Présidence de l'Assemblée nationale- Sonko roule pour Lamine Thiam pour affaiblir... Barth

lundi 29 août 2022 • 1569 lectures • 4 commentaires

Politique 1 mois Taille

Présidence de l'Assemblée nationale- Sonko roule pour Lamine Thiam pour affaiblir... Barth

PUBLICITÉ

iGFM - (Dakar) Dans l’idée d’éviter une candidature de Barthélemy Dias à la présidence de l’Assemblée nationale, Ousmane Sonko serait en train de travailler à faire passer Lamine Thiam à la place. Dans le souci de ne pas donner à un rival potentiel pour 2024, beaucoup de moyens pour se positionner.

Selon le journal,  "le Quotidien", il est néanmoins avéré que le maire de Dakar, Barthélemy Dias, a fait part de sa volonté de postuler pour le perchoir, et il attend des députés de l’inter-coalition un soutien ferme et unanime, en espérant une défection «dans le camp d’en face». Mais il n’est pas garanti que sa candidature passe les fourches caudines des intérêts crypto-personnels.

PUBLICITÉ



En effet, révèle le journal, des proches du leader de Pastef, Ousmane Sonko, affirment que leur président travaillerait à faire passer l’idée d’une candidature de Lamine Thiam, de Wallu, pour le Perchoir. Et pour les membres de Pastef, c’est une candidature qui a plus de chances de passer, parce qu’elle pourrait même plaire à la coalition du pouvoir.

PUBLICITÉ



Ces gens font valoir que «Lamine Thiam est un candidat de compromis, et plein d’expérience. Ancien questeur, il connaît bien les rouages du Parlement, et n’est pas susceptible de chercher à créer des conflits au sein de l’Assemblée. C’est un homme de consensus». Sous-entendu, pas comme un Barthélemy Dias par exemple, connu pour son tempérament sanguin.



Toutefois, le non-dit dans l’affaire, selon des observateurs, est que Ousmane Sonko chercherait autant que possible, à éviter d’avoir un Barthélemy Dias à la présidence de l’Assemblée nationale. En plus de sa position de maire de Dakar, assis sur un budget de plus de 60 milliards de francs Cfa, si Barth’ devait présider l’Assemblée, il deviendrait incontournable dans l’opposition. Il serait alors difficile de déclarer, en parlant de lui : «Tu n’es pas un leader, tu dois obéir !», comme Sonko l’avait rapporté une fois.



De plus, Dias-fils a toujours dit qu’il était inacceptable pour lui et pour ses camarades, qu’il y ait une élection présidentielle dans ce pays sans un candidat du Parti socialiste. Et il a toujours réitéré sa volonté de faire valider la candidature de Khalifa Sall. Or, si ce dernier restait toujours inéligible, on ne pourrait écarter l’hypothèse que de guerre lasse, Barthélemy Dias présente la sienne de candidature. Et dans ces conditions, Ousmane Sonko pourrait être gêné aux entournures.

Cet article a été ouvert 1569 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

4 Commentaires

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial