Prix du carburant et de l’électricité, rapport Cour des comptes, Pastef et Sonko… le ministre de la Jeunesse monte au front

vendredi 6 janvier 2023 • 1582 lectures • 0 commentaires

Actualité 1 mois Taille

Prix du carburant et de l’électricité, rapport Cour des comptes, Pastef et Sonko… le ministre de la Jeunesse monte au front

PUBLICITÉ

Dans une interview parue, ce vendredi, dans le quotidien L’As,  le ministre de la Jeunesse, de l'Entreprenariat et de l'Emploi est revenu sur tous les sujets de l’heure qui agitent la gazette politico-sociale. Hausse des prix du carburant et de l’électricité, rapport de la Cour des comptes, injures via les réseaux sociaux contre des religieux. Morceaux choisis d’un entretien à long cours.

Hausse des prix du carburant et de l’électricité ? 

PUBLICITÉ


«Le Président de la République est le champion du monde des politiques de protection sociale, il l'a réaffirmé lors de son discours. Le Sénégal de tous et pour tous est une réalité dans le contexte actuel marqué par une succession de crises dont la plupart est importée. Par exemple, aujourd'hui, ce qui est fait par l'Etat pour les prix à la consommation n'existe dans aucun autre pays. Malgré la conjoncture économique mondiale, c'est près de 750 milliards de subventions que l'Etat a accordés rien que pour le secteur de l'énergie ; et durant toute l'an- née 2022, les prix de l'électricité et du carburant ont été mainte- nus à des niveaux assez bas par rapport à la vérité des prix.

PUBLICITÉ


Tout cela pour éviter aux ménages les effets pervers de l'inflation qui grèvent leur pouvoir d'achat. D'importantes mesures ont été prises dans le dernier trimestre de 2022, et de manière concertée avec tous les acteurs, pour faire baisser les prix des produits de consommation courante. Plus récemment, lors de son discours à la nation, le chef de l'Etat a encore pris d'importantes mesures concernant les bourses de sécurité qui sont passées de 25 à 35 000 FCfa. Ce qui correspond à l'allocation minimale de retraite.


Et tout cela entre dans le cadre de la politique du président de la République en faveur des couches vulnérables. Maintenant, il nous faut dégager des marges budgétaires pour financer toute cette politique sociale et de ce point de vue, je pense qu'il serait normal de laisser l'Etat souffler un peu en appliquant une partie de la vérité des prix concernant les produits des hydrocarbures et de l'Energie qui ont connu des hausses exponentielles sur le marché mondial. Le Président a annoncé dans son discours un ajustement ciblé des prix de l'énergie ; il faut que les acteurs le comprennent ainsi et essayent, avec le gouvernement, de trouver les moyens de réussir le ciblage.» 


Rapport Cour des comptes et Etat pilleur ? 


«Je pense qu’en même qu’il ne faut pas insinuer certaines choses juste pour faire des jeux de mots. L’État a toujours pris ses responsabilités et les prendra toujours. Il y’a beaucoup de désinformations et de manipulations comme toujours dans tout ce qu’on attribue à ce rapport sur près de 1000 milliards il y’a que près de 6 milliards dont l’exécution des modalités de paiement pour certains et le processus de décaissement pour d’autres qui sont mis en question. Je rappelle que c’est le Président de la République lui-même qui a renforcé le pouvoir de la Cour des Comptes en 2013 juste après son avènement au pouvoir.


Donc, de ce point de vue, nous sommes un gouvernement républicain épris du sens de la justice. Le Président lui-même à annoncer lors de son discours à la Nation que le rapport allait être suivi et que le nécessaire serait fait. Le ministre de la Justice a aussi été très clair. Je pense qu’en même que c’est un signe d’équité et de transparence majeure, que des organes comme la Cour des Comptes aient la latitude de dérouler leur agenda et leur publication sans diktats du pouvoir ou du régime, et cela il faut le saluer.


Jeunesse malsaine contre régime liberticide ? 


«Vous savez, si j’étais vous, je n’allais pas être aussi généraliste parce que dès lors, vous serez entrain de jeter le discrédit général sur toute la jeunesse parce qu’en marge de ceux que vous venez de citer, il y’a aussi une jeunesse responsable saine et vertueuse qui est très loin de ce que vous venez de décrire. Je pense qu’en même les mettre dans ce lot, c’est un sérieux tord que vous leur causez.


Néanmoins, qui sont ces jeunes qui sont dans les réseaux sociaux qui insultent à tout va et qui n’ont aucune dignité morale ? Allez jusqu’à bout de votre logique. Nous les connaissons tous et savons leur appartenance. Tout ceux qui s’adonnent à ces excès de langage s’identifient comme des militants de Pastef. Et, pourtant certaines personnes font comme si elles ne connaissaient pas leur identité ou appartenance. Jeter de l’opprobre à l’État pour tenter de saper sa politique est juste irresponsable et irrespectueux vis à vis des sénégalais.


Les sénégalais regardent et observent. Je suis sûr qu’ils savent à quoi s’en tenir. Je pense que la liberté de chacun commence là où s’arrête celle des autres. Les tentatives d’intimidation et d’instauration de la pensée unique ne passeront pas. Insulter nos hommes religieux, agresser verbalement les gens, calomnier, diffamer, manipuler ont fait leur apparition depuis l’avènement d’une certaine opposition qui n’a rien compris de ce qu’est la politique. Néanmoins, l’état restera ferme dans ses prérogatives régaliennes afin de protéger la liberté naturelle de penser, de parole, de choisir, de l’ensemble de ses citoyens.» 

Cet article a été ouvert 1582 fois.

Publié par

Birame Ndour

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial