REAPPARITION DE SYMPTÖMES APRES LA GUERISON : Les séquelles inquiétantes des guéris du Covid

Covid-19

IGFM – Alors qu’ils ont été déclarés guéris du Covid, certains patients disent toujours ressentir des symptômes liés à la maladie. Explications.  

«Alors que je pensais en avoir fini avec le Covid, un subit accès de toux est revenu. Cela m’a fatigué pendant plusieurs jours avant de disparaître avec la prise d’antibiotiques.» Pour Katy Diop*, le combat contre le covid-19 est loin de connaître son épilogue. Infectée au mois d’avril dernier et déclarée guérie au bout de 20 jours d’hospitalisation, elle continue encore aujourd’hui de ressentir des symptômes, en dépit de son statut de «patiente guérie». «Je ne comprends pas à quoi cela est dû. Et pourtant, alors que j’ai été testée positive au Covid, je n’ai ressenti aucun symptôme, ni vu de signes. Il a fallu que je sois déclarée guérie pour que je m’attarde sur certains symptômes», confie la jeune dame. Katy était ce qu’on appelle dans le jargon médical, une patiente asymptomatique.

Déclarée positive le 10 avril, la maladie s’était développée de façon bénigne chez elle. Une grosse fatigue accompagnée de maux de tête et de courbatures. «Je n’avais pas de fièvre, ni ne toussais. C’est à l’hôpital que j’ai commencé à ressentir certains symptômes qui se sont estompés au bout de 15 jours de repos. Finalement, je ne comprenais plus le but de mon hospitalisation car, d’après ce que j’entendais de la maladie, je pensais qu’on allait me bourrer de médicaments», souffle-t-elle. Ce qui ne fut pas le cas. Chaque matin, un médecin se chargeait de lui prendre sa température et de lui faire un prélèvement sanguin tous les trois jours pour contrôler sa charge virale. Sans plus. Katy commence à s’essouffler et a hâte de rentrer chez elle.

«Je sentais que j’avais recouvré toute ma forme et donc, mon maintien ne se justifiait plus.» Cinq jours plus tard, la bonne nouvelle tombe, elle est déclarée guérie. Mais l’accalmie sera de courte durée. A peine une semaine après sa sortie, elle est gagnée par des quintes de toux. Dans ce contexte de Covid et face à la stigmatisation qui la guettait une fois de retour dans son quartier, Katy se cloître chez elle, la peur au ventre. Elle appelle son médecin traitant qui lui prescrit des antibiotiques. Pas de nouvelle hospitalisation pour elle. Aujourd’hui, elle se sent mieux, mais garde toujours les séquelles de la maladie. «Je m’essouffle très vite et j’ai parfois des palpitations», explique-t-elle. 

Détresse respiratoire, tachycardie, anosmie, agueusie, toux… les symptômes des patients guéris

A l’instar de Katy, quelques rares patients déclarés guéris du Covid continuent de ressentir plusieurs jours voire plusieurs semaines après leur guérison des symptômes de la maladie. Alors que la pandémie prend de plus en plus ses quartiers suite aux mesures d’assouplissement prônées par l’Etat, ce phénomène continue de susciter les interrogations du corps médical. Bouba Djité* fait partie du lot de ces «curiosités».

L’homme de 38 ans se plaint toujours de douleur dans la poitrine et de difficultés passagères à respirer. «Je pensais être le seul à souffrir de cela. Je me suis même dit que j’étais un cas à part car nulle part, je n’ai entendu de malade guéri faire cas de symptômes post guérison. Je ne suis donc pas un ovni, je suis rassuré», s’esclaffe-t-il au bout du fil. Bouba a raison d’en rire parce que ses symptômes sont moins gênants que ceux de M.F. Agé d’une cinquantaine d’années, M.F qui accuse encore une baisse de forme, souffle en écho à Bouba : «La sensation de perte du goût (agueusie) et de l’odorat (anosmie) persiste toujours. Et pourtant, j’ai retrouvé les miens depuis bientôt trois semaines. C’est très gênant.» 

