Guinée-Bissau : le président Embaló dénonce "une tentative de coup d'État"

dimanche 3 décembre 2023 • 1515 lectures • 0 commentaires

International 2 mois Taille

Guinée-Bissau : le président Embaló dénonce

PUBLICITÉ

iGFM (Dakar) Le Président bissau-guinéen a dénoncé samedi 2 décembre une « tentative de coup d'État » qui aura « de lourdes conséquences » après des affrontements entre l'armée et des éléments des forces de sécurité qui ont fait au moins deux morts.

"J'étais à Dubaï où j'ai pris part à la COP28. Je ne pouvais pas rentrer à cause de la tentative de coup d'État. Je tiens à vous dire que cet acte aura des conséquences graves », a déclaré à son retour à Bissau le président Umaro Sissoco Embaló à la presse. « Il y avait des indices, nous allons vous les montrer. Ce coup d'État a été préparé avant le 16 novembre (date des célébrations du 50ᵉ anniversaire des forces armées)", a-t-il poursuivi.

Les éléments de la Garde nationale ont fait irruption jeudi soir 30 novembre dans les locaux de la police judiciaire pour en extraire le ministre de l'Économie et des Finances, Souleiman Seidi, et le secrétaire d'État au Trésor public, Antonio Monteiro. Les deux membres du gouvernement étaient interrogés par la police judiciaire, sur instruction du procureur général nommé par le président, à propos d'un retrait de dix millions de dollars des caisses de l'État.

Retranchés dans une caserne du sud de la capitale Bissau, les éléments de la Garde nationale ont affronté les forces spéciales de la Garde présidentielle, dans la nuit de jeudi à vendredi, faisant au moins deux morts, selon un responsable militaire. Le calme est revenu vendredi en milieu de matinée avec l'annonce de la capture ou la reddition du commandant de la Garde nationale, le colonel Victor Tchongo.

Samedi, le dispositif sécuritaire a été allégé à Bissau, mais des militaires étaient toujours visibles autour de certains édifices stratégiques comme le palais présidentiel, la direction de la police judiciaire et certains ministères, a constaté un correspondant de l'AFP.

« Le colonel Tchongo n'est pas un fou. Il a été envoyé par quelqu'un pour entrer dans les installations de la PJ exfiltrer Souleiman Seidi. L'empire des lois doit fonctionner. Le procureur général est l'avocat de l'État », a dit M. Embaló. « On n'organise pas un coup d'État contre le président de l'Assemblée nationale, encore moins contre un Premier ministre, mais contre le président de la République, commandant en chef des armées », a-t-il asséné.

Le président a annoncé qu'une commission d'enquête sera constituée lundi 4 décembre.

Certains officiers et soldats de la Garde nationale se sont dispersés à l'intérieur du pays, a indiqué samedi un communiqué de l'armée bissau-guinéenne sans préciser leur nombre. « L'état-major général des forces armées les informe par la présente qu'ils doivent rejoindre leur lieu d'affectation », poursuit-il.

RFI

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 1515 fois.

Publié par

Mamadou Salif

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial