Rappel à Dieu de « Borom Daaradji » : igfm.sn se souvient

Société

IGFM-Petit-fils de El Hadj Malick Sy, un des pionniers du tidjanisme au Sénégal, Serigne Mansour Sy « borom Daradji », défunt khalife des tidianes à l’imposante carrure et à la démarche majestueuse, né le 25 août 1925 à Tivaouane, est le fils de Seydi Ababacar Sy, lui même deuxième fils du grand Maodo, son grand-père, et de Sokhna Aïssatou Seck.  De par sa mère, il est aussi issu des grandes familles lébous de la presqu’île du Cap vert.

Il y a six ans,  il s’en allait dans la nuit du 8 au 9 décembre 2012 en France, à l’hôpital américain de Paris. Il était âgé de 87 ans.

Généreux, cet homme élégant au franc parler bien connu des Sénégalais succède le 14 septembre 1997 à l’immense Abdoul Aziz Sy Dabakh, qui aura marqué de son vivant, musulmans et chrétiens, par son discours de vérité, son sourire juvénile et légendaire. Abdou Aziz Sy Dabakh a, en effet, éclairé le pays dans des moments de tourmente.

Formé à bonne école et faisant montre de générosité en toute circonstance, Serigne Mansour Sy gagne dans son magistère fondateur dans le grand daara (école coranique) de son illustre grand-père à Tivaouane, la capitale religieuse des tidjanes, le surnom de Borom Daaraji. Il ne s’arrêtera pas seulement à Tivaoune puisqu’il implantera plusieurs écoles coraniques au Sénégal.

Dépositaire du leg tidjane, homme profondément engagé au point de réagir aux questions les plus embarrassantes pour éclairer la lanterne des Sénégalais et des hommes épris de paix, notamment à l’occasion de la caricature du prophète Muhammad (PSL) où il y va de ses vérités cinglantes et résonnantes, Borom Daraji fut un khalife général d’une écoute rare, d’une générosité extraordinaire et surtout d’un enthousiasme contagieux.

Les Sénégalais se souviennent, igfm.sn aussi.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.