Ces symptômes ne sont pas anodins et font de plus en plus l’objet de consultations. Même si, pour l’instant, des statistiques fiables à ce sujet ne sont pas établies. Au Sénégal, celles-ci ne prennent en compte, pour le moment, que les malades testés positifs, les guéris et les personnes décédées. Docteur Khardiata Diallo Mbaye, infectiologue à Fann : «Pour les patients déclarés guéris du Covid, on en reçoit quelques-uns, après guérison qui disent ressentir des symptômes surtout respiratoires qui peuvent aller de la détresse respiratoire à la toux. C’est pour cela qu’à l’hôpital, si on a en face des patients qui, à l’entrée, présentaient des signes pulmonaires, à leur sortie, on les réfère au service de pneumologie ou dans un autre service dédié en fonction des signes qu’ils présentent pour une prise en charge post-Covid. C’est à partir de là, qu’on saura s’ils doivent être hospitalisés dans ce département ou pas. Mais, ils ne seront pas ré-hospitalisés au centre de traitement du Covid. Il y a des patients qui peuvent aussi souffrir de tachycardie ou qui ont des difficultés à respirer. La perte du goût et l’odorat peut aussi persister après la guérison, mais au fil des jours, le patient peut voir ces deux sens revenir à la normale. Comme on dit dans notre jargon, le Covid vient à grands pas, mais part à petits pas.»

Détresse respiratoire, tachycardie, anosmie, agueusie, toux etc… Nombreux sont les symptômes dont se plaignent les malades guéris. Mais, explique docteur Khardiata Diallo Mbaye, ces signes peuvent résulter de l’infection au Covid. «Expliquer la persistance de ces signes sera assez complexe dans la mesure où, nous faisons face à un nouveau coronavirus qui est toujours à l’étude. Ces séquelles ne me surprennent guère parce que contrairement aux autres corona (NDLR NL63, 229E, OC43 et HKU1) celui-ci n’est pas bénin et ne se limite à un simple rhume et il provoque plusieurs pathologies», indique l’infectiologue.

L’anxiété, cet autre facteur aggravant

Pour expliquer la cause de la persistance des symptômes, Docteur Adama Coundoul, psychiatre estime qu’il faut tout d’abord en distinguer les causes. Certains symptômes sont objectifs et là, la question d’une continuité de la maladie ou pas peut se poser. Car, à première vue, on ne peut pas exclusivement incriminer la composante psychologique. Même si, elle pourrait expliquer la présence de certains signes. Adama Coundoul, psychiatre : «Le patient peut développer après la maladie des symptômes qui sont subjectifs. Cela est signe d’anxiété. Quand une personne est anxieuse, il y a des symptômes qui sont principaux comme l’insomnie, la détresse respiratoire etc. A côté de ces symptômes, il y a ceux qu’on appelle l’expression somatique de l’anxiété.» Ou encore manifestations psychosomatiques qui sont des troubles physiques aggravés par des perturbations psychiques comme un sentiment d’anxiété. Docteur Khardiata Diallo Mbaye, en langage moins profane : «Effectivement, certains patient développent aussi de l’anxiété. Ils sont stressés parce que psychologiquement, ils se pensent toujours atteints de Covid alors que tel n’est pas le cas.» Face à ces cas, des analyses et des épreuves d’efforts sont réalisés. La plupart du cas, les résultats ne révèlent rien. Même si le patient persiste à dire qu’il ressent des signes. «Cela est signe d’anxiété. Ce sont des gens qui dans leur tête, ont toujours le Covid. Physiquement ils n’ont rien, mais c’est dans leur tête que tout se passe. Pour ces cas spécifiques, on les oriente vers un psychiatre ou un psychologue. Parce qu’on a aussi des services pour un suivi psychiatrique post-Covid.» Comme quoi, avec l’existence de ces séquelles, le Covid-19 montre une fois de plus qu’il est loin d’être totalement cerné.

NDEYE FATOU SECK