Sonko: "De fausses infos font croire que je serai arrêté en déférant à la convocation...."

mercredi 2 novembre 2022 • 1300 lectures • 0 commentaires

Politique 3 semaines Taille

Sonko: \

PUBLICITÉ

iGFM - (Dakar) Ousmane Sonko devrait être entendu demain jeudi par le doyen des Juges, dans l’affaire «Sweet beauty». Il a fait une déclaration ce mercredi dont nous vous proposons quelques extraits.

«Je dois dire aux sénégalais qu’il n’y a rien de plus normal, de plus ordinaire que cette convocation que nous avons souhaitée et voulue depuis très longtemps. Que nous avons exigé depuis très longtemps. Qu’elle intervienne à cette période où nous avions entamé une tournée, peu importe. Nous l’avions souhaité, puisqu’il faut que ce dossier soit définitivement traité. C’est une dossier complètement vide et absurde. C’est un complot ourdi au plus  haut sommet de l’Etat et nous en avons toutes les preuves. Nous l’avons souhaité parce que le pays doit souffler et passer à autre chose.»

Mandat de dépôt ?

«J’irai répondre et je reviendrai tranquillement chez moi. Parce que beaucoup de fausses informations ont été distillées faisant penser même que je serai arrêté en déférant à cette convocation. C’est fait sciemment, pour créer la psychose et la mobilisation de nos militants pour nous coller toutes sortes de motifs : trouble à l’ordre public, appel à l’insurrection etc. Je rassure tout le monde, s’il plait à Dieu, demain je dormirai tranquillement chez moi et dans les jours à venir nous continuerons tranquillement notre tournée et aller à la rencontre des sénégalais.

Message  aux partisans

«Je demande à tout le monde, solennellement, et j’insiste beaucoup, de rester tranquillement   à leur maison ou de vaquer tranquillement à leurs occupations. De ne pas venir chez moi, ni au tribunal, de ne pas vous attrouper parce que c’est une procédure ordinaire. Ça ne se jouera pas demain.»

Avertissements 

PUBLICITÉ


«Mais si on nous pousse à bout, j’ai toujours  dit que la résistance est un droit constitutionnel. Et là on est dans une posture défensive. La résistance est un droit constitutionnel. Et c’est pourquoi je  dis aux sénégalais restez vigilants, mobilisés, concentrés mais gardons notre sans froid. Le moment venu, tout le monde saura que le moment est venu (…) De ce dossier, il ne peut rien sortir qui puisse entraver notre marche politique ou compromettre le projet que nous avons en commun.»

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 1300 fois.

Publié par

Youssouf SANE

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial