"Patriotisme économique"- Des chefs d'entreprise lancent le CAPES

jeudi 29 septembre 2022 • 541 lectures • 0 commentaires

Actualité 2 mois Taille

\

PUBLICITÉ

iGFM - (Dakar) Un groupe de chefs d’entreprise sénégalais ont procédé ce mercredi au lancement du Collectif des Acteurs pour le Patriotisme Economique au Sénégal (CAPES) dont le tréfonds, selon son président Babacar Ndiaye, c’est l’introversion économique.

Selon le président Babacar Ndiaye, " Ce lancement a lieu dans des circonstances de hausse continue et généralisée des prix des denrées de grande consommation. Cette réalité est la résultante conjuguée d’un environnement économique, fiscal, bancaire et social encore peu favorable à l’Entreprise et à l’Entrepreneur nationaux qui sont en situation de vulnérabilité aigue du fait des déficits cumulés dans une mondialisation cachant un protectionnisme subreptice autour du mode de mise en place de la norme, du soutien promotionnel et même de la subvention par bien des Etats prônant paradoxalement la libre circulation des biens et services.

PUBLICITÉ



En fait dans le secteur de l’agriculture, soutient-il, "nous sommes dans un désarroi certain du fait des incohérences entre les Programmes et Projets aux budgets consistants indiquant la volonté des Autorités de vouloir transformer notre agricultureet la situation des filières agricoles qui peinent à satisfaire les besoins annuels nationaux.

PUBLICITÉ



Cela nécessite des réformes structurelles tant au plan institutionnel à l’image de la mise en place de la Chambre Agricole conformément à la norme UEMOA, au plan financier par la réorientation du modèle de la CNCAS et la mise en place d’un Pacte National de Production Agricole (PNPA) pour la réalisation collective de l’autosuffisance agricole et d’hausse significative de l’offre d’opportunités et d’emplois agricoles".



Cela participe à répondre aux besoins de mise en place de chaines de valeurs pour résoudre les équations des déperditions fruitières, maraichères et laitières.



Des sous-secteurs entiers de l’élevage tels que les Cuirs et peaux et la tannerie sont marqués par une faible professionnalisation liée à un déficit de mise en relation entre l’élevage, l’artisanat et les investissements financiers et industriels.



Le secteur de la pêche subit une situation meurtrière avec des Accords et des licences de pêche dont la rentabilité économique est peu visible, l’utilité aquatique peu soutenable et la fonction alimentaire alarmante. En lieu et place, des coopératives de pêcheurs pourraient offrir par une fiscalité intelligente, plus de ressources à l’Etat et garantir une contribution significative autant à l’autosuffisance alimentaire qu’à l’emploi ; ce qui influerait sur les migrations.



A ces chapitres s’ajoutent, selon le président Ndiaye, "le sous-secteur du Transport dont les réformes passent par l’obligation de segmenter clairement les types en réservant l’exclusivité du transport terrestre aux nationaux.



Dans le secteur du commerce, plus que tout autre, l’absence de concertation visant de manière collective la mise en place d’un système de circulation des biens et services avec des facilités douanières et fiscales, plombe l’accessibilité des produits aux consommateurs.



Nos industries sont encore fragilisées par le cout des intrants et la pression fiscale sans commune mesure".


Nos Entreprises sont confrontées à une concurrence exagérée


Au total, nos Entreprises sont, en effet, confrontées à une concurrence exagérée et profitent peu de la mondialisation économique du fait de déficit d’obligations imputées aux investisseurs étrangers d’être en partenariat avec les entreprises nationales.



C’est le cas notamment dans le secteur des BTP où, en plus de l’absence d’une préférence nationale, les quelques rares sont octroyées dans des conditions drastiques.
Alors que nos entreprisesau regard de leurs performances pour laréalisation de missions de construction dans bien des pays africains, sont des références continentales.



En fait, le consommer national dépasse le seul niveau alimentaire. Il englobe et trouve sens dans la préférence nationale soutenue autant par nos compatriotes que nos Autorités et sous-tendue par la culture de la valorisation de soi-même tout en s’exigeant des objectifs de qualité.


Notre système agricole, continue d’inhiber nos producteurs agricoles et nous restons des paysans en lieu et place d’Entrepreneurs agricoles bénéficiant d’un environnement technique, technologique, bancaire et infrastructurel favorable pour la satisfaction des besoins du marché 



Nos rares Capitaines d’entreprises répondant aux appels récurrents des Autorités en investissant dans l’agriculture font face à l’expectative de l’Etat devant une vindicte populaire pour ce qui est fallacieusement appelé une expropriation foncière.



Pis encore, à chaque fois que tels conflits surgissent, c’est la personne de l’investisseur qui est publiquement citée et non l’entreprise mise en place dans le cadre de l’investissement. 
Pour tous les cas de figure de ce genre, nous alertons et prévenons que nous serons des boucliers en offrant à nos collègues un cordon sécuritaire de leur personnalité propre.


L'introversion économique, le tréfonds du Collectif des Acteurs pour le Patriotisme Economique au Sénégal (CAPES)


C’est cette vision portant sur l’introversion économique qui est le tréfonds du Collectif des Acteurs pour le Patriotisme Economique au Sénégal (CAPES).



Il est une plateforme d’actions concertées qui participent à l’échafaudage d’un environnement institutionnelpropice à l’épanouissement de nos entreprises et à l’édification des conditions de partenariats favorables aux transferts de technologie, d’une part ; et, une Responsabilité nationale de nos entreprises, s’orientant dans des actions collectives d’investissement et, de solidarité professionnelle et nationale.


Aux fins de réaliser ses missions de pilier de la promotion de l’Entreprise et d’assumer ses fonctions de cadre de propositions pour la gouvernance économique nationale, le CAPES s’ouvre à tous les Acteurs économiques et s’exige des normes de lisibilité et de transparence à travers notamment la mise en place du Comité National d’Orientation, de Surveillance et de Stratégies (CNOSS) et l’attribution de la qualité de Membre Associé à tous les Organismes.

Cet article a été ouvert 541 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial