PÉTROLE-GAZ : Un bon départ

lundi 14 novembre 2022 • 1601 lectures • 0 commentaires

Blog 2 semaines Taille

PÉTROLE-GAZ : Un bon départ

PUBLICITÉ

L’examen du projet de loi de finance initiale pour l’année 2023 fait ressortir des recettes issues de l’exploitation des hydrocarbures d’un montant de 51,6 milliards de francs CFA. Si ce chiffre est relativement faible par son montant, force est de constater que l’Etat compte gérer les ressources financières provenant du pétrole et des gaz en bon père de famille.

En effet, la répartition de ces recettes entre le budget général et les comptes spéciaux du Trésor « Fonds intergénérationnel » et « Fonds de stabilisation » laisse augurer une bonne utilisation des recettes provenant des hydrocarbures.
Le fonds de stabilisation a pour objectif de lutter contre la volatilité des prix des matières premières et, partant, de stabiliser les revenus provenant de leur exportation. En effet, le marché des produits de base, notamment du pétrole, est soumis à des fluctuations brutales et importantes des cours. En mettant de côté des fonds sur un compte distinct, les fonds de stabilisation peuvent représenter une garantie par rapport à la propension naturelle des gouvernements à dépenser la totalité des ressources à leur disposition. Ils peuvent aussi aider à s’assurer que les fonds sont dépensés sur des investissements, de manière à ce que l’épuisement des ressources naturelles soit compensé par une augmentation du capital humain et physique.
Le fonds intergénérationnel permet de  réaliser une épargne dont les revenus pourront être utilisés, sous certaines conditions et dans certaines limites, pour contribuer au bien-être des générations futures. En créant ce fonds, le gouvernement pense déjà aux générations futures dans un souci d’équité, à la nécessité de pourvoir aux besoins futurs lorsque la ressource qui fait la richesse présente de l’État sera épuisée.
Dans le LFI 2023, le gouvernement réserve 5,2 milliards pour le fonds intergénérationnel et 12,7 milliards pour le fonds de stabilisation soit 17,9 milliards sur les 51,6 milliards (soit 34,7 % des recettes totales issues de l’exploitation des hydrocarbures en 2023). 
Cependant, l’autre défi de l’Etat c’est la gestion de ces fonds. Ces fonds doivent contribuer à la transformation de la rente minière en placements internationaux générateurs de revenus et répondent au besoin de diversification et de pérennisation des ressources issues de l’exploitation des hydrocarbures. Une mauvaise gouvernance de ces fonds pourrait faire perdre à l’Etat des milliards provenant de la vente des hydrocarbures.
Il ne s’agit pas seulement de créer ces comptes spéciaux du Trésor, les alimenter  chaque année et bénéficier d’un simple taux d’épargne annuel. Ces fonds doivent être investis dans des actifs de qualité, facilement négociables et très liquides. Cela demande une expertise dans la gestion d’actifs et une bonne maîtrise des marchés financiers.
L’autre point qui montre que le gouvernement est sur la bonne voie, est l’affectation de 33,7 milliards à des projets spécifiques en matière de santé (construction d’un hôpital de niveau 3 à Tivaoune et du Centre hospitalier universitaire de Saint-Louis : 5,2 milliards), d’éducation (construction et équipement de laboratoires scientifiques : 10 milliards), d’infrastructures (alimentation fonds d’entretien routier : 4,5 milliards) et d’autres projets sectoriels (artisanat, PUMA, etc.).
Ce projet de loi de finances pour l’année 2023 montre que l’Etat est disposé à montrer sa bonne foi pour une gestion transparente et efficace des ressources provenant de l’exploitation des hydrocarbures.

PUBLICITÉ


Assane Ndir    
Inspecteur du Trésor    
Advanced Certificate en Audit de l’Amont Pétrolier, IFP Training.    
[email protected]

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 1601 fois.

Publié par

Daouda Mine

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial