Rwanda: la France aurait laissé s’enfuir des génocidaires en 1994

lundi 15 février 2021 • 349 lectures • 0 commentaires

International 2 semaines Taille

Rwanda: la France aurait laissé s’enfuir des génocidaires en 1994

iGFM (Dakar) Vingt-six ans après le génocide des Tutsis au Rwanda, le journal en ligne Mediapart affirme avoir eu accès à un télégramme diplomatique français, datant du 15 juillet 1994, demandant aux militaires français de ne pas interpeller les autorités génocidaires dans la zone humanitaire qu’ils contrôlaient.

Le télégramme diplomatique en question provient des archives du conseiller Afrique du président François Mitterrand, Bruno Delay. Des documents auxquels a eu accès le chercheur François Graner, grâce à une décision du Conseil d’État.


Selon Mediapart, tout commence par une demande de l'ambassadeur Yannick Gérard, alors représentant du Quai d'Orsay au Rwanda, en juillet 1994. Il souhaitait obtenir des instructions claires concernant l’attitude à tenir face à la présence de responsables génocidaires dans la « zone humanitaire sûre », contrôlée par les militaires français de l’opération Turquoise. Le diplomate estimait n'avoir « d'autre choix que de les arrêter ou de les mettre immédiatement en résidence surveillée ».


Une réponse, le 15 juillet suggère de laisser partir les génocidaires


Mais selon le document révélé, ce dimanche, par Mediapart, le Quai d'Orsay, dirigé à l'époque par Alain Juppé, en aurait décidé autrement, préférant laisser partir les génocidaires. Dans la réponse adressée par télégramme le 15 juillet au seul ambassadeur, il lui serait en effet suggéré d’utiliser tous les canaux indirects pour transmettre à ces personnes le souhait de la France qu'elles quittent la zone humanitaire sûre. Ce câble diplomatique est signé de Bernard Emié, conseiller à l’époque d’Alain Juppé et aujourd'hui patron des services de renseignement extérieur français.


Ce document pourrait-il rebattre les cartes dans l'enquête judiciaire en cours réclamée depuis des années par des survivants du génocide ? En tout cas, pour le chercheur François Graner, il constitue « la pièce écrite manquante, une pièce essentielle du puzzle » sur le rôle de la France au Rwanda.


RFI

Cet article a été ouvert 349 fois.

Publié par

Mamadou Salif

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial