L’insulte au Président par un élu, en toute flagrance, devrait entrainer la déchéance immédiate

samedi 11 juin 2022 • 954 lectures • 0 commentaires

Blog 3 semaines Taille

L’insulte au Président par un élu, en toute flagrance, devrait entrainer la déchéance immédiate

PUBLICITÉ

iGFM - (Dakar) Un élu du Peuple a la légitimité de parler au nom du peuple qui lui confère un rang et une honorabilité, ainsi que des avantages et privilèges, bref, il incarne de fait la meilleure image du sénégalais qui soit. Il porte avec lui les valeurs et le leg historique, cultuel et culturel du Sénégal, son passé et son présent, voire son devenir. Comment peut-on accepter un seul instant que cet élu du peuple puisse insulter, en toute flagrance, le Président de la République ? 

Pour rappel, selon la Constitution, les Institutions de la République sont : le Président de la République ; l’Assemblée nationale ; le Gouvernement ; le Haut Conseil des Collectivités territoriales ; le Conseil économique, social et environnemental ; le Conseil constitutionnel ; la Cour suprême ; la Cour des Comptes et les Cours et Tribunaux. (art.6)
 
Le Président de la République est le gardien de la Constitution. Il est le premier Protecteur des Arts et des Lettres du Sénégal. Il incarne l’unité nationale. Il est le garant du fonctionnement régulier des institutions, de l’indépendance nationale et de l’intégrité du territoire. Il détermine la politique de la Nation. Il préside le Conseil des Ministres (art.42). Le Président de la République signe les ordonnances et les décrets (art.43). Le Président de la République nomme aux emplois civils (art. 44). Le Président de la République est responsable de la Défense nationale. Il préside le Conseil supérieur de la Défense nationale et le Conseil national de Sécurité. Il est le Chef suprême des Armées ; il nomme à tous les emplois militaires et dispose de la force armée (art.45). Le Président de la République accrédite les ambassadeurs et les envoyés extraordinaires auprès des puissances étrangères. Les ambassadeurs et les envoyés extraordinaires des puissances étrangères sont accrédités auprès de lui (art.46). Le Président de la République a le droit de faire grâce (art.47). Le Président de la République peut adresser des messages à la Nation (art.48). Le Président de la République nomme le Premier Ministre et met fin à ses fonctions (art.49. Le Président de la République peut déléguer par décret certains pouvoirs au Premier Ministre ou aux autres membres du Gouvernement à l’exception des pouvoirs prévus aux articles 42, 46, 47, 49, 51, 52, 72, 73, 87, 89 et 90 (art 50). Le Président de la République peut soumettre tout projet de loi constitutionnelle au référendum (art.51). Lorsque les institutions de la République, l’indépendance de la Nation, l’intégrité du territoire national ou l’exécution des engagements internationaux sont menacées d’une manière grave et immédiate, et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ou des institutions est interrompu, le Président de la République dispose de pouvoirs exceptionnels. Il peut prendre toute mesure tendant à rétablir le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et des institutions et à assurer la sauvegarde de la Nation (art.52). Le Président de la République nomme les membres du Conseil constitutionnel dont deux (2) sur une liste de quatre (4) personnalités proposées par le Président de l’assemblée nationale (art.89). Le Président de République négocie les engagements internationaux (art.95). etc….. Ce Président de la République du Sénégal est, depuis février 2022, Président en exercice de l’union africaine (UA).

PUBLICITÉ


Au regard de tout ce que notre loi fondamentale confère au Président de la République, comment un élu peuple peut-il oser l’insulter en privé, à fortiori en public ???
 
L’heure est alors venue d’envisager la déchéance immédiate du statut d’élu du peuple en cas d’insulte publique au Président de la République. C’est d’autant plus grave que l’injure a été proférée à l’occasion d’une manifestation organisée dans la perspective de redevenir élu du Peuple. C’est une question de moralisation de nos représentations nationales qui doivent incarner, pour les générations présentes et futures, la meilleure image qui soit. Au même titre que la famille, les daaras, l’école, les universités, etc. , l’élu du Peuple en lui-même est un acteur socio-éducatif qui assure le portage de l’Excellence, du savoir être et du savoir vivre. Sinon, à ce rythme, cette posture insultante de l’élu du peuple détruit tout ce que nos Educateurs construisent. 
 

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 954 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial