igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

Un berger tué d’un coup de coupe-coupe, le jour du baptême de son fils

Société

IGFM-Samba Bâ a été tué le jour même où il baptisait son fils aîné. Un de ses invités lui a assené un coup de coupe-coupe à la cage thoracique. Le présumé meurtrier a été arrêté par les gendarmes de Yang-Yang.

En invitant son cousin Baydi Bâ à prendre part au baptême de son fils aîné, Samba Bâ, domicilié à Yang-Yang, (département de Linguère), ignorait qu’il recevait son futur bourreau. D’après des sources avisées, le drame a eu lieu à la fin du mois de novembre dernier. À l’époque, la famille Bâ qui célébrait en grande pompe la naissance du fils aîné d’un des leurs, était aux anges. Parents et proches sont venus des quatre coins du pays répondre à l’invitation de Samba Bâ. Malheureusement, il ne réalisera jamais ce pari qu’il s’était fixé, tué qu’il sera en cours de cérémonie.

À l’origine, une altercation qui a éclaté entre Baydi Bâ et la mère de Samba Bâ. Dispute qui a fini par indisposer quelques bonnes volontés qui ont tenté en vain de raisonner les deux antagonistes. Puis le ton est monté d’un cran. Samba Bâ et son grand frère qui se trouvaient à un autre endroit de la maison, ont entendu leur mère en découdre avec leur cousin Baydi.

Ulcérés par l’outrecuidance de leur cousin, les deux frères se sont rués sur lui, décidés à lui régler son compte. Le plus âgé tenait un râteau, contrairement à Samba Bâ qui marchait vers son cousin les mains nues. Mais, à la vue des deux hommes prêts au combat, Baydi Bâ fit un pas en arrière, dégaina son coupe-coupe et d’un geste rapide, assène un coup à Samba Bâ, atteint à la cage thoracique.

Il s’affale et se vide de son sang. Acheminé au district sanitaire de Yang-Yang, l’homme succombera à ses blessures, au moment où les blouses blanches s’affairaient à l’évacuer au Centre de santé de Dahra Djolof. Son crime perpétré, Baydi Bâ est resté introuvable des jours durant, avant de se livrer aux gendarmes de la Brigade de Yang-Yang.

Entendu, il n’a pas cherché à nier les faits : «Je reconnais avoir porté le coup fatal à Samba Bâ, mais juste pour me défendre, car son grand frère et lui m’attaquaient avec un râteau. D’ailleurs, je n’étais pas au courant du baptême. J’ai fortuitement croisé Samba Bâ en brousse, la veille et il m’a invité à prendre part à cette cérémonie.»

Déferré au parquet de Louga, vendredi dernier, Baydi Bâ a vu son dossier atterrir sur la table du juge d’instruction.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur Société

Aller vers HAUT