« Un jour Macky Sall va activer le même Conseil constitutionnel qui avait permis à Wade de se présenter pour un 3e mandat »

Actualité/Vidéo

IGFM – Y’en a marre soupçonne Macky Sall de vouloir tenter un passage en force en se présentant pour un 3e mandat. Le mouvement met en garde le chef de l’Etat et appelle les Sénégalais à observer une expectative prudente. Toutefois, Thiat est d’avis que ce pays a besoin de sérénité pour transcender cette contradiction par un sursaut patriotique.

Invité de l’émission « Soir d’info » de la Tfm, Thiat du mouvement Y’en a marre a dit ses quatre vérités au sujet de la polémique consécutive à la sortie de Sory Kaba sur la volonté prêtée à Macky Sall de vouloir briguer un 3e mandat. « Cette question-là, il faut que les Sénégalais en parlent pour faire de la prévention et le régler alors qu’il est encore temps », propose le rappeur interrogé par Papis Diaw.

« Un beau jour Macky Sall va se lever pour activer le même Conseil constitutionnel qui avait permis à Wade de se présenter pour un 3e mandat. Le Conseil va accepter sa candidature. Thiat, Guy Marius ou Fadel sortent dans la rue pour manifester, on les arrête. Les chefs religieux appellent au dialogue. Macky Sall est réélu et tout s’arrête là », suspecte-t-il.

A la question de savoir si Sory Kaba n’a pas été activé par des pontes de l’Apr tapis dans l’ombre, Thiat répond de but en blanc : « Macky Sall, il ne faut pas qu’on lui cherche d’excuse. Ismaila Madiar Fall a dit « en principe» tout s’arrête en 2024, en se prononçant sur la limitation des mandats. Cela veut dire que ce n’est pas clair puisque c’est lui qui avait travaillé sur le texte avant le référendum. Je ne peux pas accorder du crédit aux paroles de quelqu’un qui fait du wakh wakhète. Il faut que les Sénégalais se mobilisent d’ores et déjà. Il y a des signes. En 21 jours de campagne, il n‘a pas dit qu’il allait supprimer la Primature, pourtant il l’a fait. Un chef doit respecter sa parole ».

Ce dirigeant de Y’en a marre de souligner qu’ils ne vont pas attendre les élections pour poser ce débat. « En 2013, si on avait écouté Moustapha Cissé Lô, on saurait que Macky Sall  n’allait pas respecter sa promesse de réduire son mandat de 7 à 5 ans », illustre-t-il.

Donnant son point de vue sur la vague de limogeages intervenus ce lundi et concernant, outre Sory Kaba, de hauts fonctionnaires du ministère de la Justice, il mentionne : « Y a la cacophonie au sein du pouvoir, le pouvoir a perdu le contrôle. Depuis le limogeage de El Hadj Kassé, c’est une série d’actions qui prouvent qu’il y a le feu », fait-il remarquer. « Qui se positionne aujourd’hui pour prendre le flambeau ? », dixit Thiat, qui pense que l’absence supposée d’un successeur potentiel au sein de l’Apr exacerbe le problème.

Cependant, il n’en pense pas moins qu’il faut aborder cette question « avec sérénité ». « Le Sénégal est le seul pays où le peuple est en avance sur la classe politique », déplore-t-il le comportement des acteurs. Pour lui, ces derniers ne cherchent qu’à se maintenir au pouvoir une fois élus.

« On sait tout ce qui s’est passé avec le fichier. Même des nouveau-nés ont voté. Tant qu’on va aux élections  avec ce fichier Macky règnera à vie. C’est aujourd’hui qu’il faut se battre », termine-t-il son propos.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.