Sommation de déguerpissement à Mermoz : Le coup de gueule de Makalou

Actualité

IGFM-Les occupants des cantines qui se trouvent aux bords de la case de Mermoz et du terrain de basket de Mermoz ont été sommés de déguerpir. Une décision prise par la mairie de Mermoz-Sacré cœur. Mais des personnes malintentionnées ont commencé à distiller de fausses informations, soutenant que si déguerpissement il y a, c’est du fait de certains conseillers du quartier. L’un d’eux, Demba Makalou, a rencontré la presse ce samedi pour tirer cette affaire au clair et préciser qu’il n’est mêlé ni de près, ni de loin, à cette affaire de déguerpissement. «Je vous dis, moi Demba Makalou, que je ne suis ni au courant, ni auteur de ces sommations distribuées. Que les auteurs prennent leurs responsabilités», dit-il.

«En 2011, ajoute-t-il, le collectif des riverains de la mosquée de Mermoz nous a écrit une lettre pour enlever les cantines installées aux abords de ce lieu de culte. J’avais rédigé une lettre qui a été transmise, après concertation avec les riverains, car c’était une occupation irrégulière et anarchique».
Malheureusement, selon lui, après déguerpissement la mairie a fait transférer des occupants de ces cantines à côté de la place publique, à la place qu’occupaient les installations de la Lonase déguerpies auparavant.
M.Makalou d’ajouter que des personnes malintentionnées tentent de le mettre en mal avec les populations. «On veut me mettre en mal avec la population. Que la mairie prenne ses responsabilités au lieu de mettre leurs dérives sur d’honnêtes citoyens. Cette tentative de diabolisation de la mairie en notre endroit ne passera pas. Je n’accepterai que personne mette sur mon dos des insanités. Il faut que les gens soient loyaux envers leurs adversaires politiques», peste-t-il.

Pape Dialisse, conseiller municipal venu assister à la rencontre, note que ces sommations ne sont pas sérieuses. «Aucun conseiller municipal n’est au courant de cette sommation. Une mairie sérieuse ne ferait jamais ça. Une sommation qui n’a pas de date, de destinataire, n’a rien de sérieux », dit-il.