opérations de chirurgie esthétique sont prévues pour permettre de financer le fonctionnement du CTB et atténuer le coût pour les patients et plus spécialement pour les indigents.

 « Un projet en cours de développement »

Le plan de financement : Grâce à la mobilisation des Lions Clubs du Sénégal, ainsi qu’à la générosité d’entreprises comme EIFFAGE Sénégal, WARTSILA, les banques ECOBANK, SGBS, BOA et la BICIS, plusieurs missions d’études ont été réalisées pour pouvoir réaliser un centre aux standards internationaux.

Les Lions Clubs, avec leur fondation et leurs partenaires s’engagent à financer les équipements et la formation du personnel médical de l’ordre d’un milliard de CFA. La partie infrastructure serait assurée à la hauteur de 3 milliards de CFA en partenariat avec le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale et la Caisse de Dépôt et de Consignation. Le financement du CTB devrait apparaitre prochainement dans une loi de finances, nous l’espérons au budget de l’année 2020.

Derniers articles sur Actualité

Aller vers HAUT