Sommet États-Unis/Afrique: le moment de se dire les choses en face

mercredi 14 décembre 2022 • 635 lectures • 0 commentaires

International 1 mois Taille

Sommet États-Unis/Afrique: le moment de se dire les choses en face

PUBLICITÉ

Le deuxième sommet États-Unis Afrique s'est ouvert ce mardi 13 décembre à Washington. Les dirigeants des 49 pays invités vont pouvoir se rencontrer et échanger pendant trois jours. L'administration Biden souhaite une discussion la plus large possible.

La liste des pays qui ne sont pas là correspond à ceux qui sont suspendus par l’Union africaine pour cause de coups d’État militaires. C’est le cas du Mali, de la Guinée, du Burkina Faso et du Soudan. S’y ajoutent l’Érythrée et le Sahara occidental qui n’ont pas de relations diplomatiques avec les États-Unis. Tous ces dirigeants vont avoir l’opportunité de discuter avec les États-Unis et aussi entre eux, un certain nombre de rencontres bilatérales sont prévus. Les thèmes de discussion sont également très larges.

Rien que ce mardi, étaient prévus des forums sur la coopération spatiale, la santé, le changement climatique, la paix et la sécurité ainsi que la gouvernance. Ce mercredi, on parlera économie, puisqu’un forum des affaires est prévu avec une première intervention du président Biden. C’est jeudi qu’il recevra les dirigeants présents à la Maison Blanche.

PUBLICITÉ


L’intérêt géopolitique de l’Afrique

PUBLICITÉ


Avec ce sommet, le message adressé par Washington est déjà un changement important par rapport à la précédente administration qui négligeait le continent, quand elle ne méprisait pas ouvertement certains pays. Pour l’administration Biden, l’intérêt géopolitique de l’Afrique est d’abord pour elle-même, car elle doit faire face à des conflits et à des tensions très importantes. Au centre du continent, à la frontière du Rwanda et de la RDC et au Sahel, face à la menace djihadiste. Dans cette zone, les États-Unis coopèrent militairement avec la France en fournissant du renseignement par leurs drones. Mais la France a quitté le Mali et sa présence au Burkina Faso est remise en question.

Les États-Unis doivent s’adapter à cette nouvelle donne et ce sommet peut contribuer à trouver des solutions. L’administration américaine admet aussi que l’influence russe sur le continent à travers le groupe Wagner est une source de préoccupation. Tout comme celle de la Chine. Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a mis en garde les dirigeants africains contre le rôle « déstabilisateur » de ces deux pays.  « S’agissant de la Chine, on constate qu’elle étend son empreinte sur le continent quotidiennement (…) et cela pourrait avoir un effet déstabilisateur », tandis que la Russie « envoie des armes et des mercenaires », a affirmé Lloyd Austin.

Cet article a été ouvert 635 fois.

Publié par

Ndeye Rokheya Thiane

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial