P B Style : La voix de la culture casamançaise

mercredi 15 décembre 2021 • 831 lectures • 1 commentaires

People 1 mois Taille

P B Style : La voix de la culture casamançaise

PUBLICITÉ

IGFM - Sur le toit-terrasse de l'auberge "la cour du fleuve" au quai Boubou Sall de Podor, Lassana Sané alias PB Style fixe attentivement l'eau du fleuve. Le vent frais qui berce décoiffe un tout petit peu ses quelques rastas légèrement noués qui meublent comme une crête le milieu de sa tête.

C'est ici et dans cette atmosphère que nous avons rencontré le jeune artiste, quelques heures avant son concert. P B Style et les quatre (4) autres finalistes du projet Sunu Talents édition 2021 participent à la 14e édition du festival les Blues du Fleuve de Baba Maal artiste sénégalais de renommée internationale.
Connu du grand public grâce au Goethe Institut, avec aujourd'hui plusieurs singles, PB Style est aussi ceinture noire 6e dan de Kung-fu. Amoureux des masques, acteur de cinéma et bientôt réalisateur de films, P B Style est tout simplement un artiste complet au vrai sens du terme.
2013 est la date repère dans la carrière musicale de P B Style, Lassana Sané à l’état civil. C’est en cette année que le natif de Bignona, dans la région de Ziguinchor, a entamé sa carrière solo d’artiste Rappeur.
Mais ses premiers pas dans le Hip Hop, le jeune artiste de 26 ans l'a fait en compagnie de Alpa Der. Un artiste qu'il suivait partout en Casamance, dans ses répétitions, ses concerts, ou encore ses émissions radio. C'est lui qui lui a fait aimer la musique en lui transmettant le virus.
Le premier groupe de rap dans lequel Lassana Sané, affectueusement appelé Papa, a évolué est celui qui avait été créé par sa sœur Eva Crazy. Le groupe d’alors portait le nom d’E V- PB Group.
Sa sœur partie à Dakar poursuivre ses études, PB s'impose et devient P B Style. 
Depuis lors il poursuit son bonhomme de chemin et est devenu incontournable sur la scène musicale à Ziguinchor et environs. Une véritable star en Casamance.
Difficile pour lui de définir son genre musical. "Je suis rappeur, mais je fais dans la variété, le Word musik avec de sonorités bien de chez nous, des instruments traditionnels pour donner plus d'originalité", précise l'auteur de "Ferrari boy". Un tube qui a séduit le Goethe institut parce que c'est ce morceau qui lui a valu sa sélection au projet Sunu Talents.
Avec une voix imposante qui déchire et qui accroche, PB Style ambassadeur de la culture casamançaise, chante et valorise les riches potentialités culturelles et cultuelles du Sud du Sénégal. L’environnement, les us et les coutumes de son terroir sont sa muse et sa source d'inspiration. "Nous n'avons rien à envier aux autres. Nous avons des choses extraordinaires à valoriser et à faire découvrir aux autres", lance notre jeune artiste avec un sourire qui en dit long.
Sur la scène du quai de Podor, il était facilement identifiable par son port, son verbe, ses expressions, ses rythmes et ses chansons. Tout était référencé Casamance.
"Thiossane", son dernier single centré sur le patrimoine culturel casamançais, est en train de faire un tabac. Un succès qui dépasse actuellement les frontières de sa verte Casamance et même ses attentes. La preuve, les vibes du morceau et la présence scénique de l’artiste ont fait bouger les Podorois et les milliers de festivaliers qui ont assisté au concert.

PUBLICITÉ


Le contact avec Goethe, le déclic

PUBLICITÉ


"Après insistance de mon directeur artistique, j'ai finalement répondu à l'appel à candidature du centre culturel allemand", rappelle P B Style. Mais au finish, je ne l'ai pas regretté. Parce qu’après ma sélection, j'ai beaucoup appris. Les résidences artistiques avec des professionnels m’ont fait découvrir de nouveaux univers, de nouvelles choses, de nouvelles techniques. En plus c'était la première fois que j'ai reçu une bourse de création. 350 000 Fcfa », se souvient-il.
«Depuis lors, j'ai beaucoup peu évolué. C'était ma première formation, mon premier financement, et cela m'a permis de me surpasser et de réveiller le talent qui dormait en moi. Aujourd'hui, si l'on parle de P B Style, c'est en grande partie grâce au Goethe. La preuve, me voici à Podor pour participer au festival Blues du fleuve. Un événement international du grand artiste Baba Maal. Rien qu’être sélectionné par lui et être parmi les quatre finalistes, c'est une motivation, un encouragement de plus, se réjouit le jeune artiste. Si je gagne ce sera la cerise sur le gâteau car là, je dis que j’ai déjà gagné en expérience et en notoriété, note le finaliste de Sunu Talent.
Celui qui se définit comme un produit de Goethe Institut compte poursuivre le compagnonnage avec l'institut culturel allemand. "Avec Goethe un jour, Goethe pour toujours", s’engage l'artiste.


P B Style entre Musique Sport et Cinéma


«La musique, j'ai grandi avec elle. C'est dès le bas âge que j'ai commencé à flirté avec, confesse "the Ferrari boy". Une passion qu'il a longtemps allié avec les études jusqu'en classe de Terminale après deux tentatives malheureuses au Baccalauréat. Pas de Bac, mais des diplômes dans la formation professionnelle, il en a reçu, surtout dans des domaines qui intéressent son statut d’artiste. Il s’agit de formation en vidéo, en infographie, en design, en photo shop etc....
Mais P B Style est aussi un grand sportif. Attention, il est ceinture noir 6e dan de kung-fu. Son calme, sa dextérité, son endurance et sa patience témoignent de son parcours de grand combattant. Il est diplômé des arts martiaux et plusieurs fois médaillé au niveau local et national. Malheureusement ou heureusement pour lui, la carrière internationale de Kung-fu ka dont il rêvait a été brisé par la musique.  Mais qu'à cela ne tienne. « Je n'ai pas réussi à être un champion de kung-fu, mais je serai un jour, un champion dans la musique », conclut-il.
Artiste multidimensionnel, il dispose aussi d'une autre corde à son arc. Féru du 7e art, Lassana Sané alias P B Style est 2e acteur principal dans le film d'un réalisateur français sorti l'année dernière. Le film s'intitule "Le secret des masques".
Là, il travaille sur son propre projet de film documentaire sur les masques sacrés de la Casamance. Le scénario est déjà écrit, il reste seulement le financement pour sa réalisation. "Nation of mask" est le nom de sa future production cinématographique. Il veut la réaliser avec son partenaire privilégié le Goethe institut.




Ndatté Diop

Cet article a été ouvert 831 fois.

Publié par

Daouda Mine

editor

1 Commentaires

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial