Retour de Gbagbo en Côte d'Ivoire : récit d’un moment de retrouvailles avec ses partisans

vendredi 18 juin 2021 • 524 lectures • 0 commentaires

International 1 mois Taille

Retour de Gbagbo en Côte d\'Ivoire : récit d’un moment de retrouvailles avec ses partisans

iGFM (Dakar) RFI a été témoin des retrouvailles entre Laurent Gbagbo et ses partisans dans un ancien quartier général de campagne de Cocody-Attoban jeudi 17 juin. Devant une foule acquise à sa cause, l’ancien président a été bref dans son allocution, demandant « à pleurer » d’abord ses « morts » et de parler « plus tard de la politique ».

Dès le milieu de la journée, il y avait déjà des dizaines d’invités présents sur place, tandis qu’à l’extérieur le service d’ordre du parti faisait tout pour limiter les intrusions. C’était joyeux, une bonne ambiance, la sono jouait des tubes ivoiriens et des chansons de campagne pleines de paraboles à la gloire de Laurent Gbagbo. On chantait, on dansait, les gens étaient souriants.


L’excitation est montée d’un cran à l’atterrissage de l’ancien président, et alors que le cortège prenait la route de Cocody, avant d’atteindre son paroxysme à l’entrée du véhicule dans le quartier général. La nuit vient de tomber, il est 18h15 heure locale. C’est une véritable vague qui accompagne Laurent Gbagbo dans l’enceinte, et il a fallu toute la solidité du service d’ordre pour empêcher cette foule de jeunes, qui avaient passé la journée dehors au soleil à faire la fête, de s’introduire dans le bâtiment.


« Je suis votre soldat, je suis mobilisé »


Beaucoup de tensions à ce moment-là, des palabres, des invectives contre les journalistes. Le secrétaire général du FPI GOR Assoa Adou vient de prendre la parole pour introduire l’ancien président. Il tend le micro à son ami et chef politique. Dehors, la foule, massée autour du bâtiment, écoute la retransmission dasn les haut-parleurs grésillants. Laurent Gbagbo prend la parole. Son allocution tient davantage du message que du discours politique. Visiblement fatigué par cette longue journée de tension, il lâche : la politique, il pourra en parler « plus tard ». Il a demandé le temps de « pleurer ses morts », évoquant avec émotion sa mère et son ami Aboudramane Sangaré décédé durant sa captivité. Il a aussi remercié les Ivoiriens et les Africains pour leur soutien, et a quand même eu cette petite phrase : « Je suis votre soldat, je suis mobilisé ». Avant de glisser un mot pour saluer les résultats des dernières élections législatives et le retour de ses amis à l’Assemblée et dans le jeu institutionnel.


Une prise de parole assez courte, un rapide salut au balcon, et le massif service d’ordre du parti invite la foule à vider les lieux. Les invités présents depuis le midi, fourbus, s’exécutent rapidement. Les jeunes restent, pour profiter jusqu’au bout de cette journée d’histoire dans leur pays.

Cet article a été ouvert 524 fois.

Publié par

Mamadou Salif

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